AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The Bad and the Beast [Celse]

Aller en bas 
AuteurMessage
Tobey Langer

avatar

Féminin
Nombre de messages : 328
Age : 28
Mood : Calm
Music : Over my Head (The Fray)
Pseudo : MSL
Date d'inscription : 31/12/2008

Heart & Soul
Links:
Job: None
Self Control: 20/20

MessageSujet: The Bad and the Beast [Celse]   Dim 4 Jan - 21:32

Je sortis de la petite voiture où l'air s'était plutôt réchauffée alors que la jeune femme avec moi se faisait joueuse et un peu trop caline. J'avait dit pourtant à Geneviève que c'était pas le moment, que je devais arrêter me nourrir avant pour ne pas lui faire de mal. Elle m'avait accordé quelques temps donc pour aller me désaltérer pour ne pas mettre sa vie en péril même si j'avais un contrôle plutôt impressionnant. Regardant de temps à autres la jolie jeune femme à la peau plutôt claire et aux longs cheveux noir, style un peu goth je dois l'avouer, je m'éloignais rapidement en lui faisant signe que je serais bref. Et comme de fait, ma chasse fut plutôt fructueuse et je n'eus pas à attendre bien longtemps pour croquer dans un cerf, le vidant de son sang avec avidité sans même remarquer que j'étais observé. Il fallait dire que j'avais cette habitude de me faire regarder sans arrêt et ce n'était pas parce que je chassais que ça allait me perturber. Je me cachais d'être un vampire, mais j'étais tout de même honnête avec les gens. Je ne le criais pas sous les toits mais par exemple, lorsque je me rapprochais d'une humaine les choses étaient différentes. Je devais le préciser à tous, parce que je n'aimais pas leur mentir. Je pensais donc que c'était mon accompagnatrice qui mattait et esquissai un sourire alors que je lâchai la créature. Quelle ne fut pas me surprise par contre en me retournant et ne trouvant pas Geneviève à me surveiller comme je l'avais supposée!

Un peu nerveux en réalisant que ce n'était pas sa présence que j'avais senti, je préférai retourner voir la jeune femme à la voiture pour éviter des malheurs. Ce n'était pas quelqu'un de ma race, j'en étais persuadé, mais tout de même un accident était vite arriver. Je ne pensais même pas que la personne puisse être un chasseur, lorsque je regagnai la voiture Geneviève était appuyée sur le pare-chocs et me souriait.


« Eh bien t'en as mis du temps. Je suis pas immortelle moi, faut que tu fasses vite! »

Elle me jetta un regard amusé et m'attira vers elle. J'esquissai un mince sourire, mais quelque chose me préoccupait. La même présence que précédemment. Elle me demanda ce qui n'allait pas et je niai mes craintes, déposant un baiser sur son front avant de descendre sur son cou, frôlant la veine qui pulsait. Je n'avais pas envie de la mordre même si savoir que je tenais sa vie entre ses mains était plutôt excitant. Mes mains glissèrent sur les hanches de la jeune femme qui gloussa alors que je posais une main sur sa cuisse. Alors que j'allais l'entraîner à l'intérieur de la voiture pour la ramener avec moi, je sentis les craquements des branches sur le sol. Geneviève sursauta et je lui dis d'entrer dans la voiture en vitesse. Quelle ne fut pas ma surprise en me retournant pour faire face à ce qui était visiblement un humain en voyant que c'était un homme ; chasseur plus particulièrement! Après un petit moment à nous fixer mutuellement, j'eus la maladresse de lui dire, un peu stupidement:

« Hum..La chasse est bonne, hein, ici? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Celse L. Armstrong
­­­I curse the day my dream became my descent
avatar

Masculin
Nombre de messages : 335
Age : 25
Mood : Weird ? O.o
Music : Apology - Alesana
Date d'inscription : 31/12/2008

Heart & Soul
Links:
Job: HUNTER & photographe
Self Control: 5/20

MessageSujet: Re: The Bad and the Beast [Celse]   Lun 5 Jan - 21:45

    Il était tard et je venais à peine de rentrer du travail. Habituellement, je ne finissais pas aussi tard, mais ma supérieure avait eu la brillante idée de m'envoyer, en fin de journée, prendre les clichés du tout nouveau film, présentement en tournage en plein centre de Boston. Eurk....depuis quand suis-je devenu paparazzi ? Cela n'avait pas été de tout repos, puisque j'avais eu la maladresse de déranger les deux gardes du corps dans leur merveilleuse partie de carte ( faut croire qu'il n'avait rien de mieux à faire ), par ma simple présence. Assez tenace, ils ont dû mettre toute la misère du monde à se lever de leur chaise pour m'empêcher d'entrer dans le studio. Il m'a donc fallu faire demi tour et penser à un soi-disant plan B, puisque ma patronne n'apprécierait sans doute pas que je revienne là-bas les mains vides. Bref, tel un rescapé du Prison Break, je mis en place un plan assez astucieux et réussi subtilement à pénétrer à l'intérieur du périmètre interdit, et cela, malgré les dix gardes de sécurités placés à chaque extrémité de la place. Oh quelle chance ! Haha.

    Après avoir pris quelques clichés du décor écran vert de ce futur flop américain, je me rendis à ma voiture, direction Eve Forest. Il était maintenant temps de mettre à repos Celse 1 ; photographe responsable afin de réveiller Celse 2 ; abominable chasseur de vampires. Deux personnalités, deux vies, et c'était la plus complexe des deux que j'allais maintenant mettre à l'épreuve. Depuis mon arriver à Boston, j'avais réussi à exterminer plus de 8 vampires, et cela était loin d'être terminé. Je chassais la nuit afin de passer inaperçu et d'entrer dans la grille horaire des vampires. Ils chassaient la nuit, moi aussi. La Eve Forest était la meilleure endroit pour en capturer, végétariens comme carnivores. Les végétariens utilisaient cette forêt pour détruire la faune, tandis que les carnivores l'utilisaient afin de mieux y camoufler leurs victimes, récemment morte.

    Sac sur l'épaule, je pénétrais dans l'immense forêt pour une chasse qui, je l'espère, serait fructueuse. À peine avais-je marché 15 minutes que j'aperçus un homme, où devrais-je plutôt dire un vampire, agenouillé sur le sol tenant dans ses mains un cerf, qui tranquillement, se vidait lentement de son sang. Je restais là, entre les feuillages à l'observer, les poings serrés. Il ne servait à rien de me cacher puisque cet homme avait surement déjà détecté ma présence. C'est le seul inconvénient lorsqu'on chasse les vampires ; on ne peut jamais les prendre par surprise. Après qu'il fût rassasié, je décidais de le suivre, afin de mieux me préparer à la manière dont j'allais utiliser pour le rendre moins nuisible. Évidemment, un seul mots me vint l'esprit ; la mort.

    C'est lorsque je le vis avec une femme, une mortelle, que je décidais d'intervenir. Les vampires ne devaient en aucun cas, approcher les humains, et ça, c'était une règle qui ne me laissait guère indulgent. Décidant enfin de se rendre compte de ma présence, il fit rapidement entrer la femme à l'intérieur de sa voiture. Il pensait la protéger ? Elle pensait qu'elle était protégée, à l'intérieur de la voiture de ce buveur de sang ? Merde...c'était moi, le véritable protecteur.

    Le vampire s'adressa alors à moi . Le plus surprenant dans tout cela, c'est qu'il prononça cette phrase d'un air moqueur, insoucieux, pratiquement amical. Il se croyait drôle, ce monstre ? Moi, s'était tout le contraire, à son plus grand malheur.

    « Oui.
    Surtout pour des sadiques dans ton genre.
    »

    Je l'observais sans ciller, je n'avais jamais craint ce genre de créatures. Au contraire, maintenant que j'étais devenu chasseur, c'est eux qui me craignais. Cela en devenait pratiquement amusant.

    « Je crois que ce n'est pas très prudent de prendre du bon temps avec de si jolies femmes. Le pire dans tout cela, c'est que tu le sais très bien.
    J'ai donc la maladresse de te demander,.. pourquoi ?
    Tu aimes prendre des risques, c'est ça ?
    Moi aussi, j'aime bien prendre des risques... »

    Je lui souris,... moqueur, sadique. Évidemment, il pourrait m'attaquer d'une minute à l'autre, mais je savais que celui-là était de type végétarien. Je ne craignais rien, à moins qu'il perde le contrôle,...et s'il perdait le contrôle, je serai dans l'obligation de le perdre, moi aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tobey Langer

avatar

Féminin
Nombre de messages : 328
Age : 28
Mood : Calm
Music : Over my Head (The Fray)
Pseudo : MSL
Date d'inscription : 31/12/2008

Heart & Soul
Links:
Job: None
Self Control: 20/20

MessageSujet: Re: The Bad and the Beast [Celse]   Mar 6 Jan - 5:33

Alors que l'inconnu en face de moi me répondait, je devinais Geneviève qui observait la scène dans mon dos et qui avait déjà baissé la vitre, voulant sans doute écouter la conversation. Je ne fis rien pour l'en empêcher, après tout elle connaissait ma véritable identité et je n'avais rien à cacher dans cette forêt face à un chasseur qui voulait certainement ma peau. D'ailleurs, pour qui se prenait-il à me prétendre sadique? Je n'était pas un meurtrier. Je n'avais plus goûté au sang depuis plus d'un siècle déjà, presque deux. Mon regard pâle et pourtant remplis d'émotions, comme si ce qui pouvait rester de mon âme y était enchassé, se planta dans le sien alors que je l'écoutais parler, le regardait faire. Je savais où il voulait en venir et bizarrement, je n'en était pas vraiment inquiet. Plusieurs fois on avant tenté de me tuer par le passé, mais la plupart du temps sans succès. Je savais que je ne mourrais pas, sauf s'il était particulièrement sans coeur et cruel et n'hésiterait pas à briser le coeur à la jeune femme derrière moi qui en entendant ses premières phrases avait glissé sa main sur mon bras, cherchant à ce que je lui tienne la main sans doute pour la rassurer. N'était-ce pas ironique, que le vampire rassure l'humaine pour ne pas l'inquiéter? Le monstre, c'était lui, pas le chasseur. Et pourtant...

« Monsieur je crois que vous vous trompez à mon sujet. »

Ce fut tout ce que je pus répliquer avant que le pauvre type ne reprenne dans son délire un peu paranoïaque et se remette à parler, me posant tantôt des questions et me faisant ensuite des menaces. Je n'avais plus peur des menaces. Je savais que bien souvent ce n'était que des paroles en l'air. Un homme avait par le passé menacé de me massacrer après m'avoir trouvé dans le foin avec sa fille unique, et avait promis de me massacrer, il n'en avait jamais été capable. Serrant très fort la main de la jeune femme derrière moi, je lui cachai volontairement la vue du chasseur pour ne pas qu'elle s'en mêle, me contentant d'écouter mon adversaire débiter ses paroles. Je pouvais voir qu'il n'avait d'avance que très peu d'opinion de ma race, et bizarrement je pouvais comprendre. Ce n'était pas vraiment la faute des hommes, s'ils étaient si peu ouvert d'esprits. Regardez encore. Nous sommes au vingt-et-unième siècle et ils se dénigrent pour des couleurs de la peau, des religions et des divergences de sexualité. Comment pouvaient-ils être assez ouverts d'esprit pour accepter les vampires?

Il me demanda, ou plutôt sortit une réflexion. Oui, j'aimais les femmes, et je ne me privais certainement pas de leur compagnie. Si selon lui, c'était mal, je n'étais pas le premier mâle à blâmer, et j'étais d'ailleurs souvent celui qui se faisait approcher plutôt que celui qui courtisait, même si je ne donnais pas ma place. Ce n'était pas ma faute à moi, si la gente féminine m'appréciait..


« Effectivement, monsieur, je vous accorde cela, c'est criminel que de s'amuser avec des femmes d'aussi bonne compagnie. Mais de là à dire que ce n'est pas prudent peut-être pas. Je suis un homme de confiance, demandez à ma délicieuse amie elle vous répondra d'elle-même, je ne lui fais que du bien. »

Je lui jetai un regard de sous-entendus avant de demander à ma belle amie si j'étais méchant avec elle, ce à quoi elle répondit avec un gloussement que non. Bien sûr, je connaissais les hommes il ne prendrait pas ça comme une preuve, alors je considérai ses autres paroles avec attention, pour ne pas me mettre en danger et bien sûr par la même occasion risquer ma jolie compagne. Il me demandait pourquoi j'agissais comme ça et je me demandais pourquoi il me posait cette question. Je fronçai simplement les sourcils avant de lui répondre, tentant d'être le plus bref et le plus clair possible pour lui démontrer que mes intentions étaient bonnes :

« Vous savez monsieur le chasseur, ce n'est pas parce que je suis un vampire que je suis froncièrement mauvais. Je suis gentil, comme un asiatique est gentil, comme un noir d'Afrique est gentil. Il y a des pommes pourries dans toutes les races, vous m'en conviendrez, mais ce que je veux dire par là c'est que nous ne sommes pas tous semblables. Prenez donc moi, par exemple, puisque vous semblez bien déterminés à comprendre pourquoi j'aime tant les femmes. Ayant déjà été vivant, je peux déclarer que les deux meilleures choses au monde sont le sexe et l'alcool. Étant immortel le deuxième est comme de l'eau, et le premier est, monsieur, encore plus merveilleux et intense que pour un humain. Alors voilà. Ah, et de plus, je suis végétarien depuis presque deux cents ans, soit depuis ma 'naissance' , alors je ne vois pas pourquoi je serais pour elle dangereux. »

Je lui fis un petit sourire en coin avant de lui dire, un peu effrontément je ne m'en cacherai pas.

« Maintenant, hum, c'est un peu gênant mais nous avions une certaine intimité avant votre arrivé. Si c'est possible de nous laisser à nos affaires...À moins bien sûr que vous vouliez vous joindre à nous, je suis plutôt ouvert sur ce plan-là. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Celse L. Armstrong
­­­I curse the day my dream became my descent
avatar

Masculin
Nombre de messages : 335
Age : 25
Mood : Weird ? O.o
Music : Apology - Alesana
Date d'inscription : 31/12/2008

Heart & Soul
Links:
Job: HUNTER & photographe
Self Control: 5/20

MessageSujet: Re: The Bad and the Beast [Celse]   Mer 7 Jan - 3:29

    J'observais maintenant la jeune malchanceuse assise dans la voiture. Elle savait que son compagnon était un vampire, ...qu'il se nourrissait de sang. C'était bien ça le problème chez les humains ; ils font trop rapidement confiance aux gens. Afin pas tous, il a toujours des exceptions, comme moi. Mais bon, les femmes sont toutes les mêmes. Il suffit de lancer quelques belles paroles en l'air et de paraître sincère pour leur voler leur cœur. Cela est sans doute la raison pour lequel je ne fais pas ce genre de choses ; je ne souhaite pas m'approprier quelqu'un. Bref, ce foutu vampire avait sûrement réussi à avoir cette fille. Pour les vampire, tout cela n'est qu'un jeu. Vous avez déjà vu un vampire laid ? Pas moi. Ils peuvent paraître cruels, répugnants mes laids, jamais. Malheureusement, ils sont beaux. Tous, sans exception. Les femmes, surtout. Elles, elles le sont trop. Oui, trop belle. Mais bon, cela ne m'a jamais empêché de les tuer. Rien ne m'en empêche.

    Voilà que monsieur essayait encore de faire l'innocent. Je ne pus m'empêcher d'éclater de rires. Un rire franc, cette fois. Je riais de son ignorance, de sa stupidité et surtout, de sa naïveté. Un chasseur, surtout ayant derrière lui plus de 12 ans d'expérience, ne se trompait jamais. J-A-M-A-I-S. Donc, soit il me sous-estimait, soit il prenait un malin plaisir à me ridiculiser.

    « Non, Dracula.
    Je ne me trompe pas. »

    Dis-je, toujours le sourire aux lèvres. Oui, il me faisait bien marrer ce petit vampire. Il me semblait inoffensif, ...trop inoffensif. Tellement inoffensif que cela en devenait pratiquement drôle tellement ça allait être facile !

    Celui-ci commença donc à feignez de ne pas comprendre mon avertissement en s'inventant toutes sortes d'activités qu'il aurait soi-disant pratiqué avec sa douce. Lorsque celle-ci gloussa, je ne pus m'empêcher de rouler les yeux - et de manière pas du tout subtil - vers elle. Elle ne savait pas du tout dans quoi elle s'embarquait...

    « Oui, tu as complètement raison.
    Tu ne lui fais que du bien en ne faisant rien du tout.
    Je connais la force des vampires, et je sais très bien que tu ne peux pas t'adonner à ce genre...d'activité avec les humains. Tu es trop fort, beaucoup trop fort.
    Te vanter ne te sert donc à rien, à moins que tu éprouves un certain plaisir à t'humilier toi-même. »

    Et voilà, le monsieur se lançait dans un autre interminable discours.
    Comme bien d'autres vampires avant lui, il essayait de changer ma perception que j'avais d'eux. Il perdait son temps. Il le sait autant que moi, des accidents arrivent vite. Il pourrait tuer un être humain n'importe quand, n'importe où s'il le voulait bien. Qu'il est appris à se contrôler était une bonne nouvelle, si on peut nommer cela ainsi. Cependant, lorsqu'un vampire est en manque totale de soif, qu'il n'y a aucun animal à des lieux à la ronde, qu'il se trouve dans une situation particulièrement dangereuse pour les mortels, ils peuvent, végétariens ou non, devenir incontrôlables.

    « Je connais des asiatiques méchants.
    Je connais des noirs d'Afrique méchants.
    Tous les êtres humains peuvent être méchants.
    Mais lorsqu'un vampire devient méchant,
    il devient beaucoup moins menaçant qu'un petit asiatique en colère.
    Vous êtes végétariens, et j'admet qu'il en est beaucoup plus sage ainsi.
    Le problème, qui persiste, c'est que vous vous nourrissez de sang.
    L'animal que vous mangez contient du sang.
    L'être humain en contient tout autant. Même meilleure que celui de l'animal. Un accident arrive très vite, même si au plus profond de vous-même vous ne voulez devenir dangereux. Ce n’est peut-être pas votre faute, mes vous pouvez devenir instables, voir même incontrôlables.
    Si vous aimez temps les humains, vous devriez vous éloigner, pour les protéger.Si vous ne le faites pas, je devrai le faire à votre place.
    Et croyez-moi, je suis loin d'être un gentil noir d'Afrique, comme vous le dites si bien. »

    Prononçai-je d'un air menaçant.
    J'avais ignoré sa dernière réplique complètement déplacé.
    Il savait très bien que je ne partirais pas sans résultat quelconque.
    Je chassais, je traquais. S'il fuyait, j'allais le retrouver et à ce moment-là, il n'y aurait pas de deuxième chance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tobey Langer

avatar

Féminin
Nombre de messages : 328
Age : 28
Mood : Calm
Music : Over my Head (The Fray)
Pseudo : MSL
Date d'inscription : 31/12/2008

Heart & Soul
Links:
Job: None
Self Control: 20/20

MessageSujet: Re: The Bad and the Beast [Celse]   Sam 17 Jan - 3:29

Je croyais en avoir terminé avec lui lorsque j'eus terminé mon petit discour mais j'attendis tout de même un peu avant de rejoindre le véhicule, parce que je n'étais pas un lâche. J'attendais une réponse, qu'il se retrouve coincé et ne sache pas quoi dire en retour. Pourtant, ce fut tout le contraire et il ne me crut pas. D'ailleurs, il m'appela Dracula, en premier lieu. Vexante comparaison avec le personnage de littérature, puisque j'étais bien différent de ce monstre dépeint dans les livres d'histoire. Alors tout ce que je fis, c'est attendre, puisque le chasseur ne semblait pas vouloir me laisser tranquille, décidément il craignait pour la vie de ma compagne d'un soir. D'ailleurs, au gloussement de Geneviève, il reprit la parole, voulant visiblement me prendre pour un menteur, puisqu'apparament il croyait que je ne faisais que lui mentir et que je ne pouvais avoir de contacts physiques très proches avec des humains. C'était mal me connaître, il ne pouvait savoir. Je fronçai seulement les sourcils, préférant ne rien dire toujours et d'attendre qu'il aille trop loin... Ce qui arriva bien assez vite.

Il prétendait que j'étais dangereux. Que même végétarien, j'étais un risque pour la race humaine. Que si je perdais mon sang froid, je me ferais violent. Je n'y croyais pas et la douleur fut immense soudainement, puisque c'était bien évidemment une corde sensible. Les souvenirs d'Eva qui me demandait de m'enfuir et de ne jamais revenir. Je m'étais alors promis de ne plus jamais boire de sang humain. Jamais au grand jamais. Et je n'avais jamais brisé ma promesse. Pas même avec Jane, qui pourtant m'avait supplié de faire d'elle mon égale. J'avais une certaine haine envers cet homme à présent, et lorsqu'il dit que l'animal dont je me nourrissais contenait du sang, je lui lançai un regard furieux, et à la fois un peu amusé. J'haussai finalement les épaules, tentant de masquer la tristesse tout de même visible dans mes yeux lorsque je pensais à Eva.

« Monsieur le chasseur, avez-vous jamais été amoureux? Jusqu'à faire les promesses les plus folles et à les tenir par amour? Jamais je ne mordrai personne, même si on me supplie à genou de le faire. Même si ma 'vie' en dépendait. Mais je ne suis pas là pour faire des supplications, je connais mon cas déjà. Et je dois préciser d'ailleurs, avant de quitter, que les steaks que vous mangez vous-mêmes contenaient autrefois du sang. Imbécile. »

Je me tournai et me dirigeai vers la voiture, ouvrant la porte de celle-ci, prêt à m'y installer. Je ne savais pas vraiment pourquoi je restais debout à attendre sa réaction, sauf peut-être par distraction.

[sorry pas génial ><]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Celse L. Armstrong
­­­I curse the day my dream became my descent
avatar

Masculin
Nombre de messages : 335
Age : 25
Mood : Weird ? O.o
Music : Apology - Alesana
Date d'inscription : 31/12/2008

Heart & Soul
Links:
Job: HUNTER & photographe
Self Control: 5/20

MessageSujet: Re: The Bad and the Beast [Celse]   Mar 20 Jan - 0:34

    Oui, je commençais de plus en plus à réellement haïr ce vampire. Il m'énervait au plus au point. La colère que j'avais essayé de dissimuler jusque là devenait de plus en plus difficile à contenir, et elle faisait peu à peu à faire son apparition. Ce buveurs de sang était beaucoup trop serein à mon goût, comme si tout ce que je m'efforçais à dire depuis le tout début de la conversation n'était que du baratin. Ce connard agissait comme s'il n'y avait pas plus gentil, amical et inoffensif que lui ! Haha,...un vampire inoffensif ? Une blague de mauvais goût de sa part, sans aucun doute. Les immortelles dans son genre sont des créatures très puissantes,...et intelligentes. Même s'ils n'attaquaient pas les humains, ils pouvaient se montrer dangereux pareil. Ils ne sont pas humains, voilà le problème. Gentil ou pas gentil, je devais le tuer. C'est la loi de la nature ; on naît, on vit et puis on meurt. Pourquoi cela devrait-il être différent pour lui et pour tout les autres de son espèce ? Ils se nourrissent de sang, bon Dieu ! C'est tout sauf normal !

    Non, je n'avais jamais été amoureux. C'est quelque chose dont je peux très bien me passer et jusqu'ici, je réussis très bien. L'amour c'est instable,...ça apporte plein de problèmes,...je ne crois pas que ça soit fait pour moi. De toute manière, avec le métier que je fais, je change souvent de ville et je cours souvent de très grands risques. Pourquoi faire subir cela à une femme ? Non, je ne suis jamais tombé amoureux et cela n'arrivera jamais. Je suis autonome, solitaire, et j'aime gérer ma vie comme je le désire, et non selon le désir des autres.

    Imbécile. Avais-je bien entendu ?! Venait-il de me traiter d'imbécile. Oh oui, il jouait carrément avec le feu et cette fois-ci je ne le laisserais pas indemne. Je sortis rapidement une fiole d'eau bénite de la poche de ma veste, pour ensuite l'ouvrir et lui jeter en plein visage. Pendant qu'il hurlait de douleur, je l'empoigna férocement par les cheveux et lui frappa la tête au moins six bonnes fois sur le capot de sa voiture. Évidemment, les coups que je venais de lui donner ne lui avait fait aucun mal, mais au moins j'avais réussi à briser et à user complètement l'avant de sa voiture.

    « Tu te trouves drôle ?
    TU TE TROUVES DRÔLE ESPÈCE DE MONSTRE ?! »

    J'étais maintenant dans une rage noire. Un couteau venait de se poser sur la gorge du vampire qui ne s'était pas encore complètement remis de ses blessures infligé par l'eau bénite. Le plus nul dans tout cela, c'est que je ne pouvais malheureusement pas le tuer. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'il y avait un témoin ce soir ; un témoin humain. Je ne pouvais donc pas prendre le risque d'assassiner ce vampire devant elle. Les vampires ressemblent aux êtres humains et lorsqu'ils sont tués, il n'y a aucune preuve que l'être mort en question était un vampire. Peut de personnes connaissent l'existence de ces créatures. La police réussirait donc à m'arrêter pour meurtre grâce au témoignage de cette femme. La seule solution était de les tuer tous les deux, mais je ne voulais pas tuer un humain. Je ne tuais que les créatures de l'enfer, rien d'autre. Il me faudra alors retrouver la trace de celui-ci afin de l'achever à l'abri des regards curieux.

    Mes mains tremblaient de colère, le couteau toujours bien appuyé sur la gorge de ce qui aurait pu être ma future victime. J'aurais pu lui trancher la tête, là...tout de suite. J'aurais pu me débarrasser de lui, rayer une fois de plus un vampire de la carte, mais je ne pouvais pas. Je ne pouvais pas à cause de cette foutue femme à l''arrière de cette voiture ( maintenant complètement bossé...haha), qui me dévisageait maintenant avec une peur et un effroi assez bien dissimulé. Je soupirais alors tout en plongeant mon regard dans celui du minable vampire.

    « La différence entre toi et moi, c'est que moi je mange la viande.
    La viande, tu comprends ? Même si la nourriture que je mange contenait du sang auparavant, elle n'en contient plus du tout lorsqu'elle atteint ma bouche. Contrairement à toi, qui te nourrit du sang de la bête. »

    Je n'arrivais pas à enlever mon couteau de la gorge du vampire. Je voulais tellement me débarrasser de lui,...je voulais tellement le tuer. Je ne pouvais pas le faire et je n'allais pas le faire non plus. J'allais attendre,...retrouver sa trace. Je restais là, figer dans cette position tandis qu'il pouvait me frapper ou me mordre d'une minute à l'autre. Mais je ne bougeais pas, je ne le craignais pas. S'il était aussi sage qu'il le disait, il n'allait rien me faire. À bien y penser, en cet instant précis, c'était moi le méchant. Pas lui. Pas encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tobey Langer

avatar

Féminin
Nombre de messages : 328
Age : 28
Mood : Calm
Music : Over my Head (The Fray)
Pseudo : MSL
Date d'inscription : 31/12/2008

Heart & Soul
Links:
Job: None
Self Control: 20/20

MessageSujet: Re: The Bad and the Beast [Celse]   Dim 1 Fév - 23:23

    Je ne sais pas pourquoi j'étais resté appuyé sur la voiture, à attendre une réaction du chasseur alors que je savais parfaitement que mon geste me serait fatal si j'y restais. J'avais bien entendu rien fait de mal pour le commun des mortels, mais les chasseurs eux voyaient toujours nos gestes comme un indice à la criminalité. Et même si quelqu'un de notre race avait raison, jamais un des leurs se déciderait à admettre que nous n'avions pas tord. J'aurais pu trouver ça triste ou frustrant, mais avec les années je m'étais habitué au fait que nous étions les bêtes féroces et eux les agneaux sans défense. Pourtant le nombre d'entre eux qui avaient tranché les têtes de mes comparses même s'ils ne se nourrissaient jamais d'humains, je ne pouvais même plus compter le nombre d'innocents ils avaient pris. Si on y réfléchissait bien, les monstres, c'était peut-être eux... Enfin, pas le temps de se mettre aux grandes réflexions. J'étais appuyé contre la voiture et je réfléchissais, attendant de voir si le chasseur s'en irait. J'aurais mieux fait de m'enfuir, mais bien entendu je suis trop naïf alors j'étais resté appuyé sur la voiture, ne le sentant pas s'approcher, ne sentant pas sa main sur mon bras de marbre qui me retournait violement. Tout arriva trop vite. Je ne ressentis rien, au début, alors qu'il me déversait sur le visage une fiole de liquide que je n'identifiai pas sur le champs.

    Ce fut uniquement lorsque mon visage se mit à brûler comme si on me jetait sur le bucher que je réalisai ce que ce salaud venait de faire. Je me mis à hurler et il m'aggrippa par les cheveux, frappant ma tête contre la voiture, celle-ci commençant à bosseler aux coups de mon visage contre celle-ci. Je n'avais pas mal à cause de ces coups portés, en fait il ne me faisait rien du tout en me touchant. C'était seulement l'eau bénite qui me tuait lentement, littéralement. J'aurais espéré qu'il m'achève, sincèrement, en sentant la brûlure sur ma peau glaciale. J'hurlais comme si on m'imprimait le symbole de la fleurdelysée sur la peau, comme dans les temps moyen-âgeux, et je n'entendais même pas ce qu'il hurlait, ce qu'il me disait. Pour être honnête, la douleur m'aveuglait littéralement. Puis je sentis la lame sous mon cou. Pitié, qu'il le fasse, pitié, qu'il me tue que l'on en finisse. Je ne pouvais pas me défendre. J'avais jurré. J'avais promis à Eva de ne faire de mal à personne. Je ne pouvais pas lui faire de mal...Il ne pouvait pas comprendre, ce n'était pas sa faute. Il ne pouvait pas comprendre, n'était pas à ma place. Puis soudainement, plus rien. Il gardait la lame sous mon cou et je sentais encore le liquide contre mon visage, comme en ébullition, mais lui, ne hurlait plus. Il semblait immobile, à attendre. Je fléchis sous la douleur, glissant sur le sol, et le couteau lui tomba des mains sous la violence de ma chute. Je me relevai faiblement après avoir attrappé le couteau et le tendis à son propriétaire alors que j'essuyais mon visage péniblement, conscient que le chasseur pouvait m'attaquer d'un moment à l'autre, conscient que les marques resteraient quelques jours sur mon visage. Elles restaient toujours quelques temps puis disparaissaient. Je regardai le chasseur sans rien dire, puis au bout d'un long moment de silence, je finis par soupirer, et lui dit simplement :

    « Et ensuite, je suis le monstre. C'est plutôt une drôle de situation. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Celse L. Armstrong
­­­I curse the day my dream became my descent
avatar

Masculin
Nombre de messages : 335
Age : 25
Mood : Weird ? O.o
Music : Apology - Alesana
Date d'inscription : 31/12/2008

Heart & Soul
Links:
Job: HUNTER & photographe
Self Control: 5/20

MessageSujet: Re: The Bad and the Beast [Celse]   Mer 4 Fév - 0:53

    Malgré mon sérieux quasi-meurtrier, je ne pu m'empêcher de sourire lorsque je vis la douleur qu'exprimait son visage suite à mon attaque surprise. C'est ça qu'il méritait. C'est ça qu'ils méritaient, tous. Il n'y avait pas de mot pour exprimer la rage qui bouillait en dedans de moi en cet instant précis. J'avais tellement envie de le tuer-là sûr le champ que j'en tremblais littéralement. Oh oui, oh que j'aurais aimé que nous soyons seuls tous les deux. De cette manière il aurait pu goûter le sale goût de son sang amère dans sa bouche. Il aurait pu sentir la lame froide de mon couteau lui taillader le cou au grand complet, jusqu'à ce qu'il meurt et que sa répugnante tête de vampire tombe sur le sol, comme tous les autres qui l’avait précédé. Comme tous ceux que j’avais tué. Wow, c'est fou comme le destin d'un immortel peut radicalement changer lorsqu'on rencontre un chasseur !

    Les vampires nous traites toujours de monstre et de meurtrier. Ils ne cessent de dire que nous massacrons de pauvres vampires innocents, qu'ils sont végétariens et blablabla. Végétarien ou carnivore, je m'en tape complètement. Ils sont pareils à mes yeux ! Vous voulez savoir pourquoi ? Et bien le vampire qui a assassiné mon père devant mes yeux durant mon adolescence, il se disait végétarien aussi. Laissez-moi vous dire que lorsqu'il a senti sa vie menacée, il a littéralement sauté sur mon père. Alors je n'ai aucune pitié pour cette race. Sorry monsters.

    Mon couteau s'affala sur le sol en même temps que mon ennemi, littéralement achevé part ce que je venais de lui faire subir. De l'eau bénite, tellement pur,...sauf bien sûr pour les créatures du mal. Et bien évidemment, l'eau l'avait complètement brûlé. Il faut croire qu'il n'entretenait plus de très bon lien avec Dieu, ce cher petit innocent de vampire. Lorsqu'il se releva enfin en me tendant le couteau, je le pris rapidement et le glissa à l'intérieur de ma ceinture.

    « Tais-toi, Dracula.
    Tu ne penses pas réellement ce que tu racontes.
    Je crois bien que lorsque tu étais humain, tu aurais grandement apprécié qu'un chasseur comme moi élimine ton géniteur, avant qu'il ne te transforme. Ai-je tort ? »

    J'étais complètement écœuré de devoir remettre son exécution à plus tard. Il me faisait carrément perdre mon temps. S'il serait venu chasser seul, comme tout autres vampires normales, j'aurais pu accomplir mon travail sans complication. Malheureusement, la seule chose que j'avais pu faire ce soir, c'était de lui laisser une marque de mon passage ; des brûlures, provoquées par mon l'eau bénite.

    « Tu as de la chance, car sans cette foutue traînée, tu serais déjà mort. Je te suggère maintenant d'aller profiter de tes derniers instants de vie, parce que je peux te jurer qu'on va se revoir. Et la prochaine fois, il n'y aura pas de seconde chance. Je te demande seulement de te montrer très sage avec les humains pendant ce temps, sinon,...je ne sais pas,....peut-être que je te prévoirai une mort plus lente. »

    Dis-je en balançant devant lui le reste de la bouteille t'en détesté des immortels.

    Putain que je le détestais celui-là, avec ses airs de grand sage. Je le détestais tellement que j'avais presque hâte de le revoir....pour une dernière fois. La dernière fois que je le reverrai, J’aurai son sang sur les mains, à ce connard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The Bad and the Beast [Celse]   

Revenir en haut Aller en bas
 
The Bad and the Beast [Celse]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Beast Below [OneShot 162X]
» The Beauty & the Beast
» Itchi
» The Beast!
» (n°15) Une bonne nuit de sommeil! On peut toujours espérer, non? [PV Beast]+ [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: All around Boston :: Eve Forest-
Sauter vers: