AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La plus belle ruse du diable est de vous faire croire qu'il n'existe pas ! Lena

Aller en bas 
AuteurMessage
Lena Stevens

avatar

Nombre de messages : 52
Date d'inscription : 05/01/2009

Heart & Soul
Links:
Job:
Self Control: 0/20

MessageSujet: La plus belle ruse du diable est de vous faire croire qu'il n'existe pas ! Lena   Lun 5 Jan - 0:44


    (c)Paradise

    Absolution

    Nom et prénom : STEVENS Lena.
    Age : Vingt-cinq ans en apparence, et deux-cent cinquante-neuf ans réellement.
    Lieu de naissance : Dublin, en Irlande.
    Nationalité : Irlandaise.
    Sexualité : Hétérosexuelle.
    Travail : Elle a fait plusieurs petits jobs, juste des passes-temps généralement, en passant du travail de serveuse à celui de vendeuse ... Mais à ce jour elle n'en a aucun.

    Pseudo : Anya.
    Avatar : Sophia Bush.
    Âge : Quinze ans.
    Comment trouvez vous le forum, le contexte est-il facile à comprendre ? : Je le trouve tout d'abord très beau (j'aime beaucoup le design), le contexte est super et les postes vacants très interessants. Oui, le contexte est plutôt facile à comprendre, d'habitude je n'y comprends jamais rien sur les contextes fantastiques, et je crois que c'est la première fois que je comprends aussi bien.
    Où l'avez vous connu ? : Par une pub, ou une annonce sur un forum pour forum (oulaaa je m'égare).
    Une déclaration ♥️ ?
    je vous aime tous autant que vous êtes.


Dernière édition par Lena Stevens le Lun 5 Jan - 23:17, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Stevens

avatar

Nombre de messages : 52
Date d'inscription : 05/01/2009

Heart & Soul
Links:
Job:
Self Control: 0/20

MessageSujet: Re: La plus belle ruse du diable est de vous faire croire qu'il n'existe pas ! Lena   Lun 5 Jan - 0:45







    Chapter 01 : « Le commencement. »




      Tout le monde a une histoire, un passé, un présent, et parfois même un avenir. Je ne suis pas tout le monde, j’ai une histoire, un passé, un présent, mais pas d’avenir. Quel avenir y’a-t-il pour une personne comme moi ? Oh ! Avec tout ça j’en oublie les bonnes manières. Je m’appelle Lena Stevens, mon nom complet est Lena Abigaëlle Queen Stevens, mais cela fait des années que je ne l’ai pas utilisé –mon nom complet j’entends. Je naquis le onze Février de l’année 1750. Mon père et ma mère n’étaient autre que de riches seigneurs, et j’aime autant vous le dire tout de suite : je n’ai jamais manqué de rien avec eux. Mais passons mon enfance si vous le voulez bien, elle n’a rien d’extraordinaire, elle est même, pour ainsi dire grotesque, trop banale.

      Tout a commencé le soir pendant lequel mon père m’annonça une chose à laquelle je ne m’attendais guère. J’avais seize ans, juste seize ans. Allongée sur mon lit, je lisais à la lueur d’une bougie. La flemme, de plus en plus faiblarde, perdait de la luminosité au fur et à mesure que les pas lourds de mon géniteur se rapprochaient de la porte de ma chambre. Ces bruits de pas qui claquaient contre le marbre du sol me devenaient inconsciemment familier, voilà cinq bonnes minutes que mon père tournait ainsi en rond dans le couloir. Puis soudain, plus rien. Intriguée, je levai le nez de mon livre pour m’attarder sur l’ombre de mon père, posée sur le sol, elle avait réussi à se frayer un chemin dans le bas de la porte. Mon père était donc là, devant ma chambre. Je l’entendis respirer, ou peut-être soupirait-il … Je ne sais pas, je ne sais plus. Toujours est-il qu’il se décida enfin à rentrer avec nonchalance, comme s’il passait pour me dire bonne nuit. Mais je pus lire dans son regard qu’il n’en avait pas l’intention. Il s’assit sur le rebord de mon lit, cependant que mon regard cherchait le sien, comme si je souhaitais lire en ces yeux ce qu’il s’apprêtait à m’annoncer.

      PERE « Lena tu vas te marier ! »

      Il me l’a dit comme ça, sans préambules, sans doutes trouvait-il cela inutile de me le dire en prenant son temps, de toutes façons je n’avais guère le choix. N’empêche, j’aurais apprécié qu’il me le dire avec plus de recul, plus d’égard, ce n’était pas une chose que j’étais prête à entendre, pas si brusquement, pas à seize ans. Certes, à l’époque, il n’était pas exclu de se marier à seize ans, les mariages étaient faits très tôt d’ailleurs, mais je crois que l’ont n’est réellement jamais prêt à entendre ça, que j’ai quarante, seize ou vingt-cinq ans, je pense que j’aurais eu le même choc en entendant cette phrase. A qui mon père avait-il décidé de donner la main de sa fille unique ? Je ne lui posais pas la question, je connaissais malgré moi la réponse. J’aurais préféré qu’il en fut autrement, mais à mon époque on ne choisissait pas, c’était même une chance, mais inconsciemment je pensais tout le contraire, comme je le pense toujours d’ailleurs. Mon géniteur m’avait promise au seigneur anglais qui était de visite à Dublin tous les mois, j’en aurais mit ma main à coupé. Il devait s’approcher de la trentaine, ou bien déjà être dedans, comment savoir ? Avec autant de tact que mon père lorsqu’il m’avait annoncé mon mariage –c'est-à-dire aucun, je le priait de sortir de ma chambre en deux mots qu’il comprit bien aisément.

      ELLE « Bonne nuit. »

      Je reposais le livre sur sol, m’engouffrai dans les couvertures et mon père ferma la porte de ma chambre derrière lui, cependant que la flemme de la bougie s’éteignait.






      Chapter 02 : « Donner la vie ... »





      Je me suis mariée avec ledit seigneur anglais en question, un dénommé Charles soit dit en passant. Il n’était ni beau ni laid, ni gentil ni méchant, il était juste lui, et je lui en était d’ailleurs reconnaissante, de rester ainsi naturel face à n’importe quoi. J’étais heureuse avec lui, très heureuse, mais pas amoureuse, et il le savait. Je crois d’ailleurs qu’en vérité, lui non plus n’était pas vraiment amoureux, il lui arrivait parfois d’avoir des aventures avec d’autres femmes, plus mûres, plus belles ou plus intelligentes que moi, et je ne lui en tenais pas rigueur. La plus belle chose, et la plus triste également arriva dans ma vie fut mon enfant.

      Pressant mon amulette contre mon cœur, je dévalai les marches de la maison du médecin du village. Mes pas résonnaient sur les pavés cependant que le rythme de mon cœur semblait vouloir leur faire de la concurrence. Ce n’était pas un excellent médecin ce monsieur Jacobson, mais il savait reconnaître ces choses là, j’en étais certaine. Il me l’avait dit avec une telle voix, une telle sincérité, il m’avait regardé dans le blanc des yeux et m’avait annoncé que j’étais enceinte, que j’attendais un enfant. Vingt et un ans, c’était presque trop vieux à l’époque pour attendre un enfant. Nous étions encore dans le temps pendant lequel Roméo épousait Juliette alors qu’elle n’avait que treize ans. Je portais un être en moi, un futur enfant allait bientôt se démener comme un beau diable pour sortir de mon corps. J’aurais eu toutes les raisons du monde de maudire cette enfant qui n’existait pas encore, et pourtant, avant qu’il naisse, avant qu’il existe je l’aimais déjà, je le protégeais déjà. Arrivée devant notre maison –plutôt un manoir qu’une maison si vous voulez mon avis, j’entrais avec autant de vigueur que je n’en avais jamais eu. Et d’ailleurs, Charles s’en aperçut tout de suite. Nous avions beau ne pas avoir de sentiments l’un envers l’autres, nous étions très amis et nous nous aimions bien, même très bien puisque j’étais enceinte de lui, et puis, six ans de vie commune, ça laisse toujours des traces. Tendant les mains en avant, je lui attrapais le bras pour qu’il vienne avec moi dans le salon. Nous nous assîmes donc, l’un en face de l’autre. Je crois bien que les larmes me montaient aux yeux tellement j’étais heureuse. Et c’est sans doute cela qui lui fit peur puisqu’il me demanda par la suite comment je me sentais.

      CHARLES « Ta visite chez le médecin ne c'est pas bien passée ? Tu es malade Lena ? »

      Il semblait inquiet, cincèrement inquiet, ce qui me donna d’autant plus les larmes aux yeux.

      ELLE « Non, rien de tout cela, je te le jure. Je … je suis enceinte ! J’attends un enfant. »



Chapter 03 : « La naissance du mal. »






      Vingt-cinq ans, et heureuse jusqu’aux dents –pardonnez moi l’expression, elle me semblait appropriée. J’avais accouché sans problème, ce qui, à mon époque, était rare, nombreuses étaient les femmes qui mourraient en couche. J’avais, à vrai dire, donné naissance à un petit garçon, Edward. Pourquoi avais-je choisit ce prénom ? Etais-ce le fait qu’il appartenait à mon père ou simplement la sonorité qui me plaisait ? Je ne le sais guère. Il n’empêche que depuis ce soir fatidique, je ne revis plus jamais mon fils. Enfin, peut-être l’avais-je croisé une ou deux fois sans le reconnaître, mais à quoi bon ? Ce soir là donc, j’étais restée seul au « manoir » si je puis dire, puisqu’il me faisait d’avantage pensé à un manoir qu’à un palais ou une grande maison, il avait ce petit côté machiavélique que je ne m’expliquais pas. Je n’ai jamais aimé être collée, j’aime bien la solitude, rester seule, réfléchir en silence sans que personne ne jacasse après moi. J’avais donc renvoyé les serviteurs chez eux, et Charles était parti emmener son fils à une espèce de spectacle grotesque. Une belle soirée en perspective, c’était ce que je croyais. Jusqu’à ce qu’il arrive, une main sur mon ventre, l’autre sur le devant de ma gorge. Je tentais de crier, en vain, j’étais seule, inexorablement, seule avec lui, le vampire. Je ne connus pas son identité, une chance pour lui si vous voulez mon avis. Toujours est-il que j’étais là, debout, immobile, premièrement à cause de la force avec laquelle il me tenait, et deuxièmement parce que j’étais littéralement tétanisée par la peur. Je poussais un long cri plaintif lorsque les dents du suceur de sang s’enfoncèrent dans ma chair. A peine quelques secondes après la morsure, il me laissa m’échouer sur le sol, inerte.

      Ce n’est que trois jours plus tard que je m’éveillai, dans un cimetière. Soit j’avais rampé jusque là, soit mon agresseur avait trouvé judicieux de m’emmener ici pendant ma transformation. J’avais passé trois jours affreux, à pousser tant bien que mal des cris plaintifs, à gémir tant que je le pouvais, et à pleurer aussi, j’avais beaucoup pleurer, pour mon fils, mes parents, mon ancienne vie, mais aussi celle qui ‘était à venir. Mon corps était désormais mort, mais je me sentais bien vivante, j’avais un teint de porcelaine, semblables à celui d’une poupée, les joues rouges en moins. Les seules couleurs de mon visage étaient le noir de mes yeux, mes iris étaient devenus tellement sombres qu’on ne les distinguait pas de la pupille, et également mes lèvres, rouges écarlates.

      Je voulus revoir mon fils après ma transformation, mais je compris bien vite que j’allais être un danger pour lui. Je m’exilai donc en Afrique, là bas je me nourris d’animaux, n’importe lesquels, tant que ma soif cessait pendant un certain temps. Quand j’eu marre de l’Afrique et de la nourriture que je trouvais là bas, je me décidai à faire le tour du monde, et alors que je n’avais encore pas tué un seul humain, pas goûté une seule fois à leur sang, je me promis de ne jamais le faire. Lorsque les vampires furent reconnus par l’état et qu’ils demandèrent le pardon, j’étais avec eux, après tout je n’avais jamais, au grand jamais touché à un humain afin d’assouvir ma soif, et c’est d’ailleurs toujours le cas.







      Chapter 04 : « Complications … »


      Après que les vampires furent reconnus par l’état, je revins en Angleterre, parfois dans d’autres pays, mais j’aimais bien l’Angleterre. Il ne faisait pas souvent beau, et de cette façon nous ne nous faisions pas repérés par les chasseurs. Car oui, mon époque était révolue, il fallait bien que je m’y fasse, depuis que mon espèce était reconnue, des personnes s’étaient mises à nous détester, et d’autres même à nous chassez. Généralement, moi et les miens qui étions végétariens n’avions rien à craindre, enfin jusqu’à ce que les vampires s’en prennent à n’importe qui, alors de plus en plus de personnes devenaient chasseurs, le plus souvent pour causes sentimentales, et ceux là étaient les plus dangereux, car végétariens ou carnivores, ils nous tuaient point final ! Ils ne se justifiaient pas, leur haine pour notre espèce était telle qu’il n’avait plus qu’une raison de vivre : tuer les vampires ! Aujourd'hui je vis à Boston, cette ville vaut largement l'Angleterre, mais ce n'est que mon humble avis.

      Dans un cimetière, voilà où j’étais lorsque je vis ce jeune homme, il semblait avoir mon âge, enfin l’âge que j’ai en apparence, et un vampire était penché sur lui, toutes dents dehors. Il allait le mordre, j’en étais persuadée, il allait le tuer, je le lisais dans ses yeux, c’était indéniable qu’il crevait d’envie de causer la mort de ce jeune homme. Je n’allais tout de même pas rester les bras croisés ! Je n’avais jamais goûté de sang humain ni ôté la vie d’un de ces êtres que j’étais moi-même il y a bien longtemps, alors je n’allais pas flancher devant un vulgaire vampire voulant tuer quelqu’un. Ni une, ni deux, mes crocs acérés s’enfonçaient dans la chaire du vampire qui, en un hurlement, s’évapora avec la brume de ce temps d’automne. Je ne compris mon erreur que lorsque ledit jeune homme se redressa, une arme à la main, et pas n’importe laquelle, il était doté de pieux, d’eau bénite, et de tout ce qui s’en suit ! J’avais épargné un chasseur, un chasseur qui, de son côté, ne se serait sans nuls doutes pas privé pour me tuer. Mais il ne le fit pas, allez savoir pourquoi, il rangea tout son attirail et me fit face, son regard perçant s’enfonçant dans le mien, comme si il voulait me fusiller du regard.

      LUI « Tu m’as sauvé la vie, je t’en suis reconnaissant, c’est pourquoi j’épargne la tienne en cette instant, mais sache que la prochaine fois que je croise ton chemin, je te tuerais, je te le promets, je t’achèverais ! »
      ELLE « Ravie de faire ta connaissance également, et de rien ! Tu épargnes ma vie là ? Ah ok, tu ne t’es pas foulé ! Je t’arrache des griffes d’un vampire et tu me remercies en tournant les talons. Non, franchement super ! Ta mère ne t’a jamais appris à dire merci nom de dieu ?! La prochaine fois tu me tueras ? Comme tu as tué le vampire que je viens de faire fuir je présume ? J’en ai froid dans le dos. »

      Sur ce, lui et moi tournèrent les talons d’un commun accord. Et depuis cette nuit là, nous nous revîmes très souvent peut-être trop même. Je commence à avoir de l’affection pour ce petit chasseur je crois. Enfin bon, malgré que nous nous sommes revus maintes et maintes fois, j’attends toujours ma mort.











Dernière édition par Lena Stevens le Lun 5 Jan - 23:44, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keziah Taylor
ADMINISTRATOR | The goddamn vampires ass kicker
avatar

Nombre de messages : 504
Date d'inscription : 30/12/2008

Heart & Soul
Links:
Job: Chasseur de vampires
Self Control: 16/20

MessageSujet: Re: La plus belle ruse du diable est de vous faire croire qu'il n'existe pas ! Lena   Lun 5 Jan - 0:46

Bienvenue toi que j'attendais tant! I love you

_________________

    Ma vengeance est perdue s'il ignore
    en mourant que c'est moi qui le tue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaelyn Helsingers
CRAZY'ADMIN | Twitch for no reasons
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1350
Age : 25
Mood : Grins
Music : YOU - BREAKING BENJAMIN
Pseudo : DAWNY
Quote : cradaboubouilles *-*
Date d'inscription : 23/12/2008

Heart & Soul
Links:
Job:
Self Control: 15/20

MessageSujet: Re: La plus belle ruse du diable est de vous faire croire qu'il n'existe pas ! Lena   Lun 5 Jan - 0:50

Bienvenue Wink
Par contre il y a une petite faute dans le titre, sans doute de distraction Razz
La plus belle ruse du diable EST de vous faire croire qu'il n'existe pas ! Wink
Bonne chance pour la suite Smile

_________________
    ٩(̾●̮̮̃̾•̃̾)۶
    Promise me you'll try,
    to leave it all behind
    'Cause I've elected hell,
    lying to myself
    Why have I gone blind?
    Live another life
    You ©️ Breaking Benjamin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://absolution.up-with.com
Lena Stevens

avatar

Nombre de messages : 52
Date d'inscription : 05/01/2009

Heart & Soul
Links:
Job:
Self Control: 0/20

MessageSujet: Re: La plus belle ruse du diable est de vous faire croire qu'il n'existe pas ! Lena   Lun 5 Jan - 18:18

merci à tous les deux.
Idea
ah oui, merci Kaelyn, d'habitude je fais pas ce genre de faute (heureusement je dois dire !) mais là j'ai pas du faire attention. Bon, on va mettre ça sur le compte de mon étourderie. bom
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Stevens

avatar

Nombre de messages : 52
Date d'inscription : 05/01/2009

Heart & Soul
Links:
Job:
Self Control: 0/20

MessageSujet: Re: La plus belle ruse du diable est de vous faire croire qu'il n'existe pas ! Lena   Lun 5 Jan - 23:16

Désolée du double post, mais je crois avoir terminé.
C'est pas fameux, mais je suis bien trop pressée de jouer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keziah Taylor
ADMINISTRATOR | The goddamn vampires ass kicker
avatar

Nombre de messages : 504
Date d'inscription : 30/12/2008

Heart & Soul
Links:
Job: Chasseur de vampires
Self Control: 16/20

MessageSujet: Re: La plus belle ruse du diable est de vous faire croire qu'il n'existe pas ! Lena   Lun 5 Jan - 23:18

C'est bien mais juste un truc. Sa se passe à Boston l'histoire du forum et non en angleterre. Et je suppose que le sais mais l'eau bénite et le pieu ne tue pas les vampires, cela peut juste leur faire mal. Enfin voilà, pour moi c'est bon sinon mais je ne suis pas l'admin.
Enfin quoi qu'il en soit, si tu es validé, je nous fais de suite un sujet! Very Happy

_________________

    Ma vengeance est perdue s'il ignore
    en mourant que c'est moi qui le tue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaelyn Helsingers
CRAZY'ADMIN | Twitch for no reasons
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1350
Age : 25
Mood : Grins
Music : YOU - BREAKING BENJAMIN
Pseudo : DAWNY
Quote : cradaboubouilles *-*
Date d'inscription : 23/12/2008

Heart & Soul
Links:
Job:
Self Control: 15/20

MessageSujet: Re: La plus belle ruse du diable est de vous faire croire qu'il n'existe pas ! Lena   Lun 5 Jan - 23:34

Belle fiche, mais oui xD
L'eau bénite ne fait que les bruler... Et l'histoire se passe à Boston Wink

_________________
    ٩(̾●̮̮̃̾•̃̾)۶
    Promise me you'll try,
    to leave it all behind
    'Cause I've elected hell,
    lying to myself
    Why have I gone blind?
    Live another life
    You ©️ Breaking Benjamin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://absolution.up-with.com
Lena Stevens

avatar

Nombre de messages : 52
Date d'inscription : 05/01/2009

Heart & Soul
Links:
Job:
Self Control: 0/20

MessageSujet: Re: La plus belle ruse du diable est de vous faire croire qu'il n'existe pas ! Lena   Lun 5 Jan - 23:40

Pour l'eau bénite etc. j'avais compris.
J'ai pas eu l'impression de laisser entendre que l'eau bénite et les pieux pouvaient les tuer. Mais bon, j'ai peut-être mal forumuler ma phrase. Donc si j'ai tout retenu de ce qu'il y avait marqué dans les indications du contexte : l'eau bénite les brûle, les pieux ne font que traverser leurs chaires.
Pour Boston et l'Angleterre, là j'avoue que j'ai du buguer, ou alors je suis vraiment naze en géographie (ce qui est plausible).
Bon, je change cette histoie d'Angleterre et de Boston tout de suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keziah Taylor
ADMINISTRATOR | The goddamn vampires ass kicker
avatar

Nombre de messages : 504
Date d'inscription : 30/12/2008

Heart & Soul
Links:
Job: Chasseur de vampires
Self Control: 16/20

MessageSujet: Re: La plus belle ruse du diable est de vous faire croire qu'il n'existe pas ! Lena   Lun 5 Jan - 23:43

Lena Stevens a écrit:
Pour l'eau bénite etc. j'avais compris.
J'ai pas eu l'impression de laisser entendre que l'eau bénite et les pieux pouvaient les tuer. Mais bon, j'ai peut-être mal forumuler ma phrase. Donc si j'ai tout retenu de ce qu'il y avait marqué dans les indications du contexte : l'eau bénite les brûle, les pieux ne font que traverser leurs chaires.
Pour Boston et l'Angleterre, là j'avoue que j'ai du buguer, ou alors je suis vraiment naze en géographie (ce qui est plausible).
Bon, je change cette histoie d'Angleterre et de Boston tout de suite.

Non non tu ne l'as pas laissé entendre c'est juste que je préférais être sur. Wink

_________________

    Ma vengeance est perdue s'il ignore
    en mourant que c'est moi qui le tue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Stevens

avatar

Nombre de messages : 52
Date d'inscription : 05/01/2009

Heart & Soul
Links:
Job:
Self Control: 0/20

MessageSujet: Re: La plus belle ruse du diable est de vous faire croire qu'il n'existe pas ! Lena   Lun 5 Jan - 23:48

D'accord, soulagée.
J'ai rajoutée une phrase dans le premier paragraphe du dernier chapitre (c'est la dernière phrase je crois) dans laquelle je dis que Lean vit à Boston.
Ah oui, et Keziah, ok pour le sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keziah Taylor
ADMINISTRATOR | The goddamn vampires ass kicker
avatar

Nombre de messages : 504
Date d'inscription : 30/12/2008

Heart & Soul
Links:
Job: Chasseur de vampires
Self Control: 16/20

MessageSujet: Re: La plus belle ruse du diable est de vous faire croire qu'il n'existe pas ! Lena   Lun 5 Jan - 23:52

Voilà sujet fait! Very Happy

_________________

    Ma vengeance est perdue s'il ignore
    en mourant que c'est moi qui le tue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth Helsingers
- horror •• just hide and seek;
avatar

Féminin
Nombre de messages : 512
Age : 26
Mood : Horny
Music : Hysteria - Muse
Pseudo : Killers
Quote : Belgium's greatest love machine. =D
Date d'inscription : 24/12/2008

Heart & Soul
Links:
Job: //
Self Control: 16/20

MessageSujet: Re: La plus belle ruse du diable est de vous faire croire qu'il n'existe pas ! Lena   Lun 5 Jan - 23:56

    T'es rapide mon vieuux xD
    Soit, merci d'avoir modifier, très jolie fiche en passant (=
    Tu es validée de chez validée Wink
    J'espère que tu t'amuseras sur le forum ^^

_________________
[list]
©️ manuelina • elktr @ LJ
Breathe your life into me
I can feel you
I'm falling, falling faster
Breathe your life into me
I still need you
I'm falling, falling
Breathe into me
Red ©️ Breathe into me
[/list:u]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Vaughn
The Vengeance Is My Only Reason For Living
avatar

Masculin
Nombre de messages : 447
Age : 27
Mood : Massacrante
Music : Whatever It Takes - The Faders
Quote : Ce que tu vis ne le vit pour personne ... || Ecoute en toi l'instinct qui résonne ...
Date d'inscription : 28/12/2008

Heart & Soul
Links:
Job: Hunter & Garde du Corps
Self Control: 14/20

MessageSujet: Re: La plus belle ruse du diable est de vous faire croire qu'il n'existe pas ! Lena   Mar 6 Jan - 17:37

Bienvenue !!! Idea

_________________
Jusqu'à La Mort
La Vie Est Une Galère
...
Truth Takes Time

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La plus belle ruse du diable est de vous faire croire qu'il n'existe pas ! Lena   

Revenir en haut Aller en bas
 
La plus belle ruse du diable est de vous faire croire qu'il n'existe pas ! Lena
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arystide ✞ « La plus grande ruse du démon est de faire croire qu'il n'existe pas. »
» La plus grande réussite du diable est de nous faire croire qu'il n'existe pas [Tobias]
» Elle était si belle, la poupée... Amaryllis pour vous servir !
» Corne du Diable = Psycopathe
» BELLE TAPISSERIE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: They have to walk :: Here they come :: The first step-
Sauter vers: