AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 1. "No I'm not a Saint, but I'm not a Sinner ..."

Aller en bas 
AuteurMessage
Nathanaël Bass

avatar

Nombre de messages : 79
Age : 30
Date d'inscription : 01/03/2009

Heart & Soul
Links:
Job:
Self Control: 17/20

MessageSujet: Chapitre 1. "No I'm not a Saint, but I'm not a Sinner ..."   Ven 6 Mar - 3:04


Nathanaël grimaça en recouvrant la blessure sur son avant bras. La cicatrisation prenait tout son temps, cette fois ci, impossible de réussir a se débarrasser de cette coupure qu'il s'était faite avec un tesson de bouteille, à la soirée d'hier. La pleine lune arrivait, Il n'avait pas besoin de calendrier pour le sentir, et son corps se préparait au changement qu'il s'apprêtait à subir, du coup, tout son métabolisme ralentissait et se mettait en veille ... Parlez d'un avantage. Il avait dégagé son agenda pour les trois soirs à venir ... Comme toujours, il préférait jouer la prudence et prévoir large ... Le mois dernier, il s'était réveillé avec des balafres larges comme la main sur le visage et d'autres parties du corps trop visibles à son goût ... et c'était sans même parler des cicatrices dans son dos. Comme d'habitude, il n'avait pas la plus petite idée de ce qui avait pu se passer, ou de ce qui lui avait valu de récolter ces blessures. Il ne cherchait même pas à y penser, c'était sans interet ... Avait-il tué? Sa proie s'était-elle débattue avant de mourir ? Ses victimes potentielles n'avaient certainement rien demandé, mais après tout lui non plus n'avait jamais demandé à se transformer. Est ce qu'il n'était pas aussi quelque part une victime dans l'histoire ?

Il observa son avant-bras de plus près. A la lumière du soleil, on distinguait sans peine un labyrinthe de lignes blanchâtres, ou la peau cicatricielle avait recouvert les dégâts causés par Dieu sait quoi exactement .... Les fines lignes se croisaient et s'entrecroisaient, à peine visibles, sauf pour ceux qui savaient où les chercher... Comme tout le reste, son secret ne tenait qu'à un fil, il en était bien conscient, et cela ne le ravissait pas. Il avait beau mettre tout son art à cacher ce qui lui arrivait, ses propres mensonges ne le persuadaient qu'à moitié. Une chance que personne, dans son entourage immédiat, ne manifeste la moindre envie d'y regarder à deux fois.

Ses pas résonnaient dans la grande maison vide. Harold et Lilly étaient partis en voyage Dieu sait où, et cela n'aurait pas pu mieux tomber ... Il sourit, blasé, et secoua la tête. N'importe quel adolescent normal aurait sauté sur l'occasion pour organiser la plus grande débauche de l'année, la soirée la plus dépravée, l'orgie la plus totale, le genre de nuit qui reste gravée dans les mémoires et à laquelle les gens font la queue pour être inscrit ne serais-ce que sur la liste d'attente. C'est probablement ce qu'il aurait fait, quelques mois auparavant. Et voila que maintenant, la seule pensée que lui inspirait une maison vide était le soulagement de savoir qu'il n'aurait personne pour lui poser de questions compromettantes ce soir, ou même demain. Qu'il est triste de vieillir, parfois.

Il traversa la cuisine, ses pieds nus laissant leurs empreintes sur les tomettes froides. Il frissonna. Impossible de dire combien de temps il lui faudrait pour s'habituer complètement aux sensations que lui apportaient la transformation. Déjà pourtant il progressait... Douze mois auparavant, il aurait pris beaucoup plus de risques inutiles qu'il n'oserait aujourd'hui. A force de nier l'évidence, et de refuser l'inévitable, il s'était trouvé dans des endroits à haut risques, des fêtes, des réceptions, des lieux bondés, pleins de personnes susceptibles de le reconnaître, et ce des soirs de pleine lune. L'inimaginable avait manqué de se produire un nombre incalculable de fois avant qu'il n'accepte le fait que même la plus grande des volontés ne pouvait lutter contre la transformation, et puisqu'il devait se transformer un monstre, autant le faire à l'abri des regards indiscrets.

L'après-midi touchait doucement à sa fin, et il sortit sur le patio, une bière à la main. Il s'assit sur les marches qui descendaient au jardin, ses genoux rassemblés sous son menton. Il ferma les yeux et inspira longuement. Malgré la fraîcheur ambiante, l'air commençait déjà à sentir le printemps. Le faible soleil de ce début de mois de Mars perçait à travers les nuages et venait réchauffer la peau nue de ses bras. A nouveau, il frissonna. Il avait froid. Il avait presque oublié ce genre de sensations ... La morsure du froid, la brûlure du chaud ... tout lui revenait, à quelques heures du grand changement, avec une force et une acuité hors pair auxquelles il avait du mal à s'ajuster. Son téléphone vibra dans la poche de son jean, et il sursauta, surpris.

D'un geste habile,il ouvrit le clavier de l'appareil et consulta le message qui venait d'atterrir dans sa boîte de réception.

" J'arrete pas 2 penser a toi. Libre ce soir? xxxx "

"Quatre baisers, rien que ça ..." pensa-t-il en réprimant un ricanement dédaigneux. Pourtant, il était signé d'un prénom féminin qui ne ravivait aucun souvenir spécifique dans sa mémoire. Qui qu'elle soit, elle le connaissait visiblement mal, où elle serais déjà au courant de son absence, et elle ne prendrait pas le risque de le déranger pour si peu. Peut être la fille qu'il avait rencontré à cette soirée, la semaine dernière ? Non, il était sur que rien ne s'était passé avec elle ... Elle était déjà au bord du coma éthylique quand elle l'avait abordé, impossible qu'il ai pris son numéro, et encore moins qu'il lui ai laissé le sien. Ou bien la brune, celle avec qui il avait flirté outrageusement à cet anniversaire ? Elle par contre avait encore tous ses esprits au moment où il l'avait approchée ... Bien qu'elle ne les avait pas gardé intacts bien longtemps durant les heures qui avaient suivi. Il ne se rappelait pas particulièrement des détails, mais suffisamment pour se souvenir que c'était bien. Il n'était pas improbable qu'elle ai obtenu de rentrer dans son carnet d'adresse à la suite de la nuit qu'ils avaient passé ensemble. Mais quelle importance ? Elle, ou une autre, ce n'était pas comme s'il avait l'intention de sortir ce soir, encore moins pour répondre à un pathétique cri de désespoir dans le genre. Quand on en venait aux relations d'un soir, c'était lui qui était aux commandes et qui choisissait. Et les nanas désespérées qui le suppliaient pour un second round ne faisaient en aucun cas partie de sa liste.

Il éteignit son mobile avant de le glisser de nouveau dans sa poche. Au loin, le ciel commençait déjà à tirer vers le violet, et le soleil n'allait pas tarder à disparaître derrière les arbres qui bordaient les limites du parc. Il valait mieux rentrer. Il avala les dernières gorgées de sa bière, abandonnant la bouteille vide sur une table basse, et re-entra dans la cuisine. Il prit soin de laisser ouverte la porte menant vers l'extérieur, et monta de nouveau les escaliers menant vers sa chambre, à l'étage. De nouveau, il laissa la porte grande ouverte. Il n'était pas certain que cela serve à grand chose, mais ça ne mangeait pas de pain, et puis s'il pouvait éviter de devoir expliquer à Harold comment sa porte s'était trouvée à disparaître, il aimait autant. Il ôta son T-shirt, et le posa négligemment sur son fauteuil club, près du bureau inutilisé où s'accumulaient en un joyeux mélange quelques llivres, des boîtiers de CD à l'abandon, et une pile de DVDs, donc certains encore dans leur emballage d'origine. Il hésita un instant, mais conserva son jean, puis alla s'asseoir sur son lit, à peine éclairé par les dernières lueurs du couchant.

Dehors, l'obscurité commençait déjà à recouvrir l'horizon . Assis en tailleur, la tête entre les mains, Nathanaël attendit la nuit.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brandon Brooks

avatar

Féminin
Nombre de messages : 160
Age : 26
Date d'inscription : 19/01/2009

Heart & Soul
Links:
Job: les études sont un véritable job
Self Control: 0/20

MessageSujet: Re: Chapitre 1. "No I'm not a Saint, but I'm not a Sinner ..."   Sam 25 Avr - 20:22

Il n'était pas le seul à attendre la nuit. Quelqu'un d'autre, dans le quartier d'a côté, était aussi inquiet et pour les mêmes raisons. Lui aussi avait prit une soirée libre. Il avait même prit soin que sa copine soit partie ce week-end là, celui de pleine lune. Heureusement qu'elle devait aller voir ses grands parents, cela tombait pile au bond moment. Sinon, il lui aurait fallut inventer une excuse, encore et toujours. Le scénario ne prendrait certainement jamais fin, vu comme il était anxieux à l'idée de tout avouer. Ce soir, il n'avait pas fermé la porte, avait même laissé une porte ouverte ouverte, pour la sécurité. La dernière fois, il avait du payer des réparations. Qu'est ce qu'il n'avait pas dut inventer pour tout expliquer! Mais son histoire avait parut crédible, étant donné que personne ne l'avait rappelé.
Maintenant, la pleine lune allait se montrer, et les nuages se sauver. Il le sentait dans sa chair. Déjà, ses sens étaient plus aiguisés, il aurait put tuer la mouche qui se balladait les yeux fermés, et peut-être que ca n'allait pas tarder d'ailleurs, tellement elle l'enervait à faire bzzz... Fermant les yeux, le jeune homme se coucha sur le lit. Il aurait voulut resister encore ce soir, mais il ne pouvait plus. Cela n'avait jamais servi à rien, à quoi bon continuer?
Soudain, il ouvrit les yeux et se releva. C'était le moment: une douleur aigue emplissait sa tête faisant monter les larmes. Pourquoi devait-il toujours attraper la migraine lors de la transformation? Rapidement, le jeune homme se coucha par terre, esperant que son mal passerait rapidement cette fois ci. Il n'eut pas conscience du temps qui passa, mais il se releva, grognant et prêt à massacrer tout ce qui passerait à côté de lui. Le lycan sortit à pas lourds, griffant au passage les bords de la porte fenêtre. Et un nouveau mensonge pour demain matin... Levant la tête, il se mit à renifler, laissant luir ses crocs sous les rayons de la lune. Devait-il rentrer dans une maison cette fois ci? Laquelle choisir pour ce soir?
Ses pas l'attirèrent vers le quartier riche, où se trouvaient les plus belles demeures. Le loup garous s'arrêta devant une d'entre elle, inquiet. Celle la sentait bien l'humain, comme toutes les autres. Mais elle sentais aussi autre chose. Il grogna en comprenant que ce qu'il sentait, c'était le lycan, un autre lycan! Curieux et pourtant très méfiant, il s'approcha de l'entrée, s'arrêta, avança encore. Pour peu que l'autre lui saute dessus à tout instant, on ne sait jamais! Il stoppa à la porte d'entrée, ouverte. Celui la aussi ne prenait plus le risque de payer une réparation et de mentir pour un truc aussi idiot que oublier de laisser la porte ouverte. Il se mit soudain à grogner très fort, ca sentait aussi l'humain à plein nez. Mais ces humains là étaient partis ce week-end...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathanaël Bass

avatar

Nombre de messages : 79
Age : 30
Date d'inscription : 01/03/2009

Heart & Soul
Links:
Job:
Self Control: 17/20

MessageSujet: Re: Chapitre 1. "No I'm not a Saint, but I'm not a Sinner ..."   Dim 10 Mai - 17:33

Nathanaël se roula en boule sur son lit, la douleur extreme qu'il ne connaissait que trop bien le crucifiant sur place, alors que les premiers rayons de la lune frappaient le sol de sa chambre. Il réprimait une envie de hurler, serrant les dents à s'en demettre la machoire, la sueur perlant sur son front. Il fermait hermetiquement la bouche, réprimant ses râles de douleur, et ce hurlement qui, il le savait, n'aurait déjà plus rien d'humain. Ses dernières pensées cohérentes, alors que l'humain en lui cédait le pas à la créature, furent le même sentiment de défaite et d'impuissance qui le submergeaient à chaque lune, cette frustration qu'il ne pouvait contrôler, et cette colère qui l'aveuglait, de plus en plus forte, jusqu'au point de non-retour, jusqu'a ce qu'enfin son esprit tourmenté s'apaise et s'enfonce dans les limbes obscures du néant, laissant pour les heures à venir les instincs primaires de l'animal prendre le contrôle de son corps.

Il grogna tandis que le feu s'étouffait peu à peu dans ses veines, le souffle court, les sens en alerte. D'un mouvement leste, il se releva, sautant à terre, dans la piece baignée de la lumiere blafarde de la lune. L'envie, la faim, l'attraction se firent plus fortes que jamais, et il sorti par la porte-fenêtre, atterrissant sur le balcon. L'air mordant de la nuit le frappa de plein fouet et il frissonna, sentant le fraîcheur avec une acuité décuplée sans pourtant en souffrir. Tout ses sens étaient en éveils, comme sortis d'une trop longue léthargie, et il n'avait qu'une envie, qu'un besoin: bondir dehors et se lançer à la chasse de sa premiere proie de la nuit. Son excitation à cette idée était telle qu'il ne put plus longtemps retenir le hurlement animal qui ronronnait dans sa gorge: il hurla à la lune, un hurlement froid, cruel, le genre de hurlement ne pouvant etre émis que par une créature vile et dépourvue de toute humanité.

Cependant, dans un coin de son esprit, Nathanaël ne put s'empecher de noter, avec une once de sarcasme, que ses bien-aimés voisins, qui étaient au premieres loges chaque nuit de pleine lune, se débrouillaient remarquablement bien pour prétendre qu'ils n'avaient rien entendu, ou faire remarquer avec un ricanement peu assuré que certains chiens du quartier ne devraient pas être ainsi laissés sans surveillance la nuit. Comme si on pouvait honnetement confondre le hurlement assoifé du loup avec le glapissement faiblard d'un canidé ... Les gens aimant tellement se confondre dans leur propres mensonges, pour peu qu'ils les rassurent et les empechent de se poser trop de questions dérangeantes, c'était à la fois pitoyable, et pourtant si pratique pour Nathanaël.

Les gens ne regardent jamais sous la surface de ce qui brille: l'éclat et le reflet de la perfection sont un spectacle bien plus glorieux et dans lequel on s'abîme facilement. C'est particulierement vrai des gens riches: ils cachent tous leurs secrets sous leur apparente perfection, et aucun n'oserait aller fouiller dans les affaires de l'autre, de peur qu'un jour leur numéro soit tiré au sort et qu'ils risquent à leur tour d'être perçés à jour. Une amiable co-habitation entre gens de la haute commence toujours par accepter de fermer les yeux face à la veritable nature des choses, et d'accepter de croire ce que l'on veux vous faire croire, plutôt que la vérité. Absorbé dans ses pensées, Nat senti soudainement tout son corps se raidir, alors qu'une nouvelle odeur lui parvint aux narines, lui explosant au visage, une odeur qui ne lui était pas familiere, et qui n'avait absolument aucun raison de se trouver ici. Son esprit avait beau réfuter l'idée, ses instincs ne mentaient pas: c'était l'odeur d'un loup.

Nathanaël se recroquevilla, en position de défense. Un autre loup ... Certes, il n'avait jamais imaginé être le seul de cette espece à Boston, mais jamais il ne s'était encore retrouvé face à face avec un autre animal, depuis tout ce temps, et maintenant que la confrontation était imminente, il ne savait plus comment réagir. Le loup en lui était partagé à l'idée de devoir affronter un ennemi à sa taille, qui, bien différent de ses proies habituelles, faibles et sans défenses, n'allait pas se laisser faire sans se battre. Jamais il n'avait imaginé se retrouver en face d'un ennemi de la sorte, et il se retrouvait sans défenses, aussi désemparé qu'un animal domestiqué à qui l'on aurait coupé les griffes, et qui n'aurait jamais apprit à se battre et se défendre.

Cramponné au rails de son balcon, les griffes enserrant le métal au point de le tordre sous la force de son emprise, Nathanaël hésita. Il se sentait pris au piege, incapable de faire face à la menace, et incapable de fuit pour autant ... S'il avait senti le loup, le loup aussi n'aurait pas pu manquer de le flairer. A l'heure qu'il était, il était sans doute deja trop pres de lui pour qu'il puisse esquiver la bataille. Il concentra tous ses sens, tentant d'entendre le moindre son, sentir la moindre effluve capable de lui indiquer la position de son ennemi. Un râle sourd s'échappa de sa gorge quand les premieres lattes du parquet de l'entrée craquèrent ... Il était définitivement trop tard pour faire demi-tour, l'intrus, un peu trop hardi, venait de pénétrer chez lui ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brandon Brooks

avatar

Féminin
Nombre de messages : 160
Age : 26
Date d'inscription : 19/01/2009

Heart & Soul
Links:
Job: les études sont un véritable job
Self Control: 0/20

MessageSujet: Re: Chapitre 1. "No I'm not a Saint, but I'm not a Sinner ..."   Mar 26 Mai - 21:08


    Brandon ne savait pas tellement comment il réagirait face à l'autre loup garou. Après tout, lui n'avait pas forcément de mauvaises intentions. C'était principalement la curiosité qui l'avait poussé à rentrer dans cette maison. Il n'avait pas le souvenir d'avoir déjà rencontré un lycan. Mais après tout, de quoi se souvenait-il le lendemain matin? Il était tellement préférable de perdre la mémoire le lendemain d'une pleine lune, histoire de ne pas se rappeler les atrocités vues et faites après la transformation. Même un lycan se voulait pas voir certaines choses, pour se conforter dans une meilleure image de lui-même. C'était lache, et en même temps tellement compréhensible. Se dire que l'on était pas nous, que l'on ne pouvait rien changer. Mais après tout, était-il vraiment possible de changer quelque chose? Les seules fois où il avait voulut resister, la migraine était atroce, l'empechant de bouger ne serait-ce qu'un petit doigt de pied. Le moindre mouvement remontait alors dans tout son corps, le faisant crier, ou plutot hurler de douleur. Non, il valait laisser passer la nuit, et tout oublier le matin.

    Mais pour le moment, là n'était pas la question. Le problème actuel était l'autre loup garou, celui qui se trouvait dans la maison même quelques minutes plus tôt. Curieux et un peu craintif, mais nullement complètement apeuré, Brandon s'avanca, reniflant tout ce qui passait à sa portée, cherchant à localiser l'autre animal de son éspèce. Où se trouvait-il? Le moindre de ses pas faissaient crisser le parquet, creusant quelques légères rayures. Heureusement, elle n'était pas tellement visible, sinon l'habitant de la maison aurait dut trouver une excuse pour cela aussi. Les pas de Brandon le menèrent jusqu'à la chambre. L'odeur y était nettement plus forte, il se trouvait là, quelque part. Faisant quelques pas à l'intérieur, il inspecta la pièce. C'est là qu'il découvrir la porte menant au balcon. Cette fois, pas de doutes, l'autre lycan se trouvait sur le balcon.

    Brandon s'avança donc, méfiant. Il ne ressentait aucune crainte, peut-être même un peu de sympathie pour celui qui devait faire avec le même problème que lui. Mais qui disait que c'était un problème pour l'inconnu? Après tout, certains se contentaient de leur situation, sans y trouver de problème, du moins le pensait-il. L'inconnue faisait peut-être parti de ses gens... Et enfin il le vit. Il le trouvait les griffes agripées à la rembarde. Pauvre rembarde... Brandon se recroquevilla sur lui-même, prêt à bondir. Ce n'était pas pour attaquer, mais pour esquiver si l'autre avait de mauvaises intentions. Il ne le quittait d'ailleurs pas des yeux, emettant juste un faible grognement, pour inciter l'autre à ne pas trop l'approcher, question de précaution.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chapitre 1. "No I'm not a Saint, but I'm not a Sinner ..."   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chapitre 1. "No I'm not a Saint, but I'm not a Sinner ..."
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bosco, ou "pourquoi ne faut-il jamais énerver un futur mâle Alpha"
» " La vie est un ballet; on ne le danse qu'une fois. " (PV Anna Wall' Stood)
» " - Mis à part ça, tu fais autre chose dans la vie ? "
» "On joue à pile ou face ? Pile, je gagne, face, tu perds."
» "J'EN AI MARRE DE CETTE PROF, ELLE A QUOI CONTRE MOI ??!" [PV: Kimberly]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Oh yeah and I think I'll go to Boston :: Habitats :: La résidence des Bass.-
Sauter vers: