AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ~ Beware when moonlight paints the night... (pv. Phoenix)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: ~ Beware when moonlight paints the night... (pv. Phoenix)   Mer 11 Fév - 2:19



    Pleine lune. Ces mots seuls évoquent sans hésiter ces créatures que l'on nomme : loup-garous. Quand vous êtes l'un d'entre eux, cela vous évoque une longue, longue, longue, looongue nuit. Comme vous le savez, les loups garous réagissent à la pleine l'une. Selon la légende, ils se transforment lors de cette nuit si spéciale où la lune est pleine ; et bien, ce n'est pas totalement vrai. Ils se transforment quand ils veulent, en résumé tout le temps, tout dépend de leur contrôle. Mais, lors de la pleine lune, leurs sens se voient exarcerbées et il est difficile pour un loup-garou de contrôler ses cellules et de ne pas se transformer. Voilà pourquoi les légendes humaines parlent de loup-garous lors de la pleine l'une ; car c'est la soirée où ils sont le plus nombreux, et donc le plus susceptible d'être vus.

    Dell Harper n'échappe pas à cette règle : le gêne lycan est dans ses gênes depuis toujours. D'autant plus que c'est une jeune louve de seulement trois ans et, même si maintenant elle contrôle très bien sa mutation, elle n'en reste pas moins vulnérable à cette Dame du ciel, qui exerce sur elle son puissant contrôle. Ce soir, elle a essayé de dormir, mais sa peau lui semblait encore plus brulante que d'ordinaire. Son sang bouillonait dans ses veines qui semblaient s'agiter sous sa peau. Sa respiration était agitée et son coeur bataillait si férocement contre ses cottes qu'elle a fini par faire valser ses draps. Elle avait ensuite arpenté sa chambre, foulant le sol d'aller-retour rageurs, ne souhaitant pas se transformer. Car, lors des nuits de pleine lune, ses instincts sont plus violents, le loup à le dessus sur l'humaine. C'est plus fort qu'elle, la nuit l'appelle, tout son corps se tend vers ce dehors si attrayant, elle ne peut rien y faire.

    Elle finit par ouvrir la fenêtre, recula. Elle avait tenté encore une fois de résister, le souffle court, puis ne pouvant résister, elle se jeta par la grande ouverture. C'était impossible, comme à chaque fois, l'envie dévorante prenait le pas sur l'obstination raisonnée.

    Elle se transforma en plein vol, la lune accentuant ses pouvoirs de lycan, et s'élança dans la forêt à une vitesse vertigineuse. L'attraction de la lune la happait toute entière... Un instant, elle leva les yeux au ciel, l'astre blanc se refletant sur ses prunelles dorées incandescentes, puis elle se retourna vers l'obscurité. Cette nuit était sa nuit, la nuit des loups, la meilleure nuit pour chasser. Elle s'arrêta, alerte, et huma l'air de sa truffe claire. Ses poils bruns cuivrés se fondaient totalement dans l'obscurité totale de la forêt, elle se sentait en totale symbiose avec la nature qui l'entourait. Les yeux clos, elle laissa l'odeur environnante l'envahir, et repéra ce qu'elle cherchait : la trace d'une proie, bientôt à sa merci. Cela semblait être un puma, elle en frémit d'impatience. Alors qu'elle se jetait à la poursuite de cette victime potentielle, une autre odeur percuta ses narines et elle freina violemment. C'était une odeur si singulière qu'elle ne s'y trompa pas une seconde : une humaine. Des tremblements commencèrent à secouer ses membres alors qu'elle se faisait violence pour continuer à suivre sa première trace : le puma. Mais cette odeur humaine était si... Alléchante. La violence de ses instincts éclata et elle accéléra l'allure vers sa trace : l'humaine. Elle bondit et se plaça au dessus d'elle, agrippée à un énorme pin, la cherchant du regard dans la pénombre. Ses yeux ne mirent qu'une seconde à la trouver : elle était là, de dos, à une quinzaine de mètres, à la lisière. Son coeur s'accéléra et l'excitation commença à se répandre dans son être, ainsi que l'adrénaline. En quelques bonds agiles, elle serait sur elle sans même qu'elle n'ait eu le temps de dire « ouf ». C'était presque trop facile, mais cerait un incroyable festin.

    Dell dévoila ses crocs et bondit alors que la jeune fille se retournait. Que... que... Quoi, elle ?! Ses prunelles s'écarquillèrent et, ne pouvant se rattraper, elle s'étala lamentablement dans un concert de bruissements sur un tapis de feuilles mortes qui s'envolèrent durant son atterissage forcé. Ses yeux de louves plongèrent dans ceux de l'humaine alors qu'un rayon de lune éclarait son visage : pas de doute, c'était bien elle. Dell sentit que sa transformation était entrain de flancher, mais si elle redevenait humaine maintenant, c'en était fichu de sa couverture, à l'Université... Que devait-elle faire ? Devait-elle... La tuer, tant qu'il était encore temps ? Son instinct de louve lui hurlait de le faire, pour se protéger, mais sa nature humaine commençait à se faire un peu sa place. Pouvait-elle se résoudre à tuer une de ses camarades, pour son secret ?
Revenir en haut Aller en bas
Phoenix A. Lehane
    Long way to say «Goodbye Edward»

avatar

Féminin
Nombre de messages : 71
Age : 27
Mood : Tryin' to survive
Music : Out from under - B.S.
Pseudo : P.
Date d'inscription : 06/02/2009

Heart & Soul
Links:
Job: ...
Self Control: 18/20

MessageSujet: Re: ~ Beware when moonlight paints the night... (pv. Phoenix)   Mer 11 Fév - 11:04

    La nuit tombait rapidement sur Boston à cette période, tellement vite que Phoenix ne voyait plus le bout de ses journées tellement son travail l'occupait. Etudiante à l'université de la ville, elle passait ses fins de soirées enfermées dans la bibliothèque à lire et relire des dossiers de cours qui lui passaient en revue le début d'année qu'elle avait manqué. Arriver en milieu d'année n'était jamais évident, même si l'intégration à l'école s'était faite rapidement, de caractère social et très ouvert Phoenix n'avait eu aucun mal à se lier avec certaines personnes, il fallait qu'elle rattrape les autres. Même si elle restait confiante, elle savait qu'elle était sur la brêche, qu'elle n'avait pas le droit à l'erreur et surtout pas de se planter, elle ne pouvait pas perdre la seule place qui lui donnait une bonne raison de rester à Boston et qui la poussait à chercher des informations sur ceux qu'elle chassait désormais. Miss P. ignorait tout de l'existence des loups garous, n'en ayant entendu que dans les fables, elle savait pourtant que certaines espèces existaient dans notre monde et qu'un jour, elle serait confronté à l'une d'elles, mais elle ne s'était jamais réellement préparée à une quelconque rencontre. Et surtout pas ce soir là !

    Exténuée, elle referma le livre de sciences physique qu'elle gardait ouvert sous ses yeux en espérant comprendre la matière, elle devait sûrement croire qu'en lisant cette suite de mot, dans son cerveau tout prendrait un sens facilement et qu'elle serait prête à l'examen, malheureusement, c'était mal connaître Phoenix qui avait plus tendance à avoir l'esprit ailleurs que plongé dans la branche qu'elle devait étudier. Ce soir là, elle pensait à Jake, comme la plupart du temps, lui aussi chasseur, il était le seul à lui avoir tendu la main lorsqu'elle avait sombré dans ces sortes de trou noirs qui la détruisait peu à peu ! Il était surtout le seul à la comprendre parfaitement et à l'aimer telle qu'elle était au fond, une jeune femme déboussolée qui ne comprennait plus son monde. Chasseuse depuis la mort de son frère par un vampire, elle s'était énormément entrainée avec ses parents et aujourd'hui, son prénom en faisait trembler plus d'un. 3 ans d'entrainement avait porté ses fruits puisqu'elle savait aujourd'hui se défendre mieux qu'un homme excellent dans l'art du Tae kwen do et qu'elle pouvait chasser seul. D'ailleurs, elle comptait le faire en rentrant, puisque son chemin bordait la forêt d'Eve, comme les gens se bornaient à l'appeler ici puisqu'en pleine journée et éclairée par les rayons du soleils, elle ressemblait au jardin d'Eden longtemps recherché mais perdu à jamais ! Elle soupira, le livre se ferma dans un bruit sourd qui troua le silence dans lequel la nuit avait plongé la bibliothèque. Les yeux perchés sur sa montre, il était déjà 22h07. Dieu que le temps passait vite !

    Elle sorti son portable de la poche de son jean et comme elle l'avait imaginé, Jake s'inquiétait et avait déjà cherché à la joindre plus d'une fois. Un sourire se colla sur ses lèvres, en fin de compte, elle était heureuse actuellement, sa famille l'aidait énormément et son homme était des plus attentionnés même s'il ignorait les vrais motivations de Phoenix quant à sa présence ici ! La mort de son frère l'avait énormément affectée et c'était pour retrouver le vampire qui lui avait oté la personne la plus chère à son coeur qu'elle avait débarqué en ville, bien après avoir rencontré Jake. L'histoire était d'ailleurs amusante, mais hors sujet !

    Elle enfila sa veste noir et se dirigea vers la sortie, une fois à l'extérieur, le vent lui morda le visage et la jeune femme frissona, haussant les épaules pour se recouvrir sur elle même elle se mit à avancer. La forêt d'Eve n'était pas très loin, d'ailleurs elle en apperçu l'orée au bout de seulement dix minutes de marche. Le sac à l'épaule, elle avait à l'intérieur de quoi se défendre, la dague que lui avait offert son père le jour de son départ pour être précis. Elle Soupira et s'avança, il est vrai que Phoenix avait toujours refoulé ses peurs, les avait rechignée, faisant mine d'être une femme forte et courageuse, mais au fond, la simple vue de cette sombre et vaste étendue d'arbre l'effrayait au plus haut point. Rassemblant les dernières gerbes de courage qui qui lui restait, elle avança d'un pas, se faufilant alors à travers les arbres, le souffle doux et l'oreille à l'écoute de chaque mouvements, de chaque bruit et de chaque souffle du vent sur l'écorce des troncs. Il ne lui fallu pas plus d'une diziane de minutes encore pour comprendre qu'elle n'était déjà plus seule dans la forêt, elle l'avait ressenti... Son pouls s'accéléra, son coeur frappait contre sa poitrine et ses membres se mirent à trembler doucement, l'adrénaline était la source de sa force. Elle avait fait de cette peure sa première alliée, d'ailleurs, c'était avec l'angoisse qu'elle régissait ses coups, se servant de ses frayeurs pour vaincre l'ennemi.

    Un énorme animal attéri sur le sol derrière elle, dans un bruit sourd, sursautant, elle se retourna aussitôt, ramenant ses mains contre son visage, laissant tomber son sac sur le sol qui l'aurait sûrement gêné si il devait avoir une quelconque bataille. La vision qui s'offra à elle la fit hurler de terreur, en premier lieu, puis reculer de quelque pas. Il venait de se passer l'improbable, devant ses yeux étaient tombé un loup garou, une énorme boule de poile sombre et aux crocs plus que dangereux et hors d'haleine. Il avait l'air excité, affamé et surtout prêt à lui bondir dessus, la chute qu'il avait faite ne semblait pas avoir réfréné ses ardeurs même si au fond de ses yeux trônaient une profonde familiarité, comme si la jeune chasseuse les avait déjà apperçu quelque part. L'heure n'était pas aux retrouvailles, elle gardait devant son visage les poings serrés, fléchi des genoux et resta immobile, les yeux fixés sur l'animal, sans imaginer une seule seconde à qui elle avait affaire... Cette nuit était loin d'être aussi intinéressante que les dernières heures passées sur son livre dont elle n'avait rien compris, d'ailleurs, elle se dit à l'instant précis où l'animal se redressa sur ses pattes qu'elle aurait sûrement préféré étudier toutes l'histoire de l'humanité entière plutôt que de voir sa propre histoire s'éteindre ce soir là !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ~ Beware when moonlight paints the night... (pv. Phoenix)   Jeu 12 Fév - 21:52

    Dell commença à se relever, fixa la jeune femme tétanisée et commença à reculer lentement, essayant de garder le contrôle d'elle même tout en gardant sa forme lupine. Un premier gémissement s'échappa de sa gueule tandis qu'elle tentait de lui faire signe de partir en faisant un mouvement du museau en direction de la lisière. Mais elle était immobile, surement que ses sens étaient bloqués par la peur : quoi de plus normal quand on se retrouve face à un loup de 3m d'envergure ? Elle commençait à ressentir des picotements dans tout son être, signe de la lutte entre ses deux apparences, humaine et animale, qui se disputait son corps. Dans son esprit, la même cérémonie faisait rage : la louve rêvait de planter ses crocs dans la gorge de la proie qu'on lui tendait comme si elle était tombée du ciel, et l'humaine combattait cette envie de toutes ses forces, répugnée à l'idée de tuer quelqu'un, d'autant plus une camarade. Si elle laissait l'humaine gagner, alors elle serait découverte. Mais si la louve gagnait, elle ne pourrait plus se regarder dans une glace. Et cette fille, elle ne méritait pas la mort, elle n'avait rien fait à Dell. Un nouveau gémissement, cette fois un peu rageur, s'étira dans le silence : en langage humain, on aurait pu traduire « mais casse toi, bon sang ! » ; seulement elle continuait à ne pas bouger, les yeux fixés sur elle. Dell se crispa et poussa un grognement (là, ça aurait été plutôt « fais chier. »), avant de faire son choix : elle bondit...

    ... En arrière, se cachant derrière un grand chêne. La mutation s'opéra en une dizaine de seconde, et elle se retrouva à haleter, de nouveau sur ses deux jambes au lieu de quatre. Tout son corps lui faisait mal, c'était dur de stopper sa transformation une nuit de pleine lune. Tout son corps en était moite de sueur et tremblant ; le fait était aussi qu'en plus, elle se retrouvait nue, la nuit, dans une forêt. C'était tellement dur de résister qu'elle ne pouvait plus bouger, sous peine de se transformer à nouveau. Et qui sait si elle aurait eu la force de s'enfuir ? Probablement pas, si près de viande fraîche, alors qu'elle était affamée.

    Génial, pensa-t-elle. J'en suis réduite à rester là.

    Derrière elle, il n'y avait aucun bruit, autre qu'une respiration saccadée. En même temps, Lehane devait être en état de choc. Elle réfléchit quelques secondes, se demandait ce qu'elle devait faire maintenant. En rester là ? Si elle avait été dans la peau de Lehane, elle se serait enfuie en courant en remerciant les cieux d'avoir mis sur sa route un loup-garou compatissant. Mais, non. Elle, elle était encore là. Dell soupira et entonna d'une voix forte, brisant le silence plat qui régnait dans les bois :

    « Va-t-en ! J'ai réussi à me contrôler une fois, mais c'est pas dit que je réussisse encore ! » Cria Dell avec force, toujours derrière son arbre. « C'est ta chance alors prends là ! Telle chose ne se produit pas souvent un soir de pleine lune ! »

    Dell éprouvait en même temps du soulagement et de la colère. Soulagement, car elle avait réussi à résister et à garder le contrôle, ce qui était rare et qui lui prouvait son humanité ; et la rendait fière. Colère, car la découverte de sa nature était un sacré problème, et qu'elle avait peur pour la suite. Aucun mouvement ne vient répondre à ses paroles, mais pourquoi restait-elle là ? Il ne fallait pas pousser la chance, non plus. Dell se retint de regarder ce qu'elle trafiquait (si elle n'avait pas eu une crise de tétanie par exemple, pour rester ainsi ?) pour ne pas se metre à découvert et souffla dans l'air frais. Le vent picotait sa peau brûlante, mais elle s'en fichait. L'important se trouvait à quelques pas derrière elle : une fille de son lycée qui allait découvrir son secret.
Revenir en haut Aller en bas
Phoenix A. Lehane
    Long way to say «Goodbye Edward»

avatar

Féminin
Nombre de messages : 71
Age : 27
Mood : Tryin' to survive
Music : Out from under - B.S.
Pseudo : P.
Date d'inscription : 06/02/2009

Heart & Soul
Links:
Job: ...
Self Control: 18/20

MessageSujet: Re: ~ Beware when moonlight paints the night... (pv. Phoenix)   Ven 13 Fév - 11:17

    Phoenix restait immobile, toute cette situation lui était étrangère, d'autant plus que jamais elle n'avait espéré un jour tomber sur un loup-garou, un vrai. Elle s'était préparé à voir des vampires, des monstres, des démons, elle avait même un jour croisé la route d'un Windigo, autant vous dire qu'elle en avait fait du chemin depuis. Mais les légendes sur les Loup-garou paraissaient trop irréel pour qu'elles soient vrai. D'ailleurs, pas beaucoup de chasseur n'avait eu la chance d'en rencontrer un et c'est sans doute en partie pour cette opportunité que la jeune femme resta immobile, face au monstre, le détaillant. Ses iris étaient de couleurs très vives, on ne distinguait pratiquement qu'elles puisque le reste de son corps restait dans les tons très foncés, sûrement plus pratique pour se camoufler lors des chasses que ce mammifère devait effectuer. C'était incroyable d'avoir la "chance" de rencontrer un jour un tel animal, même si ce jour là pouvait être le dernier, ce qui ramenait bien entendu Phoenix à la réalité en la faisant légèrement tremblé de peur au niveau des genoux. Elle baissa la garde au premier mouvement du Loup, il se recula de quelque mètre, et bien qu'elle ne put comprendre pourquoi, elle se senti tout à coup plus à même de faire face à la situation. Bien qu'elle gardait au fond d'elle le préssentiment que si le loup attaquait, elle n'y survivrait sûrement pas, elle sentait qu'il ne bougerait pas, comme si quelque chose l'en empêchait, alors, encore une fois, elle distinga au fond de ses yeux cette familiarité !

    Phoenix profita de cet instant de répis pour reculer de quelque centimètre, gardant ses mains crispées le long de corps, elle savait parfaitement où les plonger pour attraper la première arme qu'elle avait toujours sur elle, dans son dos, maintenue par une ceinture, un couteau qui lui était très util lorsque le combat se présentait sans même qu'elle en aie tout de suite conscience. Arme d'abord utilisée pour se protéger, elle lui servait surtout de défense et de force pour mettre l'ennemi en état de choc le temps de courir le plus rapidement possible trouver une autre arme quelle qu'elle soit ! Phoenix avait beaucoup d'endurance, sûrement du à ses années d'entrainement, mais face à un loup, elle n'aurait sûrement pas tenu les 100 mètres !

    Le loup bougea à nouveau, prise d'un sursaut, Phoenix ramena ses mains dans son dos, prête à user de toutes ces forces dans cette bataille qui aurait été la dernière. Mais l'animal ne l'entendait pas de cette oreille, il bondit, Phoenix ferma les yeux, le corps crispé de la tête aux pieds. Aucun choc ne se produisit, la mort était douce finalement... Doucement, elle ouvrit les yeux, comprenant alors que le loup ne l'avait pas tuée et qu'il était reparti. Elle soupira, coup de chance ou simple intimidation ? Peu importe, elle s'apprêtait à faire demi-tour lorsqu'une voix l'interpela, une voix qui plus est qui lui était familière. Elle s'arrêta, fit volte-face à l'arbre d'où provenait le son et plissa des yeux. Les légendes étaient donc fondées, les loups garous étaient des êtres humains capable de se métamorphoser. Intriguée et excitée à l'idée d'en apprendre plus, elle courba l'échine légèrement en avançant vers l'arbre, suivant la voix. Cette même voix qui lui était très familière, mais dont elle ne pouvait savoir l'endroit où elle l'avait déjà entendue... « Alors c'est vrai... Tu es humaine.. » Elle sourit en coin, cette rencontre était étrange mais des plus fascinantes, arrivée près de son sac, elle se courba pour le ramasser, l'ouvrir et en sortir une arme plus concéquante au cas où la transformation aurait à nouveau lieu. Puis, elle reprit sa marche doucement vers le tronc derrière lequel se cachait l'être humain. « Comment t'appelles-tu ? », ajouta-t-elle sur un ton détaché de la peur dans laquelle elle pataugeait maintenant. Excitée et curieuse, Phoenix était une femme avant tout non ? =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ~ Beware when moonlight paints the night... (pv. Phoenix)   Mar 17 Fév - 17:32

    Dell tendit l'oreille pour entendre sa fuite, mais d'abord rien ne lui parvint. La respiration de la fille semblait s'être un peu calmée, mais elle ne partait pas. Qu'attendait-elle ? Qu'elle change d'avis et la bouffe ? Dell soupira quand soudain, elle entendit un mouvement. Pourtant, elle n'en ressentit aucun soulagement : elle venait vers elle.

    Mais c'est quoi cette fille ?!

    Mais que faisait-elle ? Pourquoi venait-elle vers la source de danger qu'elle représentait ? Etait-elle bête au point de croire que, parce qu'elle était redevenue humaine, elle était innofensive ? Dell devait l'empêcher d'approcher.

    « Eh, je te signale au passage que je suis peut être humaine en ce moment même, mais qu'il ne me faudra qu'une seconde pour redevenir un monstre ! »

    Son intimidation faite, Dell croisa les bras contre sa poitrine et leva les yeux au ciel. Après ça, si elle ne partait pas, elle n'était pas normale... Pourtant, elle ne fut pas exaucer, la fille esquissa à peine une hésitation.

    « Alors c'est vrai... Tu es humaine... » L'entendit murmurer Dell alors qu'elle se trouvait à quelques pas de l'arbre.

    Sans blague ? Ses humains alors ! La curiosité était vraiment un de leur plus vilain défaut ! Que faudrait-il qu'elle fasse pour qu'elle se barre ? N'importe quelle humaine sensée aurait déjà dû fuir. C'était vraiment pas normal, là. Cette fille était peut être suicidaire ?

    « Eh, tu sais, je plaisante pas ! Tu m'as vu à l'oeuvre, je suis pas un petit toutou gentil, alors n'approche pas ! »

    Dell ne bougea pas, elle n'osait pas bouger de son arbre de toute façon, si elle esquissait un geste elle avait peur que ses cellules ne réagissent sans qu'elle ne leur en donne l'ordre. C'était ça un des principaux inconvénients de la pleine lune, ainsi que son jeune âge lupin qui faisait qu'elle n'avait pas encore un contrôle total sur elle même, malgré son bon enseignement par son grand père et sa volonté de fer qu'elle tenait de son père. Son père... Lui aussi avait été un loup-garou, et il était mort à cause de ça, emportant sa mère avec lui. Mais c'était encore une autre histoire ; là, ce soir, allait s'en écrire une autre. Pour l'instant, elle n'en connaissait pas la fin, mais il était probable qu'elle soit colossale : soit la mort de la jeune humaine trop curieuse, soit la découverte de l'étudiante en journaliste au gêne lupin. Elle secoua la tête et écarquilla les yeux en entendant de nouveau la voix de Phoenix :

    « Comment t'appelles-tu ? »

    Mais avait-elle vraiment perdu la tête ?! Où avait-elle lu qu'on demandait son nom à ... Un loup-garou ? Que ne comprenait-elle pas dans la situation : elle était face à une créature dangeureuse qui avait failli la TUER. Où était-ce compliqué ? Et où cette situation impliquait de s'approcher de la bête en question et de discuter avec elle en lui demandant... Son prénom. Son prénom ! Comme si elle allait le lui dire, lui tendre la pate et lui serrer joyeusement la main en disant : Salut, c'est Dell, enchantée, on est à la même université !

    « S'il te plait, n'avance plus. »

    Comme les menaces ne marchaient pas, peut être une aimable requête ? Sait-on jamais, cette fille était tellement bizarre, peut être que si elle la prenait pas les sentiments... Mais non, elle avançait. Rien n'y faisait, c'était vraiment abérant. Elle n'était plus qu'à un mètre. Dell recommença à trembler et serra plus fort ses bras contre elle, la tension augmentait, le risque aussi. Dell devait prendre une décision, et vite. Elle inspira un grand coup pour empêcher sa voix de trembler et prit la première solution désespérée qui lui vint :

    « Si tu vois mon vrai visage, je ne pourrais plus vivre ma vie en paix. Alors, recule. ... S'il te plait, Phoenix ! Je ne veux pas te faire de mal ! »

    La voix de Dell s'était un peu brisée sur la fin et elle serra les dents. Phoenix, en approchant ainsi, se mettait en danger car son instinct de louve essayait de réagir à la menace qu'elle devenait, et ce n'était pas facile de le réprimer. Le choc que sa phrase avait produit allait forcément la forcer à s'arrêter, maintenant qu'elle savait que la personne en face d'elle, derrière un arbre, qui s'était transformée un peu plus tôt en loup-garou, était une de ses connaissances. Et peut être alors réfléchirait-elle à deux fois avant de se risquer jusqu'à elle, du moins c'était ce que Dell espérait. Elle n'escomptait plus à réussir à la faire partir, mais au moins celle-ci ne tenterait peut être pas le diable en s'approchant, sachant que c'était douloureux pour son "amie" ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ~ Beware when moonlight paints the night... (pv. Phoenix)   

Revenir en haut Aller en bas
 
~ Beware when moonlight paints the night... (pv. Phoenix)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: This is an old story-
Sauter vers: