AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tu me suis?! PV LENA

Aller en bas 
AuteurMessage
Keziah Taylor
ADMINISTRATOR | The goddamn vampires ass kicker
avatar

Nombre de messages : 504
Date d'inscription : 30/12/2008

Heart & Soul
Links:
Job: Chasseur de vampires
Self Control: 16/20

MessageSujet: Tu me suis?! PV LENA   Lun 5 Jan - 23:51


Découvrez Lionel Cohen!


    C'était un vendredi soir et comme tous les soirs, c'était l'heure pour moi d'aller à la chasse aux vampires. En ce moment, je chassais surtout deux vampires. La première était celle qui avait tué ma petite amie. Je ne sais pas trop pourquoi je continuais de la chasser puisqu'il était évident que je n'avais pas l'intention de la tuer tout de suite et quant à elle, elle n'étiat pas non plus décidé à boire mon sang. La deuxième, était une vampire que j'avais rencontré un soir au cimetière. Ce soir là, j'étais en train de chasser un vampire qui avait sû déjouer tous mes plans et on peut dire que j'étais dans une situation plus que délicate puisque ce vampire n'était pas un de ces vampires végétariens. Il était donc évident que j'allais y passer. Il était d'ailleurs couché sur moi prêt à me mordre quand une autre vampire arriva et le tua. Allez savoir pourquoi...J'ai tout de suite bien compris qu'il ne s'agissait pas d'un vampire carnivore mais quoi qu'il en soit, je n'avais pas le droit de la laisser en vie. Cependant, elle venait de me sauver la vie et si je l'avais tué, je me serais presque sentis mal de le faire. C'est pourquoi, j'avais décidé de l'épargner ce soir là, tout en promettant que je finirais par l'avoir une autre fois. Pourtant, on s'est revu plusieurs fois et je ne l'ais toujours pas tué. La deuxième fois que je l'ais vu, c'était dans un bar au milieu de pleins de gens. Je ne sais pas trop pourquoi mais on avait discuté. Enfin discuter est un bien grand mot. Disons qu'on était entré dans un duel verbale et je peux dire qu'elle était très forte à ce petit jeu mais elle n'était pas la seule. Enfin bref, depuis on se revoit et parfois c'est vrai que j'ai l'occassion de la tuer mais je ne le fais pas. En fait, elle me fait rire. C'est étrange parce que je suis censé la hair tout comme je hais son espèce. Néanmoins, quelque chose chez elle m'attire comme jamais.D'ailleurs je crois que si je la tuais, je m'ennuirais.

    Ce soir là, j'étais donc partis dans le parc de la ville de Boston. Ce parc était super enfin surtout le jour car la nuit, on y trouvait beaucoup de vampires. Enfin surtout des vampires carnivores qui espèraient trouver un humain à croquer. J'étais d'ailleurs venu pour tuer l'un de ces vampires. Tuer des vampires carnivores étaient beaucoup plus amusant et on avait beaucoup moins l'impression d'être un meurtrier mais plutôt une sorte de héros. J'avançais donc dans ce parc. Il n'y avait personne pour le moment et c'était plutôt étonnant. Est ce qu'ils étaient tous partis au cimmetière? Ce n'était vraiment pas de chance, pour une fois que je venais au parc, c'est vrai, j'allasi très rarement au parc, je chassais plutôt au cimmetière habituellement. C'est alors que, soudain, devant moi je vis quelqu'un qui marchait. Je m'approchais doucement afin de ne pas tuer n'importe qui. C'est vrai, imaginez que ce soit un humain...Enfin plutôt une humaine, car plus je m'approchais et plus je distinguais une silouhette de femme. Je finis par pousser un soupire suivit d'un léger sourire. La personne qui se trouvait devant moi était notre chère Lena. C'étiat la vampire dont je vous parlais au départ, celle qui m'a sauvé la vie et celle que j'ai épargné. Ce n'est possible, cette fille était partout. C'est vrai, ces derniers temps je ne pouvais plus chasser tranquille, elle était toujours là. Je me disais que le fait d'aller au parc plutôt qu'au cimmetière allait m'empêcher de tomber sur elle. J'allais donc finir par croire qu'elle me suivait que ce n'étiat jamais une coincidence si l'on se trouvait toujours au même endroit. Tiens alors comme ça, elle cherchait ma trace? Et pourquoi? Etais je devenu un jeu pour elle? Quoi qu'il en soit, j'étais loin d'être stupide et je savais très bien que je lui plaisais, enfin du moins qu'elle me trouvait plutôt sympathique et que se battre avec moi physiquement ou verbalement était devenue un jeu pour elle! Malsin tout ça!

    D'accord, j'avoue qu'elle n'était pas la seule dans cette situation. Etant donné que je n'étais pas un vampire, je n'avais pas le pouvoir de trouver facilement la trace de Lena mais j'étais toujours très heureux de la voir. Comment je connais son prénom? Bonne question. En fait il se trouve que cette charmante jeune femme, ou plutôt ce monstre et moi avons beaucoup communiqué. Certes, à chaque fois on se montre plutôt désagréable l'un envers l'autre mais c'est toujours sur le thème du jeu. C'est assez difficile à expliquer en fait. Moi même je dois avouer avoir du mal à comprendre ce qui se passe lorsque je suis face à cette femme mais une chose est sûre, la voir est toujours un réel plaisir pour moi. C'est d'ailleurs là que ce n'est pas normal! Pas normal du tout même. Je suis un chasseur de vampire et je suis censé hair tous les vampires. Je dis bien tous les vampires, sans aucune exeption et Lena ne devrait donc pas être une exeption. Parfois, je songeais même à la tuer juste pour redevenir moi même. C'est vrai, si elle étiat morte, toute cette histoire plutôt malsaine prendrait fin mais pourtant, lorsque je suis prêt d'elle, je n'arrive pas à la tuer. Certes, je pourrais mettre ça sur le fait qu'elle est la plus forte de tous les vampires que j'ai affronté jusque là mais vous comme moi savez bien que c'est faux! Alors pourquoi je ne la tue pas? Je n'en sais rien.

    Quoi qu'il en soit, ce soir encore, j'étias très heureux de voir Lena, comme à chaque fois que je la voyais, c'est bien ça le problème. Evidemment, il était hors de quesiton qu'elle le sache, bien qu'elle devait se douter que mon attitude envers elle n'était pas la même qu'avec les autres vampires. Elle était dos et elle ne m'avait pas vu. Néanmoins, je n'étias pas stupide et elle devait déjà avoir sentis ma présence. Peu importe...Une chose est sûre, c'est que je savais que je n'avais rien à craindre avec elle puisqu'elle ne boit pas de sang humain. Certes, elle pourrait me tuer mais elle le ferait seulement pour se défendre et comme je n'étais pas prêt de la tuer. Comme elle ne me voyait pas, bien qu'elle savait déjà que j'étais ici, du moins je pense, je lui sautais sur le dos et elle se retrouva au sol. Je l'ais alors retourné pour qu'elle me fasse face. Je me suis alors assis sur elle et lui ais fais un grand sourire. Voilà, le véritable problème, je lui souriais souvent, beaucoup trop souvent. D'ailleurs même s'il s'agissait toujours d'un sourire ironique, au fond de moi je sourirais réellement.

    "Et bien...Quand je suis au cimmetière tu es au cimmetière, je pensais que cela était une coincidence mais apparemment non...Je vois que tu cherches ma trace. Dis moi, tu es complètement folle amoureuse de moi ou alors tu t'ennuis dans ta misérable vie de vampire?" dis je avec un grand sourire aux lèvres.

    Je la regardais alors dans les yeux. Je la regardais souvent dans les yeux mais finissais souvent par baisser le regard. C'est d'ailleurs ce que je fis là aussi. Il faut dire que cette fille était sublime. Si seulement vous la voyez. Elle est belle. Je n'ais jamais vu une personne plus belle qu'elle sur cette terre. Elle est à mes yeux aussi belle que l'était Leila. Voilà d'ailleurs un autre problème...Enfin bref, sa peau si pâle la rendait encore plus belle qu'elle ne l'était à l'origine et ses yeux noir, d'un noir très sombre lorsque j'étais assis sur elle de cette façon, chose que je faisais régulièrement. C'était pour moi un moyen d'avoir le pouvoir même si elle n'hésitait pas à le reprendre parfois. Quoi qu'il en soit, croyez moi, sa beauté était vraiment extraordinaire et même si on éprouvait de la haine pour cette fille, on ne pouvait s'empêcher d'éprouver du désir. Après tout, la haine est le sentiment le plus proche de l'amour non?! Hum, je préfére ne pas m'étaller sur ce sujet...

_________________

    Ma vengeance est perdue s'il ignore
    en mourant que c'est moi qui le tue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Stevens

avatar

Nombre de messages : 52
Date d'inscription : 05/01/2009

Heart & Soul
Links:
Job:
Self Control: 0/20

MessageSujet: Re: Tu me suis?! PV LENA   Mar 6 Jan - 20:32


    « Tiens, prends ça espèce de monstre ! »

    Un cri strident s’échappa de mes lèvres. Quel idiot ! Et moi alors ? Quelle idiote je faisais, ça n’était pas en rêvassant et en m’exposant aux rayons du soleil que j’allais échapper à ça. De l’eau bénite, j’avais deviné son intention avant même qu’il ne sorte la fiole de sa poche, et je n’avais pas réagi, pas cillé. Mais que pouvais-je bien faire ? Lui sauter dessus ? Le mordre ? C’était tout bonnement contre mes principes ! J’aurais bien pu partir à vrai dire, mais cela faisait déjà plusieurs années que j’avais arrêté de fuir, lassée. Alors j’avais attendu, après tout, il aurait bien pu se raviser. Mais il ne l’a pas fait, il fallait s’y attendre, je n’avais jamais eu de chance, je ne voyais pas pourquoi ça aurait changé aujourd’hui. Je posais ma main sur ma brûlure, au niveau de mon cou. Par chance –apparemment la chance ne m’avait pas totalement quitté, ce crétin ne savait pas visé, en en s’écrasant contre le mur de la ruelle, j’avais reçu quelques gouttes du contenu de la fiole. Vraiment pas de quoi s’alarmer. Un sourire malsain aux lèvres, je tournais les talons en parlant au « crétin » pour la première fois.

    « La prochaine fois tu me préviens que tu ne sais pas viser, je ne m’affolerai pas pour rien !
    - Tiens, ça parle ces trucs là ?
    - Eh oh sombre crétin, tu te prends pour qui là ? Comment est-ce qu’elle s’appelle ta petite amie ? Sarah ? C’est ce qu’il y a marqué sur l’étiquette du bouquet de fleurs que tu laisses traîner par terre non ? « Pour Sarah ». Oh ça va, tu n’affoles pas, je n’y toucherais pas à ta Sarah. On peut dire que tu as eu une sacré vaine de tomber sur moi tu sais ? »

    Ce crétin avait bien mérité la peur bleue que je devais juste lui avoir fait. J’ai beau être pleine de sarcasme, et de cruauté dans mes paroles aussi, il faut l’admettre, jamais je n’aurai touché à sa petite amie –ou fiancée, on s’en fiche. J’avais beau dire haut et fort que je n’avais jamais touché ne serais-ce qu’un humain, il était des personnes qui s’en fichaient et qui continuaient à me chasser. Des chasseurs, lorsqu’ils s’attaquaient aux vampires carnivores, cela avait beau me déplaire, je ne pouvais rien dire, leur haine était justifiée. Mais les vampires végétariens ? C’était du grand n’importe quoi de nous chasser. Ne mangeaient-ils pas des animaux eux aussi ? Quel mal y’avait-il à cela ? Un chasseur me perturbait particulièrement en ce moment. Son prénom ? Keziah. Je le trouve originale son prénom, au moins autant plus que le miens, même si je suis fière de mon prénom. Keziah est, comme vous l’aurez sûrement deviné, un chasseur. Mais pas n’importe lequel, il est LE chasseur, celui a qui j’ai sauvé la vie. Je l’aime beaucoup Keziah, un peu trop même, mais je ne le montre pas. Je crois que lui aussi à de l’affection pour moi, c’est sûrement d’ailleurs grâce à cela que je suis toujours en vie. Car il faut que je l’admette, il est très bon chasseur, j’ai beau être toujours méfiante, jamais assez, comme vous avez pu le voir tout à l’heure d’ailleurs, il m’arrive très souvent de rêvasser, et cela m’est arrivé une multitude de fois alors que j’étais avec Keziah, il aurait bien pu me tuer à des moments comme ceux-là, mais ne l’a pas fait. Je lui en suis reconnaissante, car il est vrai que personnellement, je ne lui ai sauvé la vie qu’une fois, il n’a plus de comptes à me rendre. Beaucoup sont les vampires qui le connaissent, mais peu l’ont vu, généralement ceux qui ont déjà croisé le regard de Keziah sont morts, il est redoutable. Je suis un peu une miraculée en fait. J’ai ouïe dire que si il portait une telle haine envers notre espèce, c’était car il pleurait sa défunte petite amie, tuée par l’un des notre. J’ai mal pour lui, c’est bête à dire mais je le comprends, en quelques sortes. Je sais ce que cela fait de perdre une personne qui nous est proche.

    A force de rêveries –je ne me refais pas, je me rendis compte que la nuit était tombée. Et si j’allais le voir ? Keziah. J’avoue que je m’ennuie beaucoup sans lui, il est plutôt amusant, et très perspicace. Nous nous sommes vu devant un café un jour, et je crois que je ne me suis jamais autant amusée de toute ma vie, je lui lançai des piques, il répliquait, et nous passâmes ainsi quelques bonnes heures à « discuter ». Il devait sûrement être parti en chasse à l’heure qu’il était. Dans le parc, ou jardin public, j’étais prête à en mettre ma main à couper. Etais-ce une sorte de « don » que j’avais acquis en devenant vampire, avais-je cela depuis la naissance ou étais-ce seulement une intuition qui me poussait à savoir ou il était ? Le mystère resterait entier, je n’ai pas la réponse. Quelques minutes plus tard, j’étais sur place, au parc. Je me mis alors à marcher. Comme toujours, plongée dans un songe, je ne sentis pas la présence de Keziah, et pourtant il était là puisque je sentis soudainement tomber sur le sol d’abord faisant face à la terre, puis il me retourna d’un geste vif, afin que nous soyons face à face. Il s’assit sur moi et m’adressa un large sourire ironique, l’aspect en était vraiment ironique, presque insolant, mais peut-être ce sourire était-il sincère en vérité ? Mystère mystère, que de mystères entouraient ce cher Keziah.

    « Et bien...Quand je suis au cimetière tu es au cimetière, je pensais que cela était une coïncidence mais apparemment non... Je vois que tu cherches ma trace. Dis moi, tu es complètement folle amoureuse de moi ou alors tu t'ennuis dans ta misérable vie de vampire ?
    - Folle de toi ou prise d’un soudain ennui ... Choix difficile à faire si tu veux mon avis. Ma misérable vie de vampire, tu parles ! Et la tienne, elle n’est pas misérable ? Tu fais quoi de tes journées Keziah ? Rien de réellement intéressant. La faute à qui ? Sûrement pas à moi ou aux vampires végétariens, tu manges autant d’animaux que moi ! Je n’ai jamais choisis à être ce que je suis actuellement tu sais, mais ça, tu ne veux pas le comprendre. Tu es borné, je le suis aussi. Tu sais Keziah, tu n’es pas plus blanc que moi, la seule chose que je n’ai jamais tuée sont les animaux, toi non. Bon, changeons de sujet, j’ai fait mon choix. Je suis folle de toi, ça tombe sous le sens dit-elle en un grand et large sourire, c’est aussi clair que ce que tu ressens pour moi, pourquoi serais-je encore en vie sinon ? Soit ça, soit je te surestimais et tu es loin d’être un aussi bon chasseur que tout le monde le prétend. »

    J’avais rempli ma tâche de la journée en lui donnant des arguments pour ne pas tuer les vampires végétariens, je le faisais toujours, et il n’écoutait jamais. J’avais l’habitude au fond. Il devait le connaître par cœur à présent mon petit discours sur notre innocence. Mais je lui répétais, je ne me lassais jamais de la réaction qu’il avait, un mélange de colère et d’amusement. Evidemment, le fait que j’ai dit qu’il était lui aussi fou de moi ne faisait guère parti de mon objectif, mais il fallait bien que je lui lance des piques. Mon regard plongea dans le sien tandis qu’il baissa la tête avant même que je ne le fasse, il était gênée, ou alors résistait à l’envie de m’étrangler, aucune traître idée même si la première solution me rendrait nettement plus heureuse. J’avais beaucoup trop d’affection pour Keziah, j’en étais plus que conscience, mais là, avec lui, je n’en avais strictement rien à faire que ce soit bien ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keziah Taylor
ADMINISTRATOR | The goddamn vampires ass kicker
avatar

Nombre de messages : 504
Date d'inscription : 30/12/2008

Heart & Soul
Links:
Job: Chasseur de vampires
Self Control: 16/20

MessageSujet: Re: Tu me suis?! PV LENA   Mar 6 Jan - 21:38

    Lena, Lena, Lena! Tellement de chose à dire sur elle que je ne saurais pas très bien par où commencer. Déjà, il est important de noter, qu'elle est la seule vampire dont je connais le prénom. Ce n'est pas une bonne chose je suis d'accord avec vous. En même temps, je ne lui avais rien demandé hein. Elle m'avait dit son prénom après m'avoir demandé le mien. Soit disant qu'elle voulait connaitre le prénom de celui qui le traquait. Celui qui le traquait? Laissez moi rire. Franchement, depuis trois ans que je combattais les vampires, il est vrai que j'avais déjà tué certains vampires végétariens mais ceux auquels je m'attaquais étaient surtout des vampires carnivores. Il faut dire que lorsque je traquais les vampires, je me rendais dans les cimmetières le plus souvent, alors soyons honnête, c'est surtout les vampires carnivores qu'on trouve là bas, prêt à tuer leur victime. En effet, il est évident que les vampires végétariens ressemblent plus aux humains (même s'ils restent des monstres) et ils sont donc rarement dans les cimmetières. Pourtant, Lena s'y était trouvé une fois, la fois où elle m'avait sauvé la vie mais je ne l'avais jamais vu avant. Quoi qu'il en soit, depuis qu'elle m'a sauvé, elle est toujours où je suis. A croire qu'elle a envie que je la tue. Est ce que les vampires peuvent avoir des envies suicidaires? Donc, je réctifie, ce n'est pas moi qui la traque mais elle qui me colle. Voilà, c'est le mot, elle ne me lache pas. Sans mentir, je crois vraiment qu'elle s'amuse de ma compagnie, tout comme je m'amuse de la sienne, ce qui encore une fois je le répète est loin d'être normal pour un mec comme moi.

    Depuis trois ans que Leila est morte, je suis persuadé que je n'aurais jamais un autre grand amour dans ma vie. En effet, je fais partis des gens qui pensent qu'on a un et unique amour et que si on le perd, et bien on est déstiné à rester seul toute notre vie. J'ai bien conscience que c'est un peu triste comme façon de penser mais dans un sens c'est logique. Et oui, Leila m'apportait tout ce que j'avais toujours rêvé chez une fille. Elle étiat drôle, bavarde carément bavarde, sarccastique, parfois cruelle, totalement sexy et séduisante et elle avait un caractère de cochon qui l'empêchait d'avoir tord. En effet, même si elle avait tord, on ne pouvait l'avouer. Elle était trop forte pour obtenir raison. Voilà, toutes les qualités que je viens de citer en parlant de Leila sont également les qualités de Lena avec un petit défaut en plus, c'est un vampire! Franchement, je m'en voulais de trouver en un vampire toutes les qualités que j'avais aimé chez Leila. Tous les matins lorsque je me levais et regardais la photo de Leila, le visage de Lena m'apparaissait toujours et je me détestais pour ça. Je me détestais vraiment. Je n'avais pas le droit de penser à quelqu'un d'autre que Leila et encore moins à une vampire. Après tout, c'était de la faute de ces monstres si j'avais perdu la femme de ma vie et je m'étais juré de les détester jusqu'à la fin de mes jours. Je devais les détester tous, même Lena!

    Voilà j'étais maintenant assis sur Lena. J'adorais m'assoir sur elle et avoir le pouvoir. De plus,cela me permettait de voir son sourire qui était loin d'être désagréable croyez moi. Bref, je me mis alors à lui lancer une phrase dont j'ai le secret et c'est alors qu'elle se mit à me faire un monologue. Et oui, c'était bien un monologue. C'est incroyable de voir à quel point cette fille est bavarde. Elle a toujours plein de chose à dire. Je l'ais déjà remarqué plusieurs fois surtout qu'elle me fait toujours le même discours. Celui du méchant monstre que je suis alors qu'elle est une sainte ni touche, presque une création de Dieu lui même. Bref, je ne pouvais m'empêcher de la regarder et de l'écouter amusé durant son petit discours complètement bidon. JE lui faisais d'ailleurs des signes, pour qu'elle comprenne qu'il fallait qu'elle aille plus vite où j'allais m'endormir. C'est alors que la converstion devint un peu plus interessante. En effet, elle se mit à m'avouer qu'elle était folle de moi, evidemment je saivais que c'était pour rire. Enfin, elle me dit ensuite que moi aussi j'étais fou d'elle. Ah oui? Et d'où tenait elle ces infos?! Je fis donc un léger sourire amusé devant sa réponse, d'ailleurs je ne pû m'empêcher de retenir un rire. Certes, elle n'avait pas tord sur un point, si j'avais voulu, j'aurais pu la tuer plus tôt mais bon, quelque chose qui était encore inexplicable pour moi même m'empêchait de le faire. Bref, il fallait quand même que je lui réponde quelque chose, je ne pouvais pas m'avouer vaincue.

    "Moi amoureux de toi?! Lena ouvre les yeux, je tue ton espèce...Alors explique moi comment je pourrais être amoureux de toi?"

    C'est vrai, j'aurais bien voulu qu'elle m'explique. Peut être que ça aurait permit d'éclairer cette chose étrange que je ressens pour elle. Enfin rassurez vous, ce n'est pas de l'amour hein! C'est tout bonnement impossible.

    "Et en ce qui concerne le fait que tu sois encore en vie, saches que c'est seulement parce que tu es très douée Lena." dis je avec un grand sourire totalement ironique.

    Evidemment ce n'était pas parce qu'elle était trop douée ou quoi que ce soit. D'ailleurs, je savais qu'elle ne croirait pas une seconde à ce que je venais de lui dire. En même temps, qu'est ce que je pouvais répondre d'autre?! C'est vrai, je n'avais aucune explications au fait qu'elle était encore vivante. J'aurais pû lui dire que parce que si elle était morte, je m'ennuirais beaucoup mais je pouvais vraiment pas lui avouer un truc pareil. D'ailleurs je ne pouvais même pas me l'avouer à moi même alors...Enfin bref, j'aurais très bien pû lui retourner la question. C'est vrai, j'étais assis sur elle et elle n'avait qu'un seul mouvement à faire pour me tuer et pourtant elle ne le faisait pas.

    "Et toi? Pourquoi me laisses tu en vie? A croire que tu t'amuses de ma présence...Tu sais je comprends hein, les humains sont tellement plus passionnants que les vampires."

    Et toc! Dans le fond elle ne pouvait pas me contredir puisqu'il est clair qu'elle passait le plus clair de son temps avec moi. Sérieusement, je pense qu'elle préférait ma présence à celle de certains vampires. Pourtant j'étais un humain et pire, j'étais un tueur de son éspèce.

_________________

    Ma vengeance est perdue s'il ignore
    en mourant que c'est moi qui le tue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Stevens

avatar

Nombre de messages : 52
Date d'inscription : 05/01/2009

Heart & Soul
Links:
Job:
Self Control: 0/20

MessageSujet: Re: Tu me suis?! PV LENA   Ven 9 Jan - 23:51


    Je ne connais pas Keziah depuis longtemps, et pourtant j’ai l’impression de savoir beaucoup de choses sur lui, beaucoup trop de choses d’ailleurs puisqu’il est un chasseur, et moi un vampire. Je connais tout d’abord son prénom, ça tombe sous le sens. A vrai dire, il ne me l’aurait pas donné si je ne lui avais pas demandé, il est assez froid quand il ne connaît pas la personne qu’il a en face de lui. Il ne m’avait même pas demandé le mien, je lui ai donné de mon plein gré. Ensuite je connais quelques petites choses de son passé en parlant de lui à quelques amis vampires (il est assez connu chez nous pour son talent de chasse), je sais donc qu’il est devenu chasseur à cause d’un événement dont un vampire carnivore serait le fautif. Je pense plutôt à une histoire plutôt basique, du style le meurtre de sa mère, d’une petite amie, c’est malheureusement plus fréquent qu’on le croit, trop fréquent ! Je le comprends en un sens, perdre quelqu’un qui nous est cher est tout bonnement quelque chose de véritablement catastrophique. J’ai perdu mon fils. C’était vraiment horrible, monstrueux, à chaque seconde il mourrait un peu plus, chaque minute, chaque jour, il faisait toujours un pas de plus vers la mort.

    Quarante ans après ma transformation en vampire, je voulus revoir mon fils. Mais comment lui dire ? Comment lui expliquer que même si je semblais avoir vingt-cinq ans et que lui en avait quarante quatre ans, j’étais sa mère ? C’était tout bonnement ridicule, d’autant plus que sa fille unique avait l’âge que j’ai en apparence. J’ai donc laissé tomber. Deux ans plus tard je m’étais décidée ! Il fallait que je le vois, j’avais trop attendu, bien trop attendu. Je m’étais donc rendu jusqu’à chez lui pour m’entendre dire par une jeune femme qu’il était mort en tombant bêtement sur un trottoir. Mon corps était mort, mais tout en moi criait vitalité, tandis que mon fils était décédé et que j’allais rester sur terre jusqu’à la fin des temps. J’ai donc tout oublié, m’efforçant de faire comme si je n’avais jamais eu de fils, même si je ne pourrais décemment pas l’oublier, et j’ai tourné les talons me construisant une nouvelle vie. De son côté, Charles s’était énormément inquiété par mon absence, pensant à un enlèvement ou à plein d’autres scénarios horribles, puis, tandis que je ne refaisais pas surface, lui aussi m’a oublié, c’était comme si je n’avais jamais existé, Lena Stevens humaine n’existait plus désormais, il fallait que je sois Lena Stevens la vampire. Mais je crois qu’intérieurement je suis toujours resté humaine, dans les pensées comme dans les gestes, mais mon corps appartient désormais au registre des vampires. Cependant je ne regrette pas autant que pourraient le faire d’autres personnes ma transformation, j’ai toujours eu une peur bleue de la mort, et être ce que je suis désormais m’offre l’immortalité. Enfin, si Keziah reste décidé à ne pas me tuer. Ce sur quoi je ne parierais pas obligatoirement.

    Keziah était toujours assis sur moi cependant que je le fixais étrangement, pas gênée le moins du monde. Je le trouvais … vraiment beau, voir même magnifique. Mais malgré cela, son visage était rongé par la tristesse et la cruauté. Plongeant mon regard dans le sien avant de ne tourner ma tête par la timidité, il parla enfin. Il faut tout de même avouer que je suis des plus bavardes et que je venais de faire un long monologue, comme à mon habitude.

    « Moi amoureux de toi ?! Lena ouvre les yeux, je tue ton espèce... Alors explique-moi comment je pourrais être amoureux de toi ? »

    Je penchais ma tête sur le côté, ce que je faisais toujours afin de réfléchir, c’était un tic que j’avais pris au fur et à mesure que les années se déroulaient. Oui, ce n’était pas faux, évidemment j’avais dit qu’il était amoureux de moi sur un ton ironique, mais je m’étais peut-être un peu avancé. Il devait plutôt me détester, ou s’il m’appréciait, il n’en montrait rien. De mon côté je crois réellement que je l’aime beaucoup trop, mon cœur d’artichaut me perdra …

    « Et bien je ne sais pas. Peut-être que j’éveille en toi un souvenir lointain que tu vois soudain renaître, ou alors seulement que je rempli les critères de la femme idéale. Non sérieusement c’est impossible, la maladresse et le fait d’être bavarde ne doivent pas rentrer dans tes critères. J’ai tout de même le sentiment que tu m’aimes bien, après, le tout est que tu t’en rendes compte ! »

    Là encore j’avais vraiment exageré, mais il fallait bien que je m’amuse ! Même si le seul fait d’être vec lui se faisait s’envoler mon ennui.

    « Et en ce qui concerne le fait que tu sois encore en vie, saches que c'est seulement parce que tu es très douée Lena. Et toi ? Pourquoi me laisses-tu en vie? A croire que tu t'amuses de ma présence...Tu sais je comprends hein, les humains sont tellement plus passionnants que les vampires. »

    Outch, je venais de m’en prendre plein la figure là, et il marquait un point ! Il fallait que je réponde, et pour la première fois depuis longtemps je décidais de le faire avec honnêteté et de parler sérieusement.

    « Moi douée ! Tu me flattes ! Certes, tu n’es pas encore mort, mais tu devrais t’en estimer heureux ! C’est exact, je m’amuse beaucoup de ta présence, je te trouve sympathique, et il en vrai que je ne m’ennui pas avec toi. Si seulement tu savais combien d’années j’ai passé à m’ennuyer … Mais tu es encore en vie également car je ne pourrais jamais te tuer, ni toi ni un humain. Donc je te le dis maintenant, je ne le dirais pas une deuxième fois, si un jour l’envie te prends de me tuer, évidemment je me défendrai, mais je ferais tout pour te maintenir en vie. Pour le coup tu as une sacré veine mon cher Keziah ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keziah Taylor
ADMINISTRATOR | The goddamn vampires ass kicker
avatar

Nombre de messages : 504
Date d'inscription : 30/12/2008

Heart & Soul
Links:
Job: Chasseur de vampires
Self Control: 16/20

MessageSujet: Re: Tu me suis?! PV LENA   Sam 10 Jan - 0:26

    Bon je savais plus ou moins pourquoi je laissais Lena vivre mais il y a une question que je me posais vraiment. Pourquoi elle me laissait vivre? Certes, c'est une vampire végétarienne mais bon, cela n'empêche pas qu'elle pourrait quand même me tuer sans forcément me manger. Et puis l'autre question que je me posais était la suivante : pourquoi est ce qu'elle me suivait? Pourquoi était elle toujours où j'étais?! Lorsque je lui disais qu'elle était complètement amoureuse de moi, c'était bien sûr pour rire, totalement ironique. Franchement j'avais beaucoup de mal à imaginer une vampire amoureuse de moi qui était, tout d'abord un humain, mais surtout un chasseur. En vérité, je ne savais pas du tout ce que Lena pensait de moi. Evidemment, je pensais qu'elle ne ressentait rien d'autre que de la haine. C'est ce qui aurait été le plus logique mais pourtant, elle ne me quittait pas d'une semelle. Pourquoi? Est ce qu'il serait possible qu'elle m'apprécie? Non sûrement pas. Alors pourquoi? Voilà, la réelle question que je me posais et je comptais bien lui poser la question. Dans un sens, pourquoi le fait qu'elle m'aime bien n'aurait il pas pu être possible? Après tout, je l'aimais bien moi. Certes, je ne lui avourais jamais puisque j'avais déjà beaucoup de mal à me l'avouer moi même mais il était quand même évident que je l'appréciais et c'est juste pour cette raison que je l'épargnais à chaque fois. Et oui, que voulez vous, Lena mettait du piment dans ma vie et j'en avais besoin parce que celle-ci était très fade en ce moment.

    J'étais toujours assis sur elle. Apparemment, Lena appréciait cette position. Quant à moi, j'aimais aussi cette position car j'avais le pouvoir sur elle et j'aimais avoir le pouvoir. Je ne voulais pas être soumis face à une vampire. Enfin bref, le seul problème dans cette position c'est que je voyais son visage. Je voyais beaucoup trop bien son visage même. En effet, je voyais son sourire qu'elle avait en permanence sur les lèvres. On avait l'impression que même lorsqu'elle ne souriait pas, elle sourait quand même. Quant à ses yeux, ses yeux étaient magnifiques bien qu'ils soient très sombres. Plus je restais à la contempler et plus j'avais terriblement envie de l'embrasser. Oui c'est horrible de dire une chose pareille n'est ce pas? Pourtant c'est bien la sensation que je ressentais à cet instant précis. J'avais envie de gouter ses lèvres. Certes, Lena m'avait toujours attiré mais ce soir, j'avais encore plus envie de l'embrasser que d'habitude. Tout cela devenait dangereux, trop dangereux même!

    Elle croyait que j'étais amoureux d'elle? Et bien franchement elle se trompait. Je lui ais donc demandé qu'est ce qui lui faisait dire ça et c'est alors qu'elle se mit à me faire un nouveau monologue. Je crois qu'elle ne connaissait pas du tout la définition du mot "court" Wink . Enfin ce n'était pas pour me déplaire puisque c'est une qualité que j'adorais chez elle. Cependant, j'aurais aimé qu'elle me déplaise un peu, c'est pourquoi, se serait bien qu'elle se montre soudainement décevante. Evidemment, je rêvais sûrement trop. Lena n'arriverait pas à me décevoir de si tôt. Bref, je me concentrais sur ce qu'elle était en train de me dire. Alors comme ça elle pense que je l'apprécie?! Et bien elle n'a pas tord, loin de là. Seulement comment aurais je pu lui avouer une chose pareille?! C'est vrai, il ne faut pas oublier que c'est une vampire, d'ailleurs j'avais tendance à l'oublier un peu trop en ce moment. Elle n'avait pas les qualités de la femme parfaite à mes yeux? Oh si bien sûr qu'elle représentait cette femme parfaite, c'était justement ça le problème. En fait, à cet isntnat précis, je ne savais pas du tout quoi répondre. J'avais beau cherché, je ne trouvais rien à dire. C'est pourquoi, je n'ais rien répondu. C'était mauvais, elle crorait que je lui donne raison. Tant pis, je me rattraperais, de toute manière je ne trouvais rien à dire du tout alors...

    Bon était maintenant venue le moment de savoir pourquoi j'étais encore en vie. Et bah voilà, je m'en doutais, elle me sortit le couplet selon lequel elle était une vampire végétarienne et qu'elle ne turait jamais les humains et blablabla...Seulement ce n'est pas ce qui attira mon attention. Il faut dire que son couplet sur les "gentils vampires" je le connaissais par coeur maintenant. Par contre, elle me dit qu'elle m'appréciait et qu'elle s'amusait de ma compagnie. Non je ne rêvais pas! C'est bien ce qu'elle venait de dire. Mon dieu! Est ce que les vampires peuvent être malades?! Et bah voilà, je l'avais ma réponse. Je savais maintenant pourquoi elle me suivait à la trace. J'étais flatté et en plus, cela me faisait plaisir. Non mais ça va pas. J'aurais dû la tuer sur le champs. Pourtant, je m'amusais déjà de ce qu'elle venait de me dire. Un grand sourire se dessina sur mes lèvres.

    "Waou! Alors je ne rêve pas...Tu es carément tombé sous mon charme. Je ne me savais pas si irresistible! Mais dis moi..."

    Je la regardais toujours droit dans les yeux, on peut même dire que je la regardais intesément et avec désir. Je ne l'avais jamasi regardé comme ça auparavant. Je me suis alors penché vers elle pour souffler doucement sur son cou puis me suis dirigé vers son oreille afin de lui parler en chuchottant.

    "Tu ne peux pas tomber amoureuse d'un vampire comme toutes les filles comme toi?! Hum je comprends, les chasseurs de vampires c'est un genre de fantasme pour toi!"

    Je finis par me redresser, c'était beaucoup plus prudent. Je me suis alors retrouvé proche de ses lèvres, trop proche même. J'ai donc finis par me relever d'un bon. Je me suis ensuite mis à marcher un peu plus loin.

    "Je devrais peut être te tuer alors...Sinon, ton espèce risque d'avoir honte de toi. Franchement tombé amoureuse d'un chasseur!"

    Evidemment j'en faisais trop mais c'était le but. je savais très bien qu'elle n'était pas amoureuse de moi. D'ailleurs en aucun cas elle avait dit une chose pareille. Elle avait juste dit qu'elle me trouvait sympathique, on étiat très loin de l'amour. N'empêche que je continuais de croire qu'elle me désirais. Enfin, il ne faut jamais être trop prétencieux. Quoi qu'il en soit, tout ce que je lui disais maintenant, c'était surtout pour m'amuser. Evidemment, je savais pertinemment qu'elle trouverait quelque chose à me répondre. Lena ne manquait jamais d'arguments.

_________________

    Ma vengeance est perdue s'il ignore
    en mourant que c'est moi qui le tue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Stevens

avatar

Nombre de messages : 52
Date d'inscription : 05/01/2009

Heart & Soul
Links:
Job:
Self Control: 0/20

MessageSujet: Re: Tu me suis?! PV LENA   Sam 10 Jan - 1:32


    J’aurai pu ne jamais parler avec Keziah. L’éviter, faire comme s’il n’existait pas, ne pas chercher à le revoir. Me saisir d’une gomme que je sais inexistante pour le prénom du jeune homme et le supprimer de ma mémoire. Mais je ne l’ai pas fait. Peut-être étais-je trop faible, ou bien lui trop fort, je ne le sais guère. Moi trop faible, j’aurais du résister, et ne pas craquer sous l’emprise de l’ennui, j’ai n’aurai pas du fondre pour les beaux yeux de Keziah, et surtout, je n’aurai jamais du le revoir ! C’est une faute impardonnable, car je sais aujourd’hui qu’à peine en décidant de le revoir, j’avais déjà décidé de ma mort, ou tout simplement de ma souffrance, aimer un chasseur, c’est grotesque et impossible. Lui trop fort, il n’aurait pas du me tenir tête, s’il ne l’avait pas fait peut-être aurais-je détourné mon attention, il serait alors subitement devenu inintéressant, mais au contraire, Keziah réplique toujours, et il est quelqu’un de passionnant, dans ses arguments comme dans ses gestes.

    Quelle imbécile, j’étais en train de m’avouer avoir un quelconque sentiment pour Keziah, sentiment que je ne devrais pas ressentir, même pas en rêve. De là à être de l’amour je ne sais pas, en moi-même je pense que je ne me le permettrais pas. Tout d’abord à cause du fait que ce soit un chasseur, de l’amour entre un humain et un vampire ça fait déjà forte concurrence à Roméo et Juliette, mais de l’amour entre un humain qui de surcroît est un chasseur et un vampire, ça frise le ridicule, la démence. C’est tout bonnement impossible, je ne pense guère qu’il y ait des couples de ce genre à ce jour sur terre. Mais comme on le dit, il faut bien un début à tout. Même si j’ai l’intime conviction que ce ne sera pas moi qui inaugurerait ce nouveau genre de couple. Ensuite je ne me permettrais pas de l’aimer à cause des sentiments qu’il pourrait ressentir envers moi. Je pense que Keziah m’aime bien, sinon je ne serai plus là pour le dire, mais de là à dire qu’il m’aime, je ne pense vraiment pas ! Il a une haine sans nom envers les personnes de mon espèce et il est quelqu’un qui a des principes et qui est inflexible. Je n’ai jamais fait le premier pas, j’ai beau être à l’aise quand il s’agit d’amitié, lorsque l’amour s’en mêle je ne suis plus bonne à rien. Puis, comme il ne semble pas tellement m’apprécier, je ne veux pas souffrir d’un amour à sens unique, alors je refoule tant bien que mal mes sentiments. En un sens, tout aurait été plus simple si Keziah m’avait donné la mort, je ne me serais pas posé toutes ses questions sur ses sentiments à mon égard, et il ne serait pas rongé de remords comme il doit l’être aujourd’hui. Enfin, sur ce dernier point je m’avance peut-être un peu trop.

    Toujours assis sur moi, j’avais le sentiment qu’il était supérieur à moi, c’était incontestable. Il commença à parler tandis qu’il se rapprochait de moi pour terminer sa phrase en un chuchotis à mon oreille. Je fermai soudain les yeux et faisait une grimace afin de faire disparaître comme je le pouvais les frissons qui parcouraient mon corps. Je crois bien que c’était la première fois que j’en avais. En même temps grâce à ma transformation j’étais devenue insensible au froid. Mon corps avait beau être mort, j’avais bien l’impression qu’il réagissait toujours à certaines choses. Ou bien j’avais simplement imaginé ces frissons, redevenant humaine pendant les secondes trop courtes durant lesquels il avait parlé à mon oreille.

    « Waou! Alors je ne rêve pas...Tu es carrément tombée sous mon charme. Je ne me savais pas si irrésistible! Mais dis moi... Tu ne peux pas tomber amoureuse d'un chasseur comme toutes les filles comme toi?! Hum je comprends, les chasseurs de vampires c'est un genre de fantasme pour toi! »

    Sa dernière phrase me décrocha une vilaine grimace. Un fantasme ! Mais quel abruti ! Si seulement les choses étaient si simples. Comment pouvait-il diable penser que je prendrais autant de risques uniquement à cause d’un fantasme. Il se redressa un peu, ses lèvres étaient alors tellement proche des miennes que je cru avoir besoin de fermer les yeux pour échapper à cette vision. J’aurais été capable de l’embrasser sur le champ.

    « Keziah je ne te pensais pas aussi narcissique ! Et pourquoi « comme toutes les filles comme toi » ? Tu ne veux pas le dire ? Que je suis un vampire ! Je te dégoûte c’est ça ? Tu es vraiment idiot, je ne suis pas insensible ! Et les chasseurs, un fantasme ! Je réfléchis avec ma tête et pas avec autre chose. Je n’ai plus quinze ans, je suis une grande fille et j’aime autant les relations sérieuses. »

    Il se leva d’un bond. Mais je ne pense pas que ce soit ma réponse qui l’ait désarçonné, il ne pouvait peut-être plus supporté d’avoir ses lèvres aussi près des miennes. Je me levais alors à mon tour et le suivais à distance, je faisais déjà assez office de pot de colle comme ça, je n’allais tout de même pas lui courir après. Il ne sembla pourtant pas offensé que je le suive et continua de parler.

    « Je devrais peut être te tuer alors...Sinon, ton espèce risque d'avoir honte de toi. Franchement tombé amoureuse d'un chasseur! »

    Je soupirai, pas trop fort mais suffisamment je pense que qu’il l’entende. Me tuer, il devrait peut-être me tuer, c’est ce qu’il avait dit. J’espérai en mon âme et conscience qu’il ne le pense pas réellement, mais si il aurait mieux valu pour lui comme pour moi que ce soit le cas. Cette fois je souhaitais le rejoindre pour lui répondre, en deux trois enjambés, je me postais donc devant lui, droite comme un « i » afin de lui bloquer le passage et qu’il m’écoute.

    « Si c’est ce que tu souhaites et bien vas-y, tues-moi ! Qui t’en empêche après tout ? Evidemment je ne m’étalerai pas par terre pour te faciliter la tâche, tu sais à quoi tu dois t’attendre. Que mon espèce ait honte de moi pour une quelconque raison, si tu savais comme je m’en contrefiche ! Je vis pour moi, et pas pour eux, je fais ce que je veux et je pense ce que je veux, je lui libre de mes actes et ça personne ne le changera ! Sauf peut-être toi si tu souhaites toujours et surtout si tu arrives à me tuer. Supposons que je sois amoureuse d’un chasseur, j’ai bien dit supposons, je fais du mal à qui si ce n’est à moi et, peut-être, au dit chasseur ? Et puis de toutes façons, ce sont mes affaires, ces questions sont bien trop compliqués pour j’y réponde en cinq minutes. Et toi si tu tombais amoureux d’un vampire ? Ce ne serait pas simple hein ? Et pourtant à qui ferais-tu du mal ? Mais bon, je sais ce que tu vas me dire, je ne tomberais pas amoureux d’un vampire, vous me dégoûter, vous devez tous mourir etc. N’use pas ta salive Keziah, la haine que tu nous portes, je l’ai comprise depuis longtemps. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keziah Taylor
ADMINISTRATOR | The goddamn vampires ass kicker
avatar

Nombre de messages : 504
Date d'inscription : 30/12/2008

Heart & Soul
Links:
Job: Chasseur de vampires
Self Control: 16/20

MessageSujet: Re: Tu me suis?! PV LENA   Sam 10 Jan - 2:11

    Est ce que c'est possible que les vampires ne ressentent rien du tout? Enfin je veux dire est ce que c'est possible qu'ils ne ressentent pas de désir?! C'est vrai, j'étais assis sur Lena depuis une bonne dizaine de minutes, j'avais même approché ma bouche de son oreille, j'avais été ensuite à quelques minutes de ses lèvres et pourtant, elle n'a pas semblé une seule fois me désirer. Dans un sens c'est normal hein. Il fallait vraiment que j'arrête de rêver. Comment un vampire pourrait il craquer pour un chasseur de vampire? J'étais vraiment idiot de penser qu'elle pourrait me désirer autant que je la désire. Car oui, je ne pouvais plus le nier, je désirais Lena comme je n'avais pas désiré quelqu'un depuis très longtemps. Je ne pouvais pas dire que je ressentais de l'amour pour le moment mais je ressentais énormément de désir et c'était déjà beaucoup trop. Oh oui, beaucoup trop pour quelqu'un comme moi qui est censé détester les vampires, les détester à en mourir. Bon, étant donné que je n'étais pas aussi insencible qu'elle, j'ai préféré me lever. Je n'avais pas trop fais attention aux paroles qu'elle venait de me dire. Après tout, j'étais beaucoup trop occupé à resister à l'envie d'embrasser ses lèvres. Pourtant, j'avais quand même été interpellé par le fait qu'elle ait dit qu'elle cherchait une relation sérieuse. Cela m'avait même décroché un léger sourire synique. J'avais vraiment beaucoup de mal à imaginer un vampire cherhcer une relation sérieuse. Enfin bref, j'avais préféré ne pas relever hein.

    J'étais maintenant debout et je venais de lui dire que je devrais peut être la tuer. C'est alors qu'elle attérisa devant moi. Et oui c'est le mot, attérir. Je détestais lorsque les vampires faisaient ce genre de chose et c'était encore pire lorsque c'était Lena, car durant quelques instants cela me rapellait qu'elle était une vampire et que j'aurais dû la tuer dans l'instant même. Et voilà, c'était repartit, j'avais de nouveau le droit à un monologue mais cette fois je l'écoutais, tout en la regardant longuement dans les yeux. Elle disait beaucoup de chose et à une vitesse extraordinaire si bien que j'avais du mal à tout enregistré mais je m'accrochais comme je pouvais. Enfin j'ai surtout porté mon attention sur une chose : "Supposons que je sois amoureuse d'un chasseur de vampire." Oh mon dieu! Elle avait bien dit cela ou j'avais rêvé? Non, elle l'avait belle et bien dit. Soudain arriva la fin de son monologue et je ne savais pas du tout quoi dire. Comment aurais je pu trouver quelque chose à dire alors qu'elle venait plus ou moins de sous entendre que je ne la laissais pas indifférent? Honnêtement je n'aurais jamais pensé cela possible mais apparemment ça l'était. Bon voilà, elle avait finit de parler et apparemment, elle attendait que je réponde quelque chose. Je fis donc un léger soupire, je voulais parraitre détendue mais ce n'était pas du tout le cas, pas du tout!

    "Okay...Dans ce cas, je vais te tuer pour éviter que tu tombes amoureuse d'un chasseur de vampire...Et tu as raison Lena, je ne pourrais jamais tomber amoureux de quelqu'un comme toi, d'un vampire, d'un monstre!"

    Mon regard s'était assombrit d'un coup. Je ne jouais plus à cet instant précis, tout comme elle ne jouait plus quand elle m'avait fait son monologue qui sonnait plus que vrai. Je sortis alors mon couteau de ma poche m'attendant à ce qu'elle réagisse mais non. Elle pensait surement que je n'allais pas le faire. Je l'ais donc attrapé par le cou, sans pour autant l'étrangler mais je n'en étais pas loin je dois l'avouer et je l'ais plaqué contre l'arbre qui se trouvait d'ailleurs nous. Vu la force avec laquelle je l'ais plaqué, je lui ais peut être même fais mal. Quoi que, il ne faut pas oublier que c'est un vampire. J'ai alors approché mon couteau de sa gorge. Elle ne bougeait toujours pas. Mais pourquoi elle ne bougeait pas? J'aurais aimé qu'elle se défende, elle m'aurait vraiment facilité la tache. Tout en approchant le couteau de son cou, je ne cessais de la regarder dans les yeux. J'aurais d'ailleurs aimé voir quelque chose dans ses yeux, comme par exmple, de la peur mais je ne voyais strictement rien à part la beauté que je lui voyais toujours. J'ai donc collé le couteau à sa gorge puis j'ai finis par le laché. Ma main qui tenait le couteau a agrippé les cheveux de Lena et je l'ais embrassé. Oh non, vous ne rêvez pas, je l'ais belle et bien embrassé. Et d'ailleurs j'aimais ça. Mes lèvres ont attrapé les siennes à grande vitesse et tout de suite, notre baiser a été fougueux. J'en avais terriblement envie depuis tellement longtemps déjà. Notre baiser à duré longtemps. Très longtemps. Cependant, j'ai finis par manquer d'air et j'ai donc cessé de l'embrasser. Mes yeux ont alors plongé dans les siens. Je n'y arrive pas à y croire. Je venais d'embrasser un vampire. Certes, je l'avais déjà fais avec Kaelyn, mais à ce moment là, j'ignorais que c'était un vampire alors que pour Lena, je le savais. Alors pourquoi je l'avais fais? Je n'ais aucune explications mais une chose est sûre, c'est que j'ai adoré ça. Durant ce baiser, j'ai ressentis une sensation de bien être, comme si j'étais en train de planer. Je n'avais pas ressentis cela depuis des années, depuis Leila en fait.

    Mes yeux étaient toujours plongés dans les siens, quand petit à petit, je suis revenu sur terre. Je venais d'embrasser un vampire! J'aurais dû avoir honte. J'aurais dû me suicider pour ça. Moi qui m'étais juré de toujours les détester, jusqu'à ma mort. Qu'est ce que je venais de faire? Je fûs soudain pris de panique et j'ai donc reculé de quelques pas. J'avais la tête baissé et j'ai passé la main dans mes cheveux comme lorsque je suis mal et là j'étais très mal. Je finis par redraisser la tête et vit qu'elle allait dire quelque chose mais je ne lui laissais pas le temps de le faire.

    "Non! Ne dis rien...Je n'ais pas la tête à écouter un monologue là."

    Elle n'a donc rien dit. C'était d'ailleurs très étonnant mais peut être qu'elle aussi était assez retourné en fait. Je finis donc par pousser un long soupire et je l'ais regardé de nouveau dans les yeux.

    "C'est à mon tour de parler...Je hais les vampires. Je les déteste! Tous! Je me fou de savoir qu'ils sont carnivores ou végétariens je veux qu'ils meurent un par un. Et mieux encore, je veux qu'ils souffrent comme ils m'ont fait souffrir. Putain Lena, je t'ais embrassé, je me dégoute..."

    Evidemment, ce que j'étais en train de dire ne devait pas être facile pour Lena à entendre mais je m'en fichais. D'ailleurs, ce n'est pas réellement après elle que j'en avais mais plus après moi. Enfin bref, je n'avais pas finis de parler et je voulais pas lui laisser le temps d'en placer une.

    "Vous êtes des monstres et toi aussi d'ailleurs! Ma petite amie a été tué par quelqu'un de ton espèce. Je l'aimais plus que toute ma vie et j'ai juré de la venger et au lieu de ça...Je suis en train de craquer pour toi..."

    J'ai finalement arrêté de parler, me rendant compte de ce que je venais de dire. Je finis donc par fermer les yeux quelques secondes. Je venais de lui dire que je craquais pour elle?! Non seulement, je venais de lui avouer mais en plus, je venais de me l'avouer. Je finis par réouvrir les yeux et je me suis dirigé vers mon couteau. Je l'ais rammassé et l'ais remis dans ma poche. Mon visage était sombre, plein de tristesse et je retenais les larmes de sortir.

    "Je ne veux plus te voir...Cesse de me suivre! Parce que...Parce que si je te vois encore une fois, je te tue! Je ne sais pas encore comment j'arriverais à le faire mais...Je le ferais pour Leila parce que les gens de TON espèce l'ont tué!" dis je en hurlant.

    Cette fois, je n'étais plus calme du tout et j'avais terriblement mal. Je souffrais encore plus que ces dernières années. Difficile à immaginer n'est ce pas?! Pourquoi y avait il fallu que je m'attache à elle?! J'aurais dû la détester comme je déteste les autres.

_________________

    Ma vengeance est perdue s'il ignore
    en mourant que c'est moi qui le tue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Stevens

avatar

Nombre de messages : 52
Date d'inscription : 05/01/2009

Heart & Soul
Links:
Job:
Self Control: 0/20

MessageSujet: Re: Tu me suis?! PV LENA   Sam 10 Jan - 23:23


    Vous ne pouvez même pas vous imaginer à quel point je m’étais retenu de l’embrasser. J’avais du fermer les yeux et les plisser si fort que si j’avais été humaine, mon visage en serait encore marqué. Seulement voilà, je suis un vampire, il est bien là le problème. Je n’ai pas le droit d’aimer un chasseur, surtout un chasseur qui tue les vampires végétariens. Après tout, hormis ma force surhumaine (que je n’utilise presque jamais), ma rapidité et autres petits détails, quelle grande différence y’a-t-il entre moi et un humain ? Si ce n’est mon immortalité. Je ressens les même moches qu’un être humain, je suis guère insensible au désir, à la tentation, ou bien même à l’amour. Seule la mort semble s’être envolée. A force d’immortalité, on apprend vite à ne plus avoir peur. Humaine, j’étais très craintive, pour ma mort, celle des autres, tandis qu’aujourd’hui, vampire, je n’ai plus peur, enfin presque plus. Je ne crains que la mort ou la souffrance d’autrui. Mais je n’ai guère peur des chasseurs. Sous mes airs de jeune fille maladroite et naïve, je n’en suis pas moins maligne. Mais il arrive que parfois, des chasseurs soient plus malins que moi, et c’est le cas de Keziah. Mais encore une fois, je n’ai pas peur de lui. J’ai confiance en lui. C’est stupide, je le sais, j’en suis plus que consciente. Avoir confiance en un chasseur qui tue tout ce qui bouge du moment que c’est un vampire, avoir confiance en un chasseur, LE chasseur le plus cruel qui soit, c’est complètement masochiste, et pourtant c’est mon cas. C’est peut-être grâce à cela que je suis toujours en vie, grâce à ma confiance en lui que je sais maladive. C’est peut-être le fait de ne jamais me défendre lorsqu’il veut me tuer qui fait que je suis toujours en vie. Peut-être que c’est trop facile pour lui de tuer un vampire qui ne se défend pas, qui s’offre à lui, il n’en tire plus aucun mérite. Keziah doit sûrement juste attendre que je me défende pour en profiter et pour me tuer. En fait, si ça se trouve je m’imaginais n’importe quoi et il ne fait que se servir de moi en attendant que je craque. Mais vous pouvez me croire sur paroles, il pourra toujours attendre pour que je tente de le tuer, je resterai toujours fidèle à mes principes.

    Je venais donc d’atterrir devant lui et de lui servir mon long monologue sur un plateau d’argent lorsque je me rendais compte que je lui avais laissé entendre que je l’aimais peut-être. Mais quelle imbécile ! Mon dieu mais quelle crétine je faisais ! Tant pis, je n’avais pas affirmé être amoureuse de lui, et puis, j’avais bien insisté sur le « supposons » après tout. J’espérais qu’il me réponde cette fois si, puisqu’il n’avait daigné ouvrir la bouche pour réagir à mes précédentes paroles. Je restais donc devant lui, sans bouger, sans ciller, implacable. Je ne comptais pas bouger tant qu’il n’aurait pas répondu, j’en étais bien décidée. Et quand j’avais une idée en tête, je ne l’avais pas autre part. Si il m’avait contourné pour partir, je l’aurai suivi et ainsi de suite jusqu’à ce qu’il daigne me répondre. Mais je n’eu pas le faire, il avait bien du se rendre compte que j’attendais une réponse puisqu’il soupira avant de prendre la parole, enfin.

    « Okay...Dans ce cas, je vais te tuer pour éviter que tu tombes amoureuse d'un chasseur de vampire...Et tu as raison Lena, je ne pourrais jamais tomber amoureux de quelqu'un comme toi, d'un vampire, d'un monstre! »

    Mon sang ne fit qu’un tour dans mon corps (je sais, cette expression est ridicule dans mon cas, mais elle sonne tellement vrai). Un monstre ? Je n’étais que cela pour lui ? Un monstre ! Un rire plein de sarcasme s’échappa de mes lèvres. Il osait me traiter de mon monstre lui ! Etais-ce moi qui tuais n’importe qui sous prétexte que ce n’importe qui soit pourvu de dents pointues ? Je ne pouvais décemment pas laisser passer cela. Il allait trop loin pour cette fois.

    « Tu es vraiment un imbécile ? Tu le sais ça ?! Tu me traites de monstre ? Tu as un sacré culot Keziah ! Ce n’est pas moi qui extermine les vampires. Crois-tu sérieusement que j’ai choisis d’être ce que je suis ? On me l’a imposé, et c’est pareil pour tous les autres. Il nous faut plusieurs années pour nous habituer à ce que nous sommes et ne plus avoir envie de vomir rien qu’en nous regardant dans le miroir, et c’est grâce aux monstres dans TON genre que nous doutons de nous. Ca fait déjà plusieurs fois que tu dis que tu devrais me tuer, elles sont bien belles tes paroles, mais tu n’as pas le cran de le faire ! »

    J’avais été trop loin, j’en étais consciente. J’avais été dure, injuste, mais il n’avait aucun remords lui à me traiter de monstre tant qu’il le pouvait, alors qu’il devait bien se douter que je n’étais pas indifférente à toutes ses critiques. Je n’avais même pas terminé mon discours que déjà il m’attrapait par le coup pour me plaquer contre l’arbre se trouvant derrière nous. Mais je lui dis quand même qu’il n’avait pas le cran de me tuer. Pour le coup je pense avoir parlé trop vite. D’autant plus qu’il avait mis son couteau sous ma gorge. Comme prévu je ne bougeais pas, j’aurais signant mon arrêt de mort en tentant de me défendre. Le couteau se rapprochait de ma gorge cependant que nos regards se croisaient constamment, il ne fallait pas le nier, Keziah était vraiment… beau. A l’ instant où le couteau aurait du toucher mon coup (ce qui ne dura qu’une fraction de seconde), je fermais les yeux. Pourtant il lâcha le couteau pour saisir ma chevelure de sa main à présent libre. Contre toute attente il m’embrassa. Et je ne fis rien pour le repousser, même si je le voulais je n’en aurais pas eu la force. Notre baiser sembla durer une éternité, et pourtant j’étais déçu que cela soit déjà terminé lorsqu’il se recula de plusieurs pas. Je voulus dire quelque chose mais à peine eus-je ouvert ma bouche qu’il me rembarrait déjà.

    « Non! Ne dis rien...Je n'ais pas la tête à écouter un monologue là. C'est à mon tour de parler...Je hais les vampires. Je les déteste! Tous! Je me fou de savoir qu'ils sont carnivores ou végétariens je veux qu'ils meurent un par un. Et mieux encore, je veux qu'ils souffrent comme ils m'ont fait souffrir. Putain Lena, je t'ais embrassé, je me dégoute... Vous êtes des monstres et toi aussi d'ailleurs! Ma petite amie a été tué par quelqu'un de ton espèce. Je l'aimais plus que toute ma vie et j'ai juré de la venger et au lieu de ça...Je suis en train de craquer pour toi... »

    C’était donc cela. Sa petite amie avait perdu sa vie à cause d’un des miens. Sa haine était compréhensible, mais je n’arrivais tout de même pas à le comprendre. Tandis que je me répétais ses paroles, je m’arrêtais sur sa dernière phrase « Je suis en train de craquer pour toi ». J’écarquillai les yeux, alors il craquait pour moi, il ressentait un quelconque sentiment à mon égard. C’était complètement surréaliste, et pourtant il venait de le dire.

    « Je suis un monstre ? Tu me détestes etc. C’est pour cela que tu viens de m’embrasser ? Je ne t’y ai pas obligé ! Je n’ai même rien fait pour t’inciter à le faire. Et tu oses déverser ton venin sur moi. Tu es ridicule Keziah, tu ne peux t’en prendre qu’à toi-même. Je suis vraiment navrée pour ta petite amie, sérieusement, je sais très bien ce que cela fait de perdre quelqu’un, même si je ne souhaite pas en parler et je comprends que tu puisses être haineux envers nous, mais est-ce que tu penses que c’est ce qu’elle aurait voulu ? Elle aussi nous détestait ? Elle aussi nous traitait de monstre ? Je ne le pense pas. Regarde-toi Keziah, et réfléchis, je suis persuadée que tu deviens tout ce qu’elle détestait. Tu te dégoutes parce que tu craques pour moi ? Sais-tu seulement ce que je ressens et tout ce que je prends sur moi depuis tout à l’heure !? »

    Je suivais Keziah des yeux tandis qu’il ramassait son couteau. Il me fit alors face, plongeant son regard dans le mien. Le sien semblait plein de tristesse, comme je l’étais toute entière, triste. Toujours triste. J’avais enfin trouvé un « sens à ma vie » si je peux dire, quelque chose qui faisait que je sortais, quelque chose à laquelle je pensais, qui me faisait exister. Keziah se mit alors à hurler.

    « Je ne veux plus te voir...Cesse de me suivre! Parce que...Parce que si je te vois encore une fois, je te tue! Je ne sais pas encore comment j'arriverais à le faire mais...Je le ferais pour Leila parce que les gens de TON espèce l'ont tué! »

    Je ne pouvais plus tenir, je m’étais retourné, je ne voulais pas qu’il puisse voir la tristesse naissante sur mon visage, lui offrant à présent la vision de mon dos. Moi, au contraire de Keziah, je me mis à parler très doucement, presque en émettant un chuchotis, néanmoins assez fort pour qu’il puisse l’entendre rien qu’en tendant l’oreille.

    « Keziah tu… tu ne peux pas me faire ça. Je ne suis pas responsable, je n’ai pas tué Leila, ce n’est pas de ma faute. Et pourtant c’est moi qui en paie le prix … Je te détèste ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keziah Taylor
ADMINISTRATOR | The goddamn vampires ass kicker
avatar

Nombre de messages : 504
Date d'inscription : 30/12/2008

Heart & Soul
Links:
Job: Chasseur de vampires
Self Control: 16/20

MessageSujet: Re: Tu me suis?! PV LENA   Dim 11 Jan - 23:12

    Si j'avais insulté Lena de monstre c'était seulement pour lui faire du mal et pour la faire réagir. En effet, il faut être honnête et avouer que je connaissais Lena bien plus que je l'aurais voulu. Je savais bien que le fait d'être un vampire n'était pas quelque chose qu'elle appréciait, bien au contraire. Il ne fallait pas être très malin pour s'en rendre compte. Déjà, lorsqu'un vampire refusait de boire du sang humain, c'est sûrement parce qu'il devait déjà se considérer comme un être abominable et voulait donc éviter à tout prix d'être un monstre. Quoi qu'il en soit, Lena restait un vampire et plus les jours passaient et plus je la connaissais, plus j'avais tendance à l'oublier. Pourtant, il ne fallait vraiment pas que je l'oublis, il fallait même que je le garde à l'esprit le plus longtemps possible afin que je ne fasse pas quelque chose que je risquerais de regretter, comme par exemple, en tomber amoureux. Une chose est sûre, c'est qu'à chaque fois que j'employais le mot "vampire" et le mot "monstre" pour parler de Lena, je souffrais vraiment. En effet, parler comme ça de cette personne qui comptait tant, trop à mes yeux était une souffrance. Evidemment, je ne laissais rien parraitre, j'étais devenu très fort pour cacher ce que je ressentais. C'était un véritable don que j'avais. La mort de Leila m'avait appris une seule et unique chose, si tu veux que les gens te laissent tranquil, ne montre pas que tu souffres. Alors c'est ce que j'avais fais, je faisais semblant d'aller très bien depuis trois ans maintenant alors qu'intèrieurement, je hurlais de douleur.

    Bon et bien puisque j'avais voulu faire réagir Lena, c'était plutôt bien réussit. Je l'écoutais donc me dire toujours la même chose mais cette fois, je sentais moins de saccarsme dans sa voix. Pour une fois, elle ne semblait plus s'amuser de cette situation mais plutôt d'en souffrir. Elle me fit alors comprendre quelque chose que je savais déjà mais qu'elle n'avait jamais formulé. Elle me fit comprendre qu'elle n'avait jamais demandé à devenir un vampire et qu'elle aurait préféré ne pas en être un. Quoi qu'il en soit, elle en restait un et je devais absolument garder cette chose à l'esprit afin de rester encore un peu moi même. Lena continuait de parler et elle finit par me dire que c'était moi le monstre parce que je tuais contrairement à elle. Oui, dans un sens elle n'a pas tord. C'est vrai que je tuais des gens masi je tuais seulement des vampires et je le tuais pour le bien de la population et aussi pour venger Leila et donc calmer ma souffrance. Certes, les vampires végétariens ne representaient aucun danger du moment qu'ils étaient végétariens mais ils pouvaient très bien devenir des monstres du jour au lendemin. Après tout, on sait combien il est difficile pour un vampire de resister à du sang humain. C'est pour ça que je continuais mon combat. Je voulais que tous les vampires meurent pour qu'on n'est pas le risque que les vampires végétariens du moment deviennent demain, nos pires ennemis. Ouai alors qu'est ce que je faisais là à discuter avec Lena qui était un des leurs?! J'étais incapble de la tuer, il fallait être honnête. Je n'étais même pas capable d'essayer et Lena l'avait bien comprit.

    Pourtant, je devais essayer, je devais même le faire. C'était presque obligé. En effet, la relation entre Lena et moi était en train de prendre une toute autre tournure. Je devais donc essayer de la tuer, d'ailleurs j'étais persuadé que si elle mourrait, tout ce que je ressentais disparaitrait. C'était donc ça la solution. Cependant comment pouvais je le faire? Je n'aurais même pas pu lui faire un coup de poing alors comment pouvais je lui arraché la gorge?! C'était tout bonnement impossible. Même avec toute la volonté du monde je n'aurais pas pû le faire. Cependant, avec toute la volonté du monde, j'aurais sûrement pû m'empêcher de l'embrasser. Bien sûr, ce soir je ne devais pas avoir beaucoup de volonté puisque je l'ais embrassé. Ce baiser a duré une éternité mais j'aurais voulu que l'éternité soit encore plus longue. D'abord, parce que ce baiser était plus que délicieux et ensuite parce que je savais, dans une partie de moi, que le retour a la réalité serait brutal et il a été plus que brutal.

    A peine avais je embrassé Lena que je fis plusieurs pas en arrière. Je n'arrivais pas à croire que j'avais fais ça. Je ne pouvais pas croire que je ne m'étais pas interdis de le faire. Je ne pouvais pas croire que je n'avais pas réussis à résister à la partie de moi qui mourait d'envie de le faire depuis pas mal de temps maintenant. Ce baiser avait beau avoir été très bon, les pensées qui m'envahissaient maintenant étaient plus que douloureuses. Je m'en voulais terriblement. J'avais embrassé un monstre et je ne pû d'ailleurs pas m'empêcher de le dire à Lena. Une nouvelle fois donc, je la traitais de monstre. C'est alors que Lena retourna la situation à son avantage même si elle ne jouait pas, au contraire, elle semblait souffrir elle aussi. C'était assez étrange d'ailleurs. Je l'ais donc écouté attentivement. Et voilà qu'elle parlait de Leila. Je détestais qu'un vampire parler de Leila et je détestais encore plus lorsqu'il s'agissait de Lena. En effet, elle lui ressemblait tellement que c'était vriament étrange de l'entendre parler d'elle. Oui d'accord, Lena avait sûrement raison, peut être que j'étais devenu tout ce que Leila détestait. D'ailleurs c'était une évidence, Leila avait toujours apprécié les vampires et détester les chasseurs. Je m'en voulais parfois le matin d'être ce que je suis mais je ne pouvais pas être autre chose, pas maintenant qu'on m'avait enlevé la seule personne qui comptait pour moi. J'aurais voulu être autre chose parfois mais ce n'était pas possible. D'ailleurs je me réconfortais souvent en me disant que Leila aurait fait la même chose à ma place. Qu'elle serait sûrement devenue ce que je suis devenue si j'avais été tué par un vampire. Bref, je n'avais pas envie de rentrer dans cette conversation avec Lena. D'ailleurs que pouvait elle savoir de ce que pensais Leila?! Rien du tout! Je lui jettais donc un regard noir et me mis à parler, sur un ton plutôt agressif et colérique.

    "Tais toi! Tu ne sais rien de Leila et je te défends de parler d'elle...Si tu veux savoir, si elle m'avait vu t'embrasser, elle t'aurait sûrement tué sur place, même si, c'est vrai, qu'elle appréciait les vampires. Seulement, elle n'est pas là, puisqu'elle a été TUE!"

    J'aurais voulu m'attarder sur la dernière phrase de Lena. En effet, à la fin de sa longue réplique, elle m'avais dit ne pas m'interesser à ce qu'elle ressentait. Que voulait elle dire? Ressentait elle quelque chose pour moi?! Finalement je n'avais pas envie de le savoir. Cela n'aurait fait que compliqué les choses. C'est pourquoi, je me suis décidé à ramasser mon couteau et lui ais demandé de ne plus me suivre, lui précisant que la prochaine fois, je serais dans l'obligation de la tuer. C'est alors, que pour la première fois de toute ma vie, je vis un vampire avoir de la peine. Oh oui, car je peux vous jurer que c'est ce qui se passa. Elle se tourna afin de me tourner le dos et je l'entendis parler très bas, cela eut d'ailleurs pour effet de diminuer ma colère. Ce qu'elle me dit était étrange. Elle m'en voulait?! Mais de quoi? Qu'est ce que ça pouvait bien lui faire de ne plus me voir?! Pourquoi parlait elle de payer le prix? De plus, elle semblait en colère contre moi, puisuq'elle disait me détester. Je finis donc par me mettre devant elle et lui agrippa les bras, sans pour autant lui faire de mal, c'étiat juste pour la forcer à me regarder. Je me mis alors à lui parler, j'étais redevenu assez calme mais on pouvait sentir ma souffrance.

    "Oui j'espère bien que tu me déteste...Car c'est l'ordre des choses je te rappelle que je suis chasseur de vampire. Tu ne peux cesser d'être un vampire et je ne peux cesser d'être un chasseur... Quoi qu'il arrive je continurais de tuer les vampires, tu es peut être la seule que j'épargnerais mais...Je turais tes amis, tes semblables!"

    J'avais vraiment parler doucement, presque avec tendresse et douceur. Je finis par lui lacher les bras et j'ai mis mes mains sur son visage pour lui caresser tendrement les joues. Ma main finit d'ailleurs par s'attarder sur ses lèvres. C'est fou de voir à quel point j'avais encore envie de l'embrasser, j'en mourais d'envie même. Seulement, il était hors de question que je le fasse.

    "Ce n'est pas si grave...Après tout je ne suis qu'un chasseur de vampire...Que ressens tu pour moi?!"

    Et voilà, j'avais osé poser la question. Pourtant, au moment même où je l'avais posé, je le regrettais car dans tous les cas, la réponse me ferait mal comme jamais. Si elle me disait qu'elle me détestait et rien de plus, je serais blessé, ce qui encore une fois n'est pas du tout logique mais si elle me répondait qu'elle tenait beaucoup à moi, j'aurais très peur de l'avenir et il serait évident que je ne pourrais plus jamais essayé de la tuer. D'ailleurs, je ne résisterais sans doute pas à l'envie de lui dire qu'elle comptait également pour moi. Cependant, je ne pouvais pas faire ça. J'avais toujours la main sur son visage. Je me demandais d'ailleurs comment elle résistait à l'envie de boire mon sang. C'est vrai, je l'avais embrassé et elle ne semblait même pas avoir eu envie de me mordre. Ce n'est quand même pas normal, elle aurait du avoir envie de me tuer. Peut être, était elle forte pour résister à cette odeur car même le fait qu'elle n'en ait pas bu, ne devait pas lui enlever le fait que l'odeur du sang rester très enivrante et attirante pour des vampires.

_________________

    Ma vengeance est perdue s'il ignore
    en mourant que c'est moi qui le tue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Stevens

avatar

Nombre de messages : 52
Date d'inscription : 05/01/2009

Heart & Soul
Links:
Job:
Self Control: 0/20

MessageSujet: Re: Tu me suis?! PV LENA   Lun 12 Jan - 21:27


    « Tais-toi ! Tu ne sais rien de Leila et je te défends de parler d'elle...Si tu veux savoir, si elle m'avait vu t'embrasser, elle t'aurait sûrement tué sur place, même si, c'est vrai, qu'elle appréciait les vampires. Seulement, elle n'est pas là, puisqu'elle a été TUE! »

    J’avais envie de réduire la terre en miettes, pas parce qu’il m’avait clairement ordonné de me taire, même si je le conçois, j’étais tellement têtue que je n’avais guère l’habitude d’obéir aux ordres, mais parce qu’il avait parlé de sa défunte petite amie comme si elle était toujours en vie. Je lui aurais sûrement désobéi en lui répliquant que la dénommée Leila n’était plus de ce monde s’il ne l’avait pas fait lui-même. Evidemment toute cette histoire ne me plaisait pas beaucoup et j’avais une folle envie de lui demander ce qu’étaient devenus les meurtriers de Leila car je savais ce qu’il me répondrait, et même si je n’apprécie guère qu’il tue des vampires, son acte m’aurait fait plaisir. J’ai l’habitude de séparer les vampires végétariens et es vampires carnivores en deux catégories bien distinctes. Une catégorie du genre « gentils », et l’autre « méchants ». Et je n’avais strictement aucune pitié envers les méchants, comment avoir le cran de tuer des humains tout en sachant que l’ont était comme eux, avant ?

    Keziah avait raison, je ne savais rien de Leila, seulement je ne comprenais pas pourquoi il ne souhaitait pas que je parle d’elle. Je ne l’avais pas critiqué, j’avais même parlé d’elle de façon assez optimiste, mais si tel était son désir, je ne parlerai plus d’elle. Que l’on évoque son ancienne petite amie me fit réaliser une chose que je ne souhaitais pas, pas du tout. Keziah pourrait très bien ne pas me tuer et « craquer pour moi » seulement car je lui ferais penser à Leila, physiquement ou mentalement, tout ce que j’espérais au plus profond de moi était qu’il me différencié bien à Leila, et qu’il ne voit pas en moi que l’ombre de sa défunte amie. Après la phrase de Keziah, je ne répondais donc pas, obéissant pour la première fois (ou pas loin) à un ordre qu’on me donnait. Tout s’enchaîna ensuite très rapidement, il me pria de ne plus le suivre, il me demanda de m’effacer de sa vie, de faire comme si je n’avais jamais existé, et cette fois je ne l’avais pas écouté, j’avais répliqué qu’il ne pouvait pas faire ça, qu’il n’en avait pas le droit, puis je lui avais dit que je le haïssais.

    Je venais de lui dire que je le détestais. Incroyable et pourtant vrai. Je ne vais pas raconter de bêtises et jouer les saintes, j’ai toujours menti, et ce à tout le monde. Je pouvais de ce fait me forger une carapace, m’évader du monde réel, c’est assez bizarre, je suis assez bizarre. Evidemment, quand je dis que j’ai toujours menti, ça n’arrivait pas non plus tous les jours, mais plutôt que d’avouer la vérité, lorsqu’elle était dure à dire, je mentais, prenant ainsi la voie de la facilité. Je ne me dis pas peureuse pour autant, simplement parfois je n’étais pas fière du tout lorsque l’on me posait une question. Evidemment mes mensonges n’ont jamais été énormes, je les utilisais uniquement lorsque je savais que la vérité vexerait quelqu’un. Enfin bref, tout cela est bien beau mais je venais de lui servir le plus gros mensonge de ma vie.

    Comme je lui avais tourné le dos pour ne pas qu’il lise toute la tristesse naissante sur mon visage, il se plaça devant moi en m’attrapant fermement et tendrement à la fois –impossible et pourtant je vous jure que c’est ce qu’il a fait, afin que je le regarde dans les yeux. Il était beau, toujours, peut-être même encore plus beau que d’habitude une forme de douceur, de tendresse était lisible sur sa plastique magnifique.

    « Oui j'espère bien que tu me déteste...Car c'est l'ordre des choses je te rappelle que je suis chasseur de vampire. Tu ne peux cesser d'être un vampire et je ne peux cesser d'être un chasseur... Quoi qu'il arrive je continuerais de tuer les vampires, tu es peut être la seule que j'épargnerais mais...Je tuerais tes amis, tes semblables! »

    J’espérais vainement qu’il me mente à son tour et que de ce fait il n’espérait pas que je le déteste, ce qui de toutes façon aurait du mal à arriver. Il faut bien se rendre à l’évidence, comment détester Keziah ? A vrai dire on peut avoir toutes les raisons du monde de le détester, mais pas moi, j’en étais incapable. Je ne pouvais que l’adorer, l’idolâtrer même. J’aurais du le détester, c’est vrai, il est un chasseur qui tue toutes les sortes de vampires du moment que s’en sont, et pourtant je l’aime. Enfin, je ne sais pas, quoi que … c’est peut-être plutôt que je ne veux pas le savoir mais que je m’en doute.

    « Si par mes semblables tu entends … non rien, j’arrête avec ça. »

    Je ne voulais plus parler, car je me rendais compte que le ton avec lequel il m’avait dit tout cela était beaucoup plus doux que le mien, j’avais un mal fou à me calmer, alors je préférais me taire avant de m’énerver plus encore. J’avais un très mauvais caractère, je m’énervais facilement mais devenais calme difficilement. Je voulais toujours avoir raison, toujours avoir le dernier mot, mais là tout de suite, devant Keziah, c’était la première fois que je ne savais pas dans quelle force puiser avant d’arriver à mes fins, donc je m’étais tue. Les mains du jeune homme quittèrent mes bras, il les lâcha comme si j’étais faite de porcelaine (ce qui est tout sauf vrai), et s’attarda sur mes joues. Ses doigts sur ma peau me faisaient un drôle d’effet, on peut le dire. Lorsque ses mains s’approchèrent de mes lèvres, je ne respirai plus, si je sentais encore son odeur je risquais de ne pas me contrôler, et je ne le souhaitais guère. Il reprit alors la parole, de la même voix suave que tout à l’heure.

    « Ce n'est pas si grave...Après tout je ne suis qu'un chasseur de vampire...Que ressens tu pour moi?! »

    Le début de sa phrase était ironique je pense, quoi que, je n’en suis pas certaine, mais la fin était belle et bien sérieuse, on ne peut plus sérieuse. Que répondre à cela ? La vérité certes, mais comment la formuler ? Sa main était toujours posée sur mon visage, comme si il s’imprégnait des lignes de mon visage ou je ne sais quoi d’autre. Je ne pouvais plus en supporter d’avantage et lui pris les deux mains pour les emprisonner dans les miennes. Je devais avoir la peau gelée, et pourtant il eu le tact de ne pas me le faire remarquer et de faire avec, comme si la froideur de ma peau ne l’affectait pas. Je baissais timidement la tête pour répondre à cette question fatidique qu’il venait de me poser.

    « Je … je tiens énormément à toi. Plus encore. A vrai dire je ne suis pas très douée pour les déclarations d’amour ou autres du même type. Excuse-moi. Et une dernière chose, je t’aime énormément, et surtout quand tu es vivant, alors même si je ne doute pas de moi, autant ne pas tenter le diable, je tiens trop à toi pour ça. Ton odeur est tellement … enivrante ! »

    Tout ce que j’avais dit, je le pensais vraiment, même su j’avais furieusement envie qu’il me désobéisse quand je lui disais de ne pas tenter le diable. Et comme j’avais relevé la tête pour lui faire face, je me mettais sur la pointe des pieds pour poser mes lèvres sur les siennes. A présent nous étions à égalité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keziah Taylor
ADMINISTRATOR | The goddamn vampires ass kicker
avatar

Nombre de messages : 504
Date d'inscription : 30/12/2008

Heart & Soul
Links:
Job: Chasseur de vampires
Self Control: 16/20

MessageSujet: Re: Tu me suis?! PV LENA   Mar 13 Jan - 0:32

    Est ce que j'aimais Leila à travers de Lena?! C'est possible, après tout elles étaient tellement semblables l'une et l'autre. Dans un sens, je m'étais toujours juré que je n'aimais personne d'autre que Leila pourtant, il semblait que j'avais de plus en plus de sentiments pour Lena, ce qui est une mauvaise chose je vous l'accorde. Soit, mais c'était ainsi. Une chose est sûre, c'est que les qualités que j'avais aimé chez Leila, je les retrouvais en Lena. Quelque part c'est logique, je ne pouvais pas aimer une personne totalement différente de celle que j'avais aimé de toute ma vie et de tout mon être. J'aurais voulu pouvoir oublier Leila et penser à quelqu'un d'autre, penser seulement à Lena, néanmoins, ce n'était pas possible. D'ailleurs même si j'avais voulu le faire je n'aurais pas pu le faire. Leila hantait mes pensées jour et nuit et cela depuis trois ans maintenant. Il est évident que je me cachais aussi derière Leila. En effet, je restais bloqué sur elle, sur mon deuil qui durait continuellement afin de ne pas m'attacher à quelqu'un d'autre et surtout de ne pas m'attacher à celle que je pensais, c'est à dire un vampire. Je pouvais déjà pas concevoir aimer quelqu'un d'autre alors c'était encore pire s'il s'agissait d'un vampire. Et oui, car Lena avait beau remplir les critères de la femme parfaite, elle restait un monstre et j'étais obligé de continuer de le dire, le nier n'aurait fait qu'empirer les choses. En effet, si je décidais de faire quelque chose avec Lena, il fallait que je le fasse en tout état de cause et sans me voiler la face sur sa véritable nature.

    D'un côté, il y avait des choses que j'aimais en Lena que Leila n'avait pas. Déjà Leila n'était pas un vampire. Certes, ce n'est pas un côté que j'aimais chez Lena, bien au contraire. Quoi qu'il en soit, elles avient quand même des différences. Leila avait un côté plus doux que Lena et pourtant, je savais pertinemment que si Lena n'avait pas son côté dur qu'elle se donnait parfois, elle me plairait beaucoup moins. Ensuite, même si elles étaient aussi bavardes l'une que l'autre, elles n'avaient pas la même façon de s'exprimer. Lena s'exprimait toujours avec de longues et de belles phrases et j'avoue que c'était une chose qui me faisais particulièrement craquer chez elle.

    Il était hors de question que Lena parle de Leila. Certes, elle n'avait rien dit de méchant sur elle, elle s'était même plutôt montré gentille. Cependant, je détestais que quelqu'un d'autre que moi parle de Leila. C'est peut être stupide mais c'est comme ça. De plus, c'est encore pire quand il s'agit d'(un vampire. Et quoi que je puisse en dire, Lena restait un vampire et pire encore, elle était un vampire pour qui j'avais un faible, un faible énorme. Le fait d'entendre Lena prononcer le prénom de Leila me faisais culpabiliser. D'abord, parce que j'étais en train de tomber amoureux de quelqu'un d'autre que Leila et ensuite parce que ce quelqu'un d'autre était un vampire, l'espèce qui est responsable de la mort de la femme que j'avais aimé. Que j'avais aimé?! Oui, je pense que petit à petit, j'étais en train d'en faire le deuil. Super, je faisais le deuil de Leila grâce à Lena. C'était vraiment le monde à l'envers. J'aurais dû vouer une haine énorme envers la femme qui se trouvait en face de moi à cet instant, j'aurais dû la voir comme un vampire, un monstre mais lorsque je la regardais, la seule chose que je voyais, c'était une femme terriblement belle, incontestablement sexy et qui me rendais tout bonnement dingue. Pourquoi? Je vous le dis, je n'en sais rien du tout.

    Entendre Lena me dire qu'elle me détestait m'avait brisé le coeur. C'est vrai, lorsque cette phrase était sortit de sa bouche, j'avais eu mal. Seulement, je ne pouvais le montrer. De plus, je devais faire comme si cette phrase ne m'avais fais ni chaud ni froid, il fallait. Après tout, j'avais beau dire tout ce que je voulais, il fallait que Lena me déteste, c'était ce qu'il y avait de plus logique. Je détestais les vampires et elle devait détester les chasseurs. En effet, c'est comme si un lion avait adoré un agneau. Ce n'est tout simplement pas possible. Il fallait être réaliste. Certes, la réalité faisait mal, très mal mais je ne pouvais pas être avec Lena, c'était impossible. Même si je l'avais voulu de toute mes forces, tout ceci n'aurait servit à rien. Un jour ou l'autre, on se serait rendu compte que tout ceci n'était que folie. Le pire dans tout ça, c'est que si sa se trouve, inconsciement, ce qui nous attirait l'un vers l'autre c'était justement le fait qu'on ne puisse être ensemble. Nous étions peut être, sans le savoir, des fans inconditionés de Roméo et Juliette et nous voulions que notre amour existe que dans la mort. Okay, pas très amusant tout ça mais c'était possible après tout. Quoi qu'il en soit, je ne savais toujours pas ce que Lena ressenatait pour moi et j'avais encore l'espoir qu'elle me dise qu'elle ne ressentait rien. C'est d'ailleurs ce que j'aurais voulu qu'elle me réponde. Tout ceci aurait arrangé bien des choses.

    Si Lena avait répondu à ma question qu'elle s'amusait jsute de ma présence, je me serais alors rendu compte qu'elle se fichait complètement de moi et je pense sincèrement que ceci m'aurait permis de me détacher d'elle, bien que j'étais déja beaucoup trop attaché je pense. Enfin bref, de toute façon, ce n'est pas ce qu'elle dit. Elle commença d'abord par enlever mes mains de son visage pour les prendre dans les siennes. Oh oui, bien sûr que sa peau était froide. Quoi froide? Elle était glacé. Je sentais des glaçons sous mes doigts, néanmoins, rien que le fait de toucher son visage, d'en connaitre les moindres contours me rendais fou de joie. J'aurais voulu connaitre son visage par coeur pour pouvoir le dessiner les yeux fermés et surtout ne jamais l'oublier. Je la regardais dans les yeux, attendant avec appréhension sa réponse. C'est alors qu'elle me dit qu'elle m'aimait beaucoup, trop même. Tout en me disant cela, elle me précisa qu'il vallait mieux que je reste loin d'elle si je voulais rester en vie. Comment pouvait elle me dire qu'elle m'aimait beaucoup et me demander de rester loin d'elle? C'était tout bonnement impossible, c'était trop tard surtout! J'étais en train de tomber sous son charme et plus les minutes passaient, quoi les minutes, les secondes, plus j'oubliais sa véritable nature. Tout ceci ne présageait rien de bon croyez moi.

    Soudain, je la vis se mettre sur la pointe des pieds et je sentis soudain ses lèvres glacés contre les miennes. J'aurais dû la repousser, oh oui, j'aurais dû le faire mais j'en étais complètement incapable. Je répondis donc à ce baiser tendrement puis je me fis plus fougueux. Je finis par passer mes mains derrière le dos de Lena et je reculais doucement avec jusqu'à qu'elle soit appuyé contre un arbre. Je cessais alors de l'embrasser, je passais une main sur son doux et froid visage et je lui fis un léger sourire. Très léger car au fond de moi, je savais que j'aurais dû partir en courant. Je me remis alors à l'embrasser tout en laissant ma main caresser le son cou, déscendre sur son épaule puis sur sa poitrine. Néanmoins, j'étais très doux, sûrement trop doux d'ailleurs. Je finis de nouveau par arrêter de ce baiser et l'embrassais dans le cou tendrement. Mes yeux croisèrent alors les siens et je repris ce baiser. Vous ne pouvez pas savoir le bien que ça faisais? Cela faisais tellement longtemps que je ne m'étais pas sentis aussi bien. Soudain, je le sentis rétisante. Tiens, est ce que l'odeur de mon sang devenait trop forte? C'était sûrement ça. Et voilà, petit à petit je reprenais conscience de qui elle était, un vampire! Je venais pourtant de l'embrasser avec passion et tendresse et j'avais aimé. Oh oui j'avais aimé!

    J'ai donc cessé de l'embrassé et j'ai appuyé mon front contre le sien, reprennant petit à petit ma respiration et resistant contre l'envie et le désir que j'avais pour elle. Je finis par fermer doucement les yeux et me reculais. Je crois qu'elle voulait vraiment que je me recule. Je lui fis alors face et la regardais dans les yeux tristement.

    "C'était très bien mais...Il faut être honnête, il ne peut rien avoir entre nous. On ne doit plus se voir Lena! Je dois rencontrer quelqu'un mais cette personne doit être humaine."

    Je me rendis alors compte que je ne lui avais jamais dis ce que je pensais d'elle moi. Tant mieux, j'avais horreur de dire ce genre de chose. Je m'approchais alors d'elle et mit un doigt sur sa bouche pour l'empêcher de parler. Oui je sais ce que vous pensez, elle aurait pu me croquer le doigt mais je n'avais définitivement pas peur d'elle. Je l'embrassais alors sur le front.

    "Adieu!"

    Je finis donc par me retourner et me dirigeais vers la sortie du parc. Apparemment,elle avait décidé de ne pas me suivre, il fallait sans doute qu'elle reprenne ses esprits de toute manière si elle ne voulait pas me tuer. Je finis donc par sortir du parc et retournais chez moi. Je ne pouvais penser à autre chose qu'à Lena. D'un côté, j'avais adoré tout ça et d'un autre, je m'en voulais terriblement de l'avoir fait. Je n'aurais pas du l'embrasser et pourtant si c'était à refaire, je sais trè_s bien que je ferais exactement la même chose! C'est bien là que réside tout le problème!

_________________

    Ma vengeance est perdue s'il ignore
    en mourant que c'est moi qui le tue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tu me suis?! PV LENA   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tu me suis?! PV LENA
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Oh yeah and I think I'll go to Boston :: Boston common-
Sauter vers: