AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Promenons nous dans les bois | PV Aaron.

Aller en bas 
AuteurMessage
Summer Alexey

avatar

Féminin
Nombre de messages : 241
Age : 26
Mood : Douteuse
Music : Savin Me - Nickelback
Pseudo : Killers
Quote : « Hurry, i'm fallin' »
Date d'inscription : 04/01/2009

Heart & Soul
Links:
Job: //
Self Control: 19/20

MessageSujet: Promenons nous dans les bois | PV Aaron.   Mar 13 Jan - 1:37


    Depuis la mort de Afton, celui qui m'avait élever et qui avait fait de moi ce que j'étais aujourd'hui, une question me hante. Est-ce que ma mort sera aussi affreuse que la sienne ? Je me disais que oui mais j'espérais que non puisque de toute façon, ma mort devait être horrible tout comme ce que je suis, un monstre. Et cela, malgré le fait que je sois une vampire à tendance végétarienne. Afton lui aussi l'était et pourtant quand je revois le visage qu'il m'a adressé avant que son corps n'ait plus d'immortalité en lui, je me disais que je souhaitais pas mourir ainsi.

    Je repris ma respiration que j'avais coupé depuis deux heures et trente-quatre minutes maintenant et cela attira l'attention de mon compagnon qui était tranquillement allongé sur le canapé. J'étais d'ailleurs allongée près de lui, les mains autour de son torse de marbre tout comme ses bras à lui était autour des miens. Encore une fois, le regard qu'il m'adressa me fit oublier les craintes que j'avais sur la mort. Cela me paraissais impossible de mourir si il était près de moi. Aaron était celui qui m'avait sauver la vie à diverses fois si l'on voulait, c'était pour cela que mourir alors qu'il était sur le lieu était inimaginable pour moi. J'avais l'impression d'avoir un ange près de moi, peut être que ce n'était pas une impression après tout, peut être qu'il était vraiment cela.

    La couleur de ses yeux était le reflet des miennes, deux végétariens fou amoureux l'un de l'autre, c'était comme ça que j'entendais parler de nous et je ne m'en plaignait pas. Car pour moi vivre avec un carnivore m'aurait été insupportable, j'étais bien heureuse d'être tomber sur Aaron et pas un autre. Ils nous arrivaient de passer des heures à nous regarder ou à ne rien faire, c'était le côté "amusant" de la vie vampirique mais je ne m'en plaignais jamais. Aaron était quelqu'un de plus vieux que moi et il avait le droit d'aimer d'autres choses aussi, c'était une personne respectable qui m'aimais et j'étais prête à tout pour lui montrer que j'en étais digne. Je n'étais pas certaine d'avoir compris le jeu cette fois-ci mais je savais d'avance que j'allais perdre. La preuve, quand je m'approcha pour l'embrasser, il se mit à rire. Apparemment la règle cette fois-ci était de voir lequel des deux craquerait en premier, si je l'avais su avant, je n'aurais certainement pas attendu si longtemps, lui résister m'étais impossible et j'aurais gagner du temps sur notre après-midi.

    Son rire résonnait dans mes oreilles, qu'est-ce qu'il était envoûtant, si je n'avais pas été un vampire moi-même, j'aurais jurée qu'il était en train de m'hypnotiser. Je coupa le baiser quand je sentis le noir faire surface sur mes yeux, il en était de même pour lui. La soif était là. Parfois, je me demandais si il était capable de contrôler sa faim tout comme la couleur de ses yeux car à chaque fois que j'avais faim, lui aussi. Pourtant, je ne passais pas vingt-quatre heures sur vingt-quatre en sa compagnie, ce qui était un de mes regrets cependant tout comme les humains, les vampires ont besoin de temps à eux parfois. Je ne savais jamais ce qu'il faisait pendant son temps lui, moi j'allais voir mon meilleur ami Jake ou bien l'humaine que je m'étais jurée de protéger.

    « Bon, je crois que le jeu est terminé. C'est pourquoi que je te proposes une bonne partie de chasse, le premier à la forêt gagne. »

    Je lui fis un rapide baiser et je courrais jusqu'à la forêt, dépassant les humains sans aucun problème et m'exposant aux chasseurs, qui profitaient de la nuit pour nous chasser, sans aucun mal. Je courrais aussi vite que je le pouvais en riant tel une enfant puisque je savais qu'il n'était pas loin de moi. Je fus très déçue de le voir qui m'attendait dans la forêt alors je venais à peine d'y poser les pieds. Il semblait y être arriver depuis une éternité, je n'arriverais donc jamais à le battre à ce jeu-là ou bien à un autre.

    « Aaron est-ce que rien qu'une fois.. »

    Je ne pris pas le soin de continuer ma phrase, il avait déjà compris puisqu'il s'esclaffait. Je croisa les bras tel une enfant et attendit qu'il se calme, tapant légèrement du pied. Puis, de ma démarche elfique, je le rejoignis tout en gardant des yeux suppliants.

    « Rien qu'une fois, une toute petite fois.. »

    J'illustrais mes dires avec mes mains pour bien accentuer sur le fait que je tenais à le battre au moins une fois, qu'il le fasse exprès ou pas, cela m'était bien égal. Tant que mon esprit savait que je l'avais battu une fois, cela m'étais suffisant. Je fis un sourire pour accompagner mes yeux qui le suppliait toujours. Comme l'on dit, l'espoir fait vivre. Sauf que ce n'était pas cela qui me faisais vivre puisque de l'espoir, je n'en avais plus depuis longtemps. A ma façon, la phrase aurait donnée quelque chose comme Aaron fait vivre...

_________________
    ©️ hope • nami86 @ LJ
    The truth is hiding in your eyes
    And it’s hanging on your tongue
    Just boiling in my blood
    But you think that I can’t see
    What kind of man that you are
    PARAMORE • Decode.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Mcavoy

avatar

Nombre de messages : 225
Date d'inscription : 12/01/2009

Heart & Soul
Links:
Job: //
Self Control: 8/20

MessageSujet: Re: Promenons nous dans les bois | PV Aaron.   Mar 13 Jan - 3:27

    Cela faisait maintenant plus de trente ans que Summer vivait à mes côtés et j'étais le plus heureux des hommes, enfin le plus heureux des vampires mais c'est la même chose. D'ailleurs, lorsque j'étais aux côtés de Summer, je ne me sentais pas du tout vampire, au contraire, je me sentais humain, plus humain que jamais. Je crois même que je me sentais encore plus humain que lorsque je l'étais réellement. Il faut dire que ma vie humaine n'avait pas été la meilleure des vies. Tout d'abord je n'avais jamais connu l'amour. Qu'est ce qu'une vie sans amour? Rien et maintenant que j'ai Summer, je peux vous le dire. Summer représentait la femme que j'avais toujours rêvé d'avoir. D'ailleurs cela avait beau faire trente ans que nous étions ensemble, il n'y avait toujours pas de routine dans notre couple. On ne s'ennuyait jamais. Comment aurais je pu m'ennuyer avec Summer? C'était tout bonnement impossible. Croyez moi, j'aurais échangé ma vie contre rien au monde. J'aimais Summer et je l'avais à mes côtés depuis des années. Je ne pouvais pas rêver mieux. Actuellement, mon pire cauchemard aurait été de la perdre. Vous pensez d'ailleurs que c'est impossible n'est ce pas?! Et bien vous vous trompez, oh oui, tous les jours je prennais le risque de la perdre.

    J'étais un vampire carnivore et je vivais avec un vampire végétarien. Vous vous demandez comment cela est possible n'est ce pas?! Et bien c'est très simple, Summer ignore que je suis un vampire carnivore. Aux yeux de tous et surtout de ceux de Summer, je me fais passer pour un vampire végétarien qui ne boit que du sang animal mais en vérité, je suis le plus dangereux des prédateurs pour les humains. Pour être tout à fait franc, je déteste le gout du sang animal. Je le trouve répugnant et en boire est toujours une véritable corvée. Vous savez, lorsque vous êtes goss, vous mangez parfois quelque chose vous détestez, genre des épinards et bien voilà, pour moi le sang animal était comme des épinards. Je n'aimais pas ça du tout. Seulement, j'en buvais lorsque j'étais avec Summer. Il fallait qu'elle croit que j'étais comme elle, il le fallait vraiment. Pourtant, je n'étais pas toute la journée avec Summer et dés que celle-ci partait, je me précipitais dans les montagnes afin de trouver un randonneur et je le tuais et me nourrissais de son sang. Boire du sang humain après une longue journée me faisais toujours extrèmement de bien. En fait, le sang humain était comme une drogue pour moi. J'adoré ça et je ne pouvais définitivement pas m'en passer. Oh non, j'avais déjà essayé pourtant mais c'était perdu d'avance. Même l'amour que je portais à Summer n'était pas assez fort pour me faire arrêter cette habitude qu'elle détestait. Parfois, lorsqu'elle rentrait à la maison en colère parce qu'elle avait apprit en ville qu'un humain avait été tué, je m'en voulais terriblement de lui mentir à ce point mais je ne pouvais pas lui dire. Pourtant, j'étais du genre honnête avec elle. Je ne lui mentais jamais sauf à ce propos.

    Cela faisait environ trois heures que nous étions allongé sur le canapé. D'ailleurs nous ne faisions absolument rien. Il nous arrivait de ne rien faire parfois. C'était très reposant et rien que de sentir l'odeur de Summer sur moi me suffisais emplement. Elle était allongé tout contre moi et c'était très bon. Cela faisait deux heures et demi que j'avais sentis qu'elle avait coupé sa respiration. Pourquoi? Je l'ignorais mais une chose est sûre, c'est que lorsqu'elle faisait cela, ça voulait dire qu'elle réfléchissait ou qu'elle pensait. Et oui, je connaissais Summer par coeur et je savais ce que voulait dire ses moindres faits et gestes. Au bout de deux heures et demi, je sentis sa respiration reprendre peu à peu. Je l'ais donc regardé et lui ais fais un tendre sourire. Elle était belle, si vous saviez. Aujourd'hui, j'étais de bonne humeur et d'une humeur plutôt joueuse. Résisterait elle à l'envie de m'embrasser? J'étais sûr que non. Elle n'arrivait jamais à ne pas m'embrasser. Dés qu'elle me regardait, il fallait qu'elle m'embrasse, sauf lorsqu'elle était en colère contre moi bien sûr mais c'était plutôt rare. Elle finit donc par dirger ses lèvres vers les miennes et je ne pus m'empêcher de rire. Cependant, je répondis au baiser très volontier. Ne pas embrasser Summer était presque une torture.

    Tout d'un coup, ses yeux devinrent noirs et les miens aussi. Allez savoir pourquoi? On était très souvent sur la même longueur d'onde. Surement parce qu'on se connaissait trop. Bref, elle me fit un tendre sourire et me dit que la partie de chasse était ouverte. Elle voulait jouer? Le premier arriver dans la forêt?! Okay pas de problème mais il était évident que je gagnerais. Je gagnais à chaque fois. Que voulez vous, j'étais beaucoup plus vieux qu'elle. Je la laissais donc prendre quelques secondes d'avances et passais à mon tour à travers la fenetre. Je passais devant plusieurs humains et essayais de ne pas prêter la moindre attention à leur odeur. C'était très difficile mais je me disais que Summer m'attendait au bout alors cela me donnait la force de ne pas leur sauter dessus. Enfin, j'arrivais en plein milieu de la foret et elle n'était toujours pas là. Je l'avais entendu rire lorsque je l'avais doublé. J'adorais le son de son rire. Je le connaissais par coeur lui aussi et aurait pû le reconnaitre parmit un milliard de rires. Une fois arrivé, elle me regarda, presque déçu et commença sa phrase mais je ne la laissais pas finir et me mis à rire. Je la connaissais par coeur, elle n'avait pas besoin de finir ses phrases. Elle voulait gagner rien qu'une fois?! Je comprends...Je fis donc un léger sourire en m'approchant d'elle.

    "Très bien, je te promets que la prochaine fois, je te laisse gagner, enfin j'essairais!" dis je en lui faisant un léger clin d'oeil.

    Je m'approchais ensuite d'elle, la pris tendrement dans mes bras et l'embrassais tendrement. C'est alors qu'une odeur vint me chatouillier les narines. Un humain?! Il y avait un humain qui approchait. Certes, il 'était sûrement à des kilomètres encore mais je le sentais et c'était déjà trop. Je n'allais pas pouvoir résister longtemps si on restait ici, surtout que j'avais très faim. Summer ne devait pas sentir l'odeur car il était beaucoup trop loin et qu'elle était beaucoup moins attiré par cette odeur. Seulement, je me raidis et cessais de l'embrasser tout en regardant derrière moi. Mon regard s'était assombrit et je vis au visage de Summer qu'elle se posait des questions. Je lui fis donc un léger sourire, toujours aussi tendu.

    "On devrait s'éloigner...Des humains approches!"

    L'odeur devenait de plus en plus forte. Oh mon dieu, qu'est ce que c'était dur de résister. J'avais qu'une envie c'était de leur sauter dessus mais je ne pouvais pas faire ça, surtout pas devant Summer. Maintenant que j'avais sentis du sang humain, j'espèrais qu'elle déciderait de sortir ce soir afin que je puisse en tuer un. Parfois, je m'en passais durant deux jours mais si je sentais l'odeur, c'était foutu. Je devais absolument trouvé une escuse pour echapper à Summer durant quelques heures.

    J'ai donc attrapé Summer par la main, je l'ais mise sur mon dos et j'ai courru avec elle le plus loin possible de cette odeur. UNe fois plus loin dans la forêt, je cessais de courir et reposais Summer par terre. C'est alors qu'une biche passa tout prêt de nous. Je fis un sourire à Summer, comme pour la détendre, en effet, elle semblait tendue.

    "A toi l'honneur!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Summer Alexey

avatar

Féminin
Nombre de messages : 241
Age : 26
Mood : Douteuse
Music : Savin Me - Nickelback
Pseudo : Killers
Quote : « Hurry, i'm fallin' »
Date d'inscription : 04/01/2009

Heart & Soul
Links:
Job: //
Self Control: 19/20

MessageSujet: Re: Promenons nous dans les bois | PV Aaron.   Dim 18 Jan - 2:26

    Aaron avait toujours été quelqu'un de très étrange parfois. Il lui arrivait d'être heureux un moment, comme je l'avais sentie lorsqu'il m'avait embrasser, et passer soudainement à un état plutôt colérique. Ou stressé. J'avais sentie l'odeur des humains mais je ne m'en étais pas préoccupée, en effet je côtoyais un bon nombre d'humains et j'étais indifférente à leur sang. Dans ma vie, je n'ai tuer qu'un seul humain à ma connaissance, il a été ma première et mon unique victime. Je me souviens que lorsque je m'étais rendu compte de mon acte, je m'étais jurée de ne plus jamais recommencer. La preuve, aujourd'hui cette promesse restait tenue.

    Je doutais, il fallait bien que je l'avoues. Aaron était plus vieux que moi après tout, il aurait dû être habituer au sang humain, encore plus que moi d'ailleurs mais non. Quoique s'il avait cet air là, c'était peut-être parce qu'il avait peur que ce ne soit moi qui craque. J'acceptai ses bras volontiers quand il me porta sur son dos pour m'emmener plus loin des humains dans la forêt. Pendant qu'il courrait, j'avais posée ma tête sur mon épaule gauche pour sentir sa peau froide, pour les humains et chaude, pour les vampires contre la mienne. Nous étions à contresens par rapport au vent, c'était pour cela que ce dernier nous fouettaient nos visages. Je l'acceptai volontiers pour ma part, mes longs cheveux bruns volaient à chaque pas que faisait l'être que j'aimais.

    Une fois arriver, il me posa à terre doucement comme un vrai gentleman. Il en était un après tout. Je sentis une biche nous passer tout près et je vis le sourire de Aaron. Sourire qui me fit oublier tout mes doutes à son sujet d'ailleurs. Il m'énervait à faire cela parfois, j'oubliais tout ce que je lui reprochais, strictement tout. Ce qui était bon pour lui mais agaçant pour moi car jamais je n'arrivais à lui toucher un mot sur son comportement. Je lui rendis son sourire et il me proposa de commencer ma chasse par la biche. J'acquiesçai toujours sans un mot et je m'éloigna un peu, cherchant à la façon dont je tuerais cette pauvre bête.

    La biche était un animal qui m'étais devenue difficile à tuer. J'aurais préférée un mâle, comme toujours. En réalité je savais que cette femelle avait sûrement des petits et cela me coûtait un peu de faire la scène que je détestais dans le dessin animé Bambi au quotidien. Au cours des années, je m'étais habituée. Surtout que c'était le premier animal que j'avais chasser avec Aaron. Cette nuit m'étais inoubliable. J'avais perdue Afton la même journée et je devais boire du sang à tout prix, ma peine m'empêchais d'attraper une quelconque bête et Aaron était apparût tel un ange pour la seconde fois dans le but de m'aider.

    Avant cette nuit, j'en étais déjà amoureuse. Depuis qu'il m'avait sauver de cet abruti de carnivore en fait. L'amour est une chose qui ne se contrôle pas, quand on la ressens c'est pour de bon. J'en avais fais l'expérience, que je vivais encore aujourd'hui. Je grimpa sur un arbre assez proche, de là-haut, je voyais la biche ainsi que Aaron.

    « Et regardes comment on chasse Roméo. »

    Je lui fis un sourire complice qu'il avait sûrement pu voir d'en bas puisqu'il me le rendis aussitôt. Je coupa ma respiration, chasser me demandait une concentration forte. Je n'étais pas du genre à vouloir faire mal les choses, à rater. Ma passion pour la perfection s'étalait elle aussi sur le domaine de la chasse. En particulier si Aaron était présent. Je marcha doucement jusqu'au bout d'une branche d'arbre sur laquelle j'avais nommer comme point de départ de mon saut. Je lança un dernier regard à mon amoureux avant de sauter complètement de ma branche avec grâce pour atterrir près de la biche. Avant qu'elle n'eût réaliser ce qu'il venait de se passer autour d'elle, je lui avais briser le cou pour abréger ses souffrances. Je m'étais toujours sentie proche des animaux humaines et encore aujourd'hui, les tuer me faisait du mal. Mais il fallait bien se nourrir, c'était le prix à payer pour cette vie éternelle que peu de vampires demandent.

    « Et voilà le travail. Je suis un as avoues-le ! »

    Je m'étais retourner vers lui et je lui avais fait un clin d'oeil. Je tenais la tête de la biche entre mes mains, j'avais pris soin de lui fermer les yeux comme par respect. J'avais conscience qu'aux yeux de certains comme à ceux de Aaron, j'avais une attitude bizarre qui rendais mon statut de vampire très difficile à croire mais je m'en fichais. Qu'est-ce qu'il y a de bien à se montrer normal ? Rien, on ne gagne rien et on ne perds rien.

_________________
    ©️ hope • nami86 @ LJ
    The truth is hiding in your eyes
    And it’s hanging on your tongue
    Just boiling in my blood
    But you think that I can’t see
    What kind of man that you are
    PARAMORE • Decode.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Mcavoy

avatar

Nombre de messages : 225
Date d'inscription : 12/01/2009

Heart & Soul
Links:
Job: //
Self Control: 8/20

MessageSujet: Re: Promenons nous dans les bois | PV Aaron.   Lun 19 Jan - 16:51

    J'étais tombé amoureux de Summer dés la première fois où je l'avais vu. Je l'avais su tout de suite. Je n'étais pourtant jamais tombé amoureux de toute ma vie d'humain et j'aurais dû avoir quelques difficultés à reconnaître un sentiment humain tel que l'amour. Pourtant, croyez moi, lorsque cela vous tombe dessus, vous le sentez tout de suite. Durant ma vie humaine, j'avais toujours été un genre de romantique apréciant particulièrement les belles femmes et croyant déspèrement à l'amour que je n'avais pourtant jamais trouvé avant Summer. Néanmoins, je n'avais jamais perdu espoir et j'avais continué de croire qu'un jour, je finirais par le rencontrer, le vrai et l'unique amour. En effet, Summer est mon unique amour. Je sais dorénavant que je n'aimerais personne d'autre dans ma vie qu'elle. Elle était parfaite. La femme que j'avais toujours recherché sans jamais la trouver. Lorsque je l'avais vu pour la première fois alors qu'elle risquait de se faire tuer, une sensation très étrange avait traversé mon corps et elle revenait à chaque fois que je pensais à Summer. Durant trente ans, j'ai rencontré d'autres femmes mais jamais l'une d'entre elle ne m'avais ressentir ce que Summer m'avait fait ressentir avec un simple regard. Croyez moi, un simple regard de Summer et vous devenez le plus heureux des hommes. En tout cas, c'est l'effet qu'elle me procurait. C'est sûrement d'ailleurs pour cette raison que je m'étais sentis obligé de lui faire croire que j'étais végétarien, je ne voulais surtout pas la faire souffrir. Si elle avait sû que j'étais carnivore, elle m'aurait détesté et je n'aurais pas pu être détesté par Summer, je l'aimais beaucoup trop. Souvent, je me demandais pourquoi l'amour que je lui portais ne me rendait pas végétarien, pourquoi je ne trouvais pas la volonté? Je n'en sais rien. Je n'arrive pas à comprendre, quoi qu'il en soit, je me déteste tous les jours de lui faire autant de souffrance. Certes, pour le moment elle ne souffre pas puisqu'elle ne sait rien mais je me dis qu'elle finira bien par le savoir. Tout se sait un jour ou l'autre!

    J'avais sentis les humains approchés et il est vrai que j'avais beaucoup de mal à résister à leur odeur mais en plus de cela, je n'aurais pas voulu que des humains nous voient chasser. Certes, ils connaissaient pour la plupart d'entre eux l'existence des vampires mais ce n'est pas forcément agréable pour eux de voir ce genre de chose, j'en avais bien conscience. C'est donc aussi pour cette raison que j'avais préféré m'éloigner avec Summer. Un humain m'avait déjà surprit en train de tuer un humain et maintenant, je n'ais plus qu'une seule idée en tête, le tuer. Je ne voudrais surtout pas que cela revienne aux oreilles de Summer. Bref, une fois un peu plus loin dans la forêt, je sentais encore le sang des humains mais un peu moins qu'auparavant heureusement. Je vis alors une biche passer et je proposais à Summer de la tuer. J'espérais sincèrement qu'elle irait vite car j'avais besoin de me calmer et de faire disparaître cette odeur de sang humain qui était dans mes narines. Je la vis donc monter sur un arbre. Pour être franc, j'étais en train de l'admirer. D'une parce que je la trouvais particulièrement belle lorsqu'elle chassait et ensuite parce que j'étais en quelques sortes son professeur et j'avais ce besoin permanent de vérifier si elle faisait les choses bien ou non. Je lui fis un tendre sourire auquel elle répondit. Si vous la voyez sur cet arbre, vous pourriez comprendre de quoi je parle. Sa beauté dépassait celle de n'importe qui sur cette terre. Elle se mit alors à sauter sur la biche et lui brisa la tête afin qu'elle ne souffre pas.

    Je souris devant sa remarque, comme quoi elle étiat un as. C'est vrai qu'elle se débrouillait de mieux en mieux. Elle tenait la tête de la biche dans ses mains et avait pris soin de lui refermer les yeux. Elle faisait toujours ça. C'était une sorte d'habitude chez elle. Summer était un être bon. Même les humains étaient parfois moins bons qu'elle. Elle détestait l'idée de devoir tuer quelqu'un, même un animal. Je dois avouer que c'est quelque chose que j'appréciais particulièrement chez elle. J'aurais pu souhaiter au plus profond de moi que Summer devienne comme moi, c'est à dire un vampire carnivore mais au contraire, je ne le voulais pas. J'aimais beaucoup trop Summer comme elle était. C'était une personne humaine. C'est vrai, elle avait beau être un vampire, elle étiat loin d'être un monstre, très loin même. Quand Summer me regardait avec son regard, j'avais l'impression d'être quelqu'un de meilleur. C'est aussi pour cette raison que je ne voulais pas que Summer découvre qui j'étais. Je n'avais pas du tout envie que sa manière de me regarder change. Je n'aurais pas supporter qu'elle me regarde comme un monstre. J'aimais beaucoup trop sa façon actuelle de me regarder comme si j'étais un ange tombé du ciel.

    Je me suis alors approché de Summer en souriant et je lui ais pris la tête de biche pour la poser par terre. Je l'ais ensuite embrassé tendrement. J'aimais embrassé Summer juste avant de chasser, ou plutôt de boire. C'était une sorte de rituelle entre nous. Je lui ais alors souris et je me suis penché sur la biche. Il est évident que contrairement à Summer, je préférais que la biche soit vivante lorsque je buvais son sang mais bon, Summer préférait la tuer d'abord donc j'acceptais sans rien dire. Evidemment, je ne pouvais m'empêcher de penser que cela gachait tout le plaisir.Déjà que le sang animal n'était pas un réel plaisir alors là c'était encore pire. Bref, je me suis donc penché sur la biche et j'ai bu le sang qui coulait de son cou. J'essayais au maximun d'oublier l'odeur du sang des humains qui devenait de plus en plus proche. En effet, les humains arrivaient par là. Je finis donc par cesser de boire et fermais les yeux durant quelques secondes afin de ne pas craquer à l'envie d'aller à leur rencontre et de les tuer. Je finis par ouvrir de nouveau les yeux et regardais Summer.

    "Fais vite...Je ne sais pas qui sont ces humains mais appremment ils font une randonnée. Ils approchent..."

    Je n'avais pas envie que des humains nous voient en train de boire du sang. De plus, j'avais plutôt du mal à me contrôler lorsque j'étais en presence d'humain. Certes, il m'arrivait de croiser des humains dans la vie de tous les jours et de résister à l'envie de les tuer mais c'étiat seulement quand j'avais déjà chasser un humain et que je n'avais plus faim. Aujourd'hui, je n'avais pas encore bu de sang humain et je savais très bien que si les humains arrivaient je ne resisterais pas à l'envie de les tuer. En effe,t même la présence de Summer ne changerait rien. C'est justement bien le problème. Pourquoi n'ais je pas la force de me contenter du sang animal pour Summer? Je l'aime pourtant mais quoi qu'iil en soit, je n'y arrive pas, c'est au dessus de mes forces.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Summer Alexey

avatar

Féminin
Nombre de messages : 241
Age : 26
Mood : Douteuse
Music : Savin Me - Nickelback
Pseudo : Killers
Quote : « Hurry, i'm fallin' »
Date d'inscription : 04/01/2009

Heart & Soul
Links:
Job: //
Self Control: 19/20

MessageSujet: Re: Promenons nous dans les bois | PV Aaron.   Lun 26 Jan - 1:41

    Le sang de la biche ne m'était pas écoeurant au contraire. Parfois je prenais goût à chasser, c'était surtout quand Aaron était à mes côtés. Tuer pour manger, je trouvais ça ignoble, on comprenait mieux pourquoi j'étais moi-même végétarienne, humaine. Ma faim fût calmé très rapidement, je me contentais toujours du minimum. Je fis donc semblant de boire tout en gardant mes deux yeux sur Aaron.

    Je n'avais qu'une envie, passer ma main dans mes cheveux, cependant je n'osais pas le déranger pendant qu'il mangeait. Je sentis les humains s'approcher mais je ne releva pas la tête, je bus alors encore un peu de sang de la biche jusqu'à ce que Aaron me lance un avertissement au sujet des humains. J'ouvris les yeux que j'avais pris soin de fermer lorsqu'il avait ouvert les siens et je plongea mes yeux dans les siens.

    « Bien, j'ai terminée. »

    J'étais de nouveau sur mes pieds, près de la biche et de Aaron. Je posa ma main sur sa joue, il était étrange. En général, lorsque nous chassions, ils n'y avaient jamais d'humains, là c'était un peu une première. Nous restâmes ainsi, cinq bonnes minutes à nous regarder, ma main contre sa peau. Jusqu'à ce qu'il s'agace et me dise qu'ils nous fallait nous dépêcher. Je laissa tomber ma main que je plaqua contre mon corps.

    « Tu sais que... »

    J'avais envie de lui dire à quel point je trouvais son attitude étrange, cependant je n'y arrivai pas. Je lui pris alors sa main et je l'emmena un peu plus loin dans la forêt, en silence. Les humains avaient à présent atteint l'endroit où nous étions un peu plus tôt, je le sentais, je le savais. Aaron regarda en arrière, comme s'il avait une envie d'y retourner.

    « Qu'est-ce qu'il t'arrive Aaron ? »

    Ma voix était calme, posée. Il me fit un bref sourire qui signifiait un "rien", il n'avait pas besoin de le dire j'avais très bien compris. Je m'approcha alors de lui, souriante, face à lui et je posa délicatement mes lèvres sur les siennes. Je fus heureuse de voir qu'il participa également au baiser, le rendant plus langoureux. Je posa alors mes mains au tour de sa taille, le serrant d'avantage à moi. Je me détacha alors de ses lèvres, pour le regarder fixement. D'un regard où seul de l'amour pouvait être lu. Je termina mon numéro par un sourire malicieux qui voulait tout dire.

    Sauf que la suite n'était pas aussi belle que je me l'imaginais. L'odeur des humains était de retour, ils étaient donc tout prêt. Je m'éloigna un peu d'Aaron et je me mis à regarder derrière lui, attendant la venue des humains sous son regard suspect à lui.

    « Bah quoi ? Tu sais je sais me contrôler, autant aller leur dire bonjour. »

    Son sourire s'effaça ce qui me value une grimace. J'étais prête à tout pour lui montrer que j'avais un self control d'un niveau 40 sur 40. C'est pourquoi j'alla à la rencontre des humains, en sachant qu'il était à mes basques.

_________________
    ©️ hope • nami86 @ LJ
    The truth is hiding in your eyes
    And it’s hanging on your tongue
    Just boiling in my blood
    But you think that I can’t see
    What kind of man that you are
    PARAMORE • Decode.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Mcavoy

avatar

Nombre de messages : 225
Date d'inscription : 12/01/2009

Heart & Soul
Links:
Job: //
Self Control: 8/20

MessageSujet: Re: Promenons nous dans les bois | PV Aaron.   Mar 27 Jan - 2:22

    J'étais en train de me nourrir de ce sang de biche que je trouvais plus que répugnant. Il n'y avait aucun doute là dessus, je détestais le sang animal. J'aurais voulu partir à la rencontre des humains qui se trouvaient un peu plus loin et me nourrir de leur sang. Pour le coup, j'étais sûr que leur sang serait bien meilleur que celui-ci. Il n'y avait aucun doute là dessus. Pourtant, je ne bougeais pas d'un centimètre et continuait de boire le sang de cette biche, aussi répugnant soit il. J'en buvais même énormément éspèrant désépérément que je finirais par apprécier ce gout, que je finirais par oublier l'odeur des humains qui n'étaient pas très loin. Je savais bien au fond de moi que tout cela était cause perdue. Durant plus de trente ans, j'avais essayé de cesser de boire du sang humain mais en vain. J'étais et je resterais toujours un monstre assoiffé de sang humain qui tue des hommes et brise des vies dans l'unique but d'assouvir ses envies. Le pire dans tout ça, c'est que j'étais déstiné à continuer de mentir à Summer pour l'éternité. Je ne cessais pas de boire mais pourtant je n'appréciais pas du tout. En fait, le sang animal était juste là pour calmer un peu ma soif et pour que Summer croit que j'étais exactement comme elle bien que ce n'était pas le cas.

    Soudain, une odeur arriva dans mes narines. Encore ce sang?! Ces humains commençaient vraiment à devenir très embêtant. De plus, cette fois, je les savais tout prêt, de plus en plus prêt. Je me connaissais bien et je savais que j'allais avoir beaucoup de mal à me contenir, surtout que je n'avais pas bu du sang humain de la journée. Je savais aussi que même la présence de Summer à mes côtés ne m'empêcherait pas de commaitre l'irréparable pourtant, si je le faisais, je la perdais. C'est donc pour cette raison que je me redressais d'un bond et que je dis à Summer de se dépécher de terminer. J'étais inquiet et tendue. D'ailleurs, je n'étais pas idiot et je me doutais qu'elle devait s'en appercevoir. Après tout Summer me connaissait mieux que quiconque sur cette planète. Après m'avoir prit par la main pour m'éloigner un peu, bien que je sentais toujours le sang dans mes narines, Summer me demanda ce que j'avais. C'est vrai, que je devais parraitre un peu étrange. Je lui fis donc un tendre sourire et l'embrassais avec tendresse et douceur. Je n'avais pas de coeur et pourtant, lorsque Summer m'embrassait de cette façon, j'étais persuadé de pouvoir l'entendre battre, ainsi que le sien.

    Tout d'un coup, le sang d'humain fût encore plus proche. Je ne compris d'ailleurs pas pourquoi je ne m'étais pas encore précipiter afin de les vider de leur sang. Alors que j'allais emmener Summer plus loin avec le peu de force qui me restait, je la vis s'avancer vers ces humains. Mon visage s'assombrit tout d'un coup et pouvait lire de l'inquietude. C'est alors qu'elle me dit qu'elle savait se contrôler. Oh oui, je savais bien qu'elle le pouvait mais moi je ne le pouvais pas. Summer pensait toujours que je la sous hésitimais alors que dans le fond, je la savais bien plus forte que moi pour plein de chose, comme pour résister à la tentation par exemple. Evidemment, le fait qu'elle croit que j'avais peur pour elle et non pour moi, m'arrangeait un peu je dois l'avouer. Alors qu'elle s'approchait encore un peu pour aller à l'encontre de ces humains, je l'attrapais fortement par le bras et la força à se tourner vers moi.

    "Summer arrête de faire l'idiote! On doit partir et tout de suite..."

    J'avais dis ça sur un ton sévère, grave. J'étais en colère et Summer pouvait le voir. Je n'étais pas en colère contre elle mais plutôt contre moi. C'est alors que tout mon corps se raidit et voilà, un humain se trouvait maintenant à quelques centimètres de nous. J'entendis même un d'entre eux prononcer un vague bonjour. Soudain, un autre puis un autre arrivait. J'allais faire un massacre! Ils allaient tous mourir, ils fallaient absolument qu'ils partent tout de suite. Je tenais toujours Summer fermement par le bras, c'était le seul moyen que j'avais trouvé pour ne pas les dévorer. Si je la lachais, ils étaient morts. J'avais coupé ma respiration et mon regard était plongé dans celui de Summer, cependant, il était noir, tellement la faim était forte à cet instant. Je ne voulais pas cesser de regarder Summer car j'espèrais qu'elle me donnerait la force de résister, je l'espèrais vraiment. De plus, ils fallaient que ces humains ne fassent pas un pas de plus ou ils étaient morts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Promenons nous dans les bois | PV Aaron.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Promenons nous dans les bois | PV Aaron.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Promenons-nous dans les bois. [Emeric]
» Promenons-nous dans les bois... [Privé]
» Promenons nous dans les bois , pendant que le loup n'y est pas ~PV Yû
» Un, deux, trois promenons-nous dans les bois ♫
» [Défi] Promenons nous dans les bois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: All around Boston :: Eve Forest-
Sauter vers: