AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The silent march...

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: The silent march...   Sam 24 Jan - 20:31

The silent march...
Priorité à Kristen Anderson


    * J'avançais la tête baissé. Autour de moi, des gens. Des hommes, des femmes, des enfants. Je semblais ne même pas les voir, je passais devant telle une ombre. Étrangement, sans même avoir besoin de regarder où je me dirigeais, je ne rentrais dans personne. Cela ne me ressemblais pas, moi qui a toujours le chic pour percuter tout le monde... Bref, je marchais. Mes sens s'étaient comme endormis, je ne percevais plus rien de l'extérieur, j'étais là sans vraiment y être. Je songeais, je me torturais l'esprit en me forçant à me remémorer le passé. Je revoyais nettement le visage de mon père. Il était sombre, triste. Une chaude larme s'échappa de son œil droit et dévala sa joue. Je tendais le bras pour l'essayer du revers de ma main, mais mon père s'éloignait de plus en plus. Je l'appelais, je criais son nom, le suppliais de ne pas m'abandonner, de rester au près de moi. Inutile. Il était partis, me laissant seule, perdu, brisé de l'intérieur.
    * J'avais tout quitté en venant ici. Je ne conservait plus rien de mon ancienne vie, tout semblait ne jamais avoir existé. Je me demandais même si mes souvenirs étaient bien réel, ou peut-être que ce ne sont que des illusions ? Je l'ignore, je sais pas, je sais plus. Mon esprit est confus, corrompus par mon chagrin. Pour moi, jour et nuit se ressemblent. Je mange, je bois et je dors parce qu'on m'y oblige. Je survis parce qu'on m'y force. Mais au fond, à quoi bon continuer ainsi si j'ai perdu tout goût à la vie ? Je n'apporte strictement rien à mon entourage. Je propage ma tristesse comme je propageais ma joie autre fois. Je disparaît lentement, je m'évapore. Je ne laisse aucune trace contrairement à cette larme qui a coulé sur le visage de mon père. Avec le temps, mon simple nom se sera effacé de toutes mémoires. Et je rejoindrais mes parents. Ma mère. Ma mère... Elle aussi m'a abandonné au moment ou j'avais le plus besoin d'elle. Fragile et sans défense, tel était le bébé que je fus. Tous m'ont quitté aujourd'hui. J'ai beau chercher au fond de moins le moindre signe d'espoir, de joie, mais il n'y a rien, plus rien. Tout semble avoir disparut avec eux. Pourquoi ? Pourquoi. Je ne peux répondre. La vie est ainsi faite. Malheur et bonheur, souffrance et plaisir, haine et amour. Jamais l'un sans l'autre. Ils se complètent. Ils sont un. Cela signifie peut-être qu'à force d'avoir souffert, mon salue sera proche ? Peu m'importe lequel sera-t-il, tout ce que je souhaite, tout ce que je veux, c'est qu'il ne tarde pas trop. Je ne pourrais continuer ainsi encore bien longtemps...
    * Je continuais ma marche silencieuse. Marchant. Perdu au fin fond de mes pensés, au plus profond de mon esprit pour ne plus jamais en ressortir. Je n'entendais même plus les battement de mon cœur. Et si celui-là s'était arrêté ? Si ça se trouve, je suis... morte. Mais je ne le sais pas encore. Comment savoir ? Peut-être que si je m'entaillais la main, je ne sentirais pas la moindre once de douleur. Mais dans ce cas, que ferai-je encore ici, à airer parmi les vivants ? Suis-je maudite ? Condamnée à ne jamais connaître le repos éternel ? Ce serai bien plus terrible que ma situation de mortel je crois.
    * Quand je daigna relever la tête, je m'aperçus subitement que j'étais seule. Tout autour de moi planais un lourd silence qui pesa sur ma conscience. Apparemment, j'avais marché pendant un long moment, trop absorbé par mes réflexions que je n'avais pas remarqué la nuit qui tombait. Seule, dans le vent, dans le froid. Seule, je m'y étais habitué à force. C'est sans doute pour cela que je ne réagit pas. Je ne chercha pas à partir, non, je restais là, immobile, au milieu du parc qui s'assombrissait de plus en plus. Les arbres et les banc formaient des ombres menaçantes au sol. Pour être franche, c'est ça qui me fit peur. Cela fit sur moi, comme une violente gifle qui me ramenait brutalement à la réalité. Je ne savais plus où j'étais et il m'était impossible de retrouver mon chemin dans le noir. Mais je m'affolais et dans ma panique, je me m'y à courir à droite à gauche. J'avais peur, peur de tout. Peur de me perdre, peur à l'idée de passer la nuit seule ici, mais aussi, peur de mourir, peur de mon passé, peur de ce que j'étais devenu... Mon souffle si bruyant signalait ma présence à quiconque se trouvait au alentour d'une dizaine de mètres. Que voulez-vous, une fille affolée, c'est pas beau à voir.
    * Je courais donc à toutes jambes, il me sembla tourner en rond, mais comment savoir vu que mes yeux d'humaine ne servaient à rien par une nuit pareille. Tout d'un coup, je me retrouva au sol. J'étais rentrée en collision avec une racine qui n'avait pas manquée de me faire trébucher. Mais au fond, ce fut une bonne chose, car une fois par terre, je remis mes idées en place et me calma... un peu. Soudain, il me vint évident d'appeler à l'aide. Bien que les probabilité qu'une autre personne se trouve ici elle aussi soit minime, je tenta le coup.

    « Il y a quelqu'un ? »

    * Je marqua une courte pause, écoutant une éventuelle réponse. Mais rien.

    « S'il vous plait, répondez-moi si vous m'entendez ! »

    * C'est alors que j'entendis un bruit...

Revenir en haut Aller en bas
Kristen Anderson
I'm a vampire. Kill me.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 70
Age : 26
Mood : Desperate.
Music : J'ai peur - Little
Pseudo : Hoz
Date d'inscription : 23/01/2009

Heart & Soul
Links:
Job: Lycéenne
Self Control: 18/20

MessageSujet: Re: The silent march...   Sam 24 Jan - 21:51

    Il commençait à se faire tard. Je venais de rentrer des cours et je n'avais pas vraiment envie de rester dans ma chambre ou même chez moi à attendre le lendemain. Je partie donc à la recherche de quelque chose à faire à l'intérieure de cette ville qui m'étais tellement familière malgré les nombreux changements qui avaient eu lieu depuis la toute première fois où je mis le pied sur cette terre. C'est alors qu'en passant devant le parc je me suis dit que ce serai une bonne idée d'y passer la nuit, certains animaux passent par ici et sont assez simples à attraper au cas où mon ventre crirait famine, et puis qui sait, peut être que je tomberai sur un des miens.

    J'avançai lentement, me mélant aux quelques personnes présentes. Le temps me parraissait tellement long et pourtant j'avais l'habitude de cette attente jusqu'au petit matin. Quand je chassai je n'avais pas à attendre des heures sans rien faire, sans m'amuser ne serait-ce qu'un peu. Je partai chaque soir à la quête d'une nouvelle proie perdue ici ou là. Tout ça me paraissait à présent horrible, comment est ce que j'avais pu faire autant de mal à autant de personne ? Mon passé en tant que traqueuse me répugnait, mais me manquait parfois quand l'ennuie se mélait à la faim et à l'odeur incéssante du sang humain.

    La nuit était tombée et je pouvais enfin déambuler entre les arbres, et les branches sans réelle crainte d'être remarquée. Mes pensées allaient comme chaque nuit vers cet être que j'aimai plus que n'importe qu'elle autre chose sur terre. J'aurai pu tout abandonner s'il me l'avait demandé. Il a seulement fallu qu'il le tue, que je sois l'une des leur. Son visage, ce soir là, me hante depuis sa mort. Il est possible qu'un jour son visage et son odeur cesse dans ma tête, mais pour l'instant rien ne me fera oublier cette attrocité.

    Soudain au loin, j'entendis des pas, un coeur qui bat. Quelqu'un avait l'air affolé. Cette personne était-elle perdue ou était-elle pourchassée par une de ces créatures que j'étais auparavent. Je ne pouvais me résoudre à ignorer cette appel.

    « Y a t-il quelqu'un ? »

    Je me dépéchais d'arriver à cette personne.

    « S'il vous plait, répondez moi si vous m'entendez »

    Elle n'était plus très loin. Je l'aperçut à quelques mètres de moi et ça me rassura de constater qu'elle n'était pourchassé par personne. M'approchant encore une branche se mit à craquer sous mon pied. Aurait-elle peur de moi ? De se demander pourquoi je suis encore ici à cette heure là ? Après tout je paraissait avoir à peu près le même âge qu'elle. J'espérai seulement qu'elle ne me pose pas trop de questions. Arrivant devant elle je lui demandais alors,

    « Tu as demandé de l'aide ? Que t'arrive t'il ? Tu semble perdue. Je m'appelle Kristen ! Hm ... Excuse moi, je te laisse parler. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://EvilDevilinthe-H.skyblog.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The silent march...   Sam 24 Jan - 23:53

    * Mon cœur s'emballa, s'affola au fond de ma poitrine. Il devenait fou, battant à toute allure. Jamais je ne mettais sentie aussi vivante de ma vie. Sensation incroyable, inoubliable, bien que terrifiante. Je sentie en moi une montée d'adrénaline, parcourant mon corps, traversant mes muscles raidis et tremblants. Je ressentais mon sang dans mes veines, il affluait un peu plus fort, un peu plus vite à chacun de mes battements. Une vague de chaleur me submergea enfin. J'avais peur, oui, terriblement peur. Complètement perdue et affolée. Mon esprit s'embrouilla de nouveau, je perdis le sens des choses. Bien que mes yeux azurs ne pouvaient percer le noir profond, j'avais l'impression que tout tournait autour de moi. J'avais surtout peur de m'évanouir à cet instant précis. Oui, j'avais la phobie de tout ce qui était profond et sombre...
    * Pourtant, j'admirais souvent la nuit par la fenêtre de ma chambre. Elle me passionnait, m'attirait. Elle représentait une sorte de mystère, l'étrangeté sous toutes ses formes. J'avais toujours été fascinée par ce genre de phénomène. La nuit, une chose qui faisait l'effet d'un aimant pour moi, tout autant qu'elle m'effrayait.
    * Bref, je n'avais guère le temps pour mes réflexions plus ou moins inutiles voir stupides. Une voix féminine et cristalline me répondit. Je mis un certain temps pour comprendre toutes les paroles de la jeune femme. Il me fallait d'abords décortiquer chaque mot, chaque syllabe et chaque lettre. Mon esprit était tellement embrouillé par la peur que j'avais eut, que je lança un silence relativement long avant de prendre une profonde respiration et répondre à la blondinette qui me paraissait des plus aimable. Évidement, j'étais toujours sur les fesses. Avec toutes les frayeurs que j'avais eut en quelques minutes, je n'avais pas prit la peine de me relever. Je paraissait un peu cruche dans cette position, mais bon, c'était le cadet de mes soucis.
    * D'un côté, j'étais heureuse et rassurée de voir quelqu'un de mon âge et de même sexe (on s'est jamais avec tous les tarés qui trainent... Oo xD), mais d'un autre, je redoutais cette rencontre. Depuis l'accident de mon père, j'avais coupé tout contact avec le monde extérieur. J'étais devenu insociable d'une certaine manière. Mais bon, l'heure n'était pas aux lamentations quotidiennes.
    * Je fus un peu déstabilisée par l'avalanche de mots que m'adressait la jeune femme. J'avais perdu l'habitude de la parlotte à force. Je dus donc faire un immense effort de concentration pour chercher puis trouver ce que j'allais lui répondre. Je me résolus à ouvrir ma bouche, espérant que quelque chose en sortira.

    « Hmm... oui, je me suis perdue. Je sais c'est un peu bête mais bon, je ne suis pas du coin et j'ai prit peur soudainement avec la nuit qui tombait... Enfin bref. Du coup, j'ai trébuché sur une racine et c'est pour ça que je me suis retrouvée par terre. » Je me relava tant bien que mal et me remit sur mes deux jambes, un peu titubante. « Enchantée de faire ta connaissance. Mon nom est Lindsay, mais si tu préfères, tu peux m'appeler Lind'. »

    * Je jeta un coup d'œil aux environs, bien que je ne distinguais strictement rien. Tout s'était totalement assombris. C'est à peine si j'arrivais à voir mes pieds. Soudain, des questions fusèrent dans mon esprit. Le faite que je me trouve ici, à cette heure-là semblait déjà étrange. Mais bon, disons que j'avais une « excuse ». Mais Kristen, pourquoi était-elle là ? Elle aussi s'était perdue ? Ou peut-être avait-elle simplement besoin d'un peu de solitude - bien que l'endroit n'était vraiment pas l'idéal. Tout d'un coup, je retrouvai toute ma sociabilité et mon envie de parler, comme avant le drame.

    « Excuse-moi si je te semble indiscrète, mais que fais-tu là ? »

Revenir en haut Aller en bas
Kristen Anderson
I'm a vampire. Kill me.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 70
Age : 26
Mood : Desperate.
Music : J'ai peur - Little
Pseudo : Hoz
Date d'inscription : 23/01/2009

Heart & Soul
Links:
Job: Lycéenne
Self Control: 18/20

MessageSujet: Re: The silent march...   Dim 25 Jan - 14:08

    Je mettais rapprochée de la jeune fille, lui posant tout un tas de questions, que je regrettai quelque peu en voyant son air totalement déboussolé et le long silence qu'elle laissa à la suite de mes mots. Mais peu importe, je lui avais posé des questions et après quelques minutes d'attente elle me répondis, se relevant durement. Elle semblait par la suite retrouvé ses esprits et me posa la question que je redoutais tant. Elle me demanda ce que je faisai ici. J'avoue que la question était trop dure pour moi. Je ne savais quoi répondre, imaginant tout les scénarios possibles dans ma tête, j'ai donc choisi de prendre le plus simple à mes yeux.

    « Je n'avais pas sommeil et j'avais besoin de m'aérer un peu. Je crois avoir bien fait de venir ici. »

    Je la regardai avec un large sourire, espérant qu'elle ne me pose pas plus de questions auxquelles je ne pourrais pas répondre. Ne voulant pas qu'elle m'en pose plus je me suis dit que le meilleur moyen pour cela était de lui en poser. Elle me raconterai peut être ce qui la trouble autant et me laisserai par conséquent tranquille dirons-nous. Je me remémorai ses mots et réfléchi aux questions que je pouvais lui poser pour me lancer.

    « Mais toi, qu'est ce que tu faisais ici aussi tard ? Et ... Tu dis que tu n'es pas du coin, depuis quand es-tu ici ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://EvilDevilinthe-H.skyblog.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The silent march...   Dim 25 Jan - 15:46

    * J'acquiesçai d'un signe de tête amical. Visiblement, je n'étais pas la seule à étouffer dans cette société pourrit de l'intérieur. Je n'étais pas la seule à me sentir « exclu » du monde. Tiens, je venais de remarquer que maintenant que moi non plus je ne ressentais pas le moindre signe de fatigue. La montée soudaine d'adrénaline que j'avais eut m'avais surement réveillé bien plus que je ne l'aurai souhaité. Mais en réalité, il était bien rare que je trouve le sommeil le soir avant une certaine heure tardive. Et le matin, je m'étais toujours un temps fou à émerger de cette état de zombie et à mettre mes idées en place. C'est pour cela que je haïssais le matin. L'horreur, c'était l'horreur tous les jours. Mais bon, après 17 ans de vie comme ça, j'avais finit par m'y habituer. Pourtant, étrangement, j'adorais aussi le matin car les rares fois où je mettais échappée par la fenêtre de ma chambre pour retrouver mes amis au beau milieu de la nuit, j'eus le bonheur d'assister à une lever de soleil des plus magnifiques qu'il m'avait été donné de voir. Et j'appréciais aussi beaucoup d'observer la ville se réveiller lentement, voir les gens qui commence à sortir dans les rues, les voitures à roulées ici et là... C'était pour moi, un spectacle vraiment superbe. Observer notre étoile chérie sortir de l'ombre nos maisons, nos routes, nos parcs...
    * Sans doute, se sera la même chose aujourd'hui. Mais cette fois, ce ne sera pas à Charleston que j'aurai le plaisir d'assister à ce phénomène pourtant banal, mais ici, à Boston. Boston, une ville dont j'ignorais tout. Par chance, ma nouvelle demeure ne se trouvait pas bien loin du parcs. C'est d'ailleurs pour cela que je me retrouve ici, en ce moment-même, perdue et affolée. Enfin, plus maintenant que j'ai fait la connaissance de Kristen. Parlons-en justement de Kristen. Mes yeux azurés se posèrent sur son visage. Elle semblait aimé le maquillage. Mais pourquoi lui reprocher ça quand on vois avec quelle finesse les traits de crayons étaient dessinés. Ils habillaient magnifiquement bien son visage. Je pus remarquer cela malgré le noir qui nous entourait, menaçant. Mais maintenant que nous étions deux, je ne craignais plus grand chose, du moins, c'est ce que j'espérais...
    * Passons. Puis la jeune femme me posa des questions. J'avais à peine eut le temps de lui rendre son sourire. Elle avait déjà répondue à ma précédente question, mais plutôt partiellement. Je savais pourquoi elle se baladait en pleine nuit, mais ce que j'ignorais c'était pourquoi ici, pourquoi dans ce parc. Bien que je ne connaissait pas la ville, je me doutais qu'il y avait sans doute des endroits un peu plus accueillants et chaleureux. Mais bon, là c'était à moi de répondre à ces interrogations. Mais je ne laisserais pas tomber le morceau pour autant.

    « Et bien, j'étais venue me balader dans ce parc pour réfléchir tranquillement, et apparemment, j'ai perdu la notion du temps et voilà pourquoi je suis encore ici par une heure pareille. Et quand j'ai voulu retrouvé mon chemin, j'ai pris peur et je crois m'être encore plus perdu... » Je baissa lentement la tête, un peu honteuse. Mes pommettes s'étaient teintés de rouge. J'espérais qu'elle ne le remarquerais pas.

    « Je suis arrivée à Boston il y a quelques jours. Je suis originaire de Charleston, en Caroline du Sud. C'est... un peu compliqué enfaite. »

    * Je prononça ces dernières paroles à voix basse, comme si je craignais que quelques nous entende. Je laissa volontairement un silence prendre place entre nous deux. J'étais qu'à moitié prête pour révélé une parcelle de mon passé, mais si elle me le demandait, je ne lui cacherais rien. Après tout, j'avais eut la chance de tomber sur elle.

    « Mais... dis-moi. Ce n'est pas le meilleur endroit pour prendre l'air, non ? Enfin, je veux dire que le parc prend des allures plutôt dangereuse la nuit, contrairement au jour. »
Revenir en haut Aller en bas
Kristen Anderson
I'm a vampire. Kill me.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 70
Age : 26
Mood : Desperate.
Music : J'ai peur - Little
Pseudo : Hoz
Date d'inscription : 23/01/2009

Heart & Soul
Links:
Job: Lycéenne
Self Control: 18/20

MessageSujet: Re: The silent march...   Mer 28 Jan - 18:15

    « Et bien, j'étais venue me balader dans ce parc pour réfléchir tranquillement, et apparemment, j'ai perdu la notion du temps et voilà pourquoi je suis encore ici par une heure pareille. Et quand j'ai voulu retrouvé mon chemin, j'ai pris peur et je crois m'être encore plus perdu ... »

    Elle baissa légèrement la tête et je pu remarquer qu'elle rougissait quelque peu. Puis elle continua à me répondre.

    « Je suis arrivée à Boston il y a quelques jours. Je suis originaire de Charleston, en Caroline du Sud. C'est... un peu compliqué enfaite. »

    La Caroline du Sud. J'aurai aimé y aller un jour, mais ma condition ne me le permettai pas alors je me contentai de Boston. Un endroit ni trop chaud, ni trop froid, en tout cas assez pour que je ne sois pas encore découverte d'un quelconque humain. Lindsay continua sur sa lancée, me sortant de mes pensées.

    « Mais... dis-moi. Ce n'est pas le meilleur endroit pour prendre l'air, non ? Enfin, je veux dire que le parc prend des allures plutôt dangereuse la nuit, contrairement au jour. »

    Je me raidi, ne sachant pas quoi répondre. Il fallait que je trouve au plus vite une réponse qui pourrait aller sans que je ne puisse me dévoiler. Je ne savais plus quoi faire. Comme si on m'avait tendu un piège, à ce moment mes pensées se mélangeaient et je me surprise à penser que cette charmante demoiselle puisse être une chasseuse. Je chassait vite cette idée de ma tête pour tenter une réponse cohérente.

    « Et bien. La nuit ne me dérange pas du tout, bien au contraire. Elle me fascine, c'est le moment de la journée où je me sens le mien. Je n'ai aucune pression à me demander comment agir avec qui que ce soit vu que personne ne sort la nuit en semaine, enfin assez de gens le font pour que je puisse me sentir obligé de recommencer à jouer un rôle mais dans ce parc en général je ne risque pas de croiser quelqu'un. Et puis j'aime la nature alors il me semble que c'est l'endroit tout indiqué pour que je me détende enfin après une dure journée en compagnie de personnes que je n'apprécie pas forcément. »

    Après un léger sourir je continuai.

    « Mais dis moi tout sur toi, si tu as le temps de rester. J'ai envie d'en savoir plus, et tu peux tout me raconter, que ce soit compliqué ou non, je pense pouvoir suivre. Sinon, si tu es au lycée de la ville alors on pourra se retrouver là bas pour que tu me racontes tout ça. »

    J'attendais sa réponse le sourir aux lèvres, comme à mon habitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://EvilDevilinthe-H.skyblog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The silent march...   

Revenir en haut Aller en bas
 
The silent march...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Eleksyonaval March 20th: Street Gangs Vs Suite Gangs - Le même chose!
» [Nuzlocke] Silent is Blue
» Silent Hill -Film
» Lila March [Terminé]
» Zachariah ► Silent voice.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: This is an old story-
Sauter vers: